Vers une sixième séance consécutive de baisse à Wall Street

 |   |  404  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les places américaines évoluent à nouveau dans le rouge après le faible succès rencontré par une émission obligataire en Allemagne.

Le repli se poursuit à Wall Street. Les marchés américains se dirigent vers une sixième séance consécutive de baisse, plombées par le faible succès rencontré par une émission obligataire en Allemagne. En outre, l'activité industrielle chinoise s'est contractée en novembre pour atteindre son plus faible niveau depuis mars 2009.

Peu après l'ouverture, le Dow Jones perdait 0,76% à 11.407 points, le S&P 500 reculait de 0,85% à 1.178 points et le Nasdaq abandonnait 0,72% à 2.503 points.

Sur le front des statistiques, les inscriptions hebdomadaires d'allocation chômage ont légèrement augmenté la semaine dernière, avec 393.000 dossiers déposés. Les économistes attendaient en moyenne 390.000 inscriptions. La moyenne mobile sur quatre semaines, plus représentative d'une tendance, s'affiche en revanche en légère baisse.

Par ailleurs, les commandes de biens durables ont moins baissé que prévu en octobre aux Etats-Unis, mais les fortes révisions à la baisse de septembre et les projets d'investissement timides des entreprises laissent penser que le secteur industriel marque une pause. Ces commandes ont diminué de 0,7%, alors que les économistes anticipaient un repli de 1%. 

Du côté des valeurs, Bank of America recule de 1,77% à 5,28 dollars, Citigroup perd 2,17% à 23,93 dollars et Morgan Stanley abandonne 2,51% à 13,18 dollars. Les banques sont toujours pénalisées par la situation en Europe. En outre, la Réserve fédérale a annoncé mardi qu'elle éprouverait finalement la résistance de six grandes banques américaines face à des chocs potentiels sur les marchés et notamment à une détérioration de la situation en Europe.

Deere grimpe de 4,98% à 75,50 dollars après avoir fait d'une hausse de 46% du bénéfice au quatrième trimestre, en raison d'une forte demande de matériel agricole. Le bénéfice net ressort à 669 millions de dollars, soit 1,62 dollar par action, soit 15 cents de mieux que les prévisions des marchés. En outre, et la société anticipe une croissance notable de ses profits en 2012.

Groupon abandonne encore 7,44% à 18,58 dollars. Le site d'achats groupés en ligne repasse ainsi sous son prix d'ouverture (20 dollars), à peine 15 jours après son introduction en Bourse sur le Nasdaq. L'action a plongé de près de 30% depuis le début de la semaine.

Enfin, Western Digital gagne 1,28% à 26,11 dollars. Le groupe a obtenu mercredi le feu vert de la Commission européenne pour racheter l'activité de Hitachi dans les disques durs pour 4,3 milliards d'euros, après avoir convenu de céder plusieurs actifs de production.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2011 à 22:09 :
Le dogme fétiche des néolibéraux ne tombera que devant l?imminence d?un Krach, voire après le Krach tant leur aveuglement est tragique : réserver la création monétaire aux banques privées était une folie (Maurice Allais avait prévenu) un état ou une zone n?a pas à payer d?intérêt aux banques, c?est lui qui crée sa monnaie. Sans intérêts à payer, les dettes seraient déjà remboursées. Mais ce dogme (l?article 123 du traité de Lisbonne) a la vie dure?Les euro bonds n?y pourront rien, ils ne feront que repousser l?échéance de quelque mois. C?est une situation similaire à celle de 1988, la noblesse refusait tout impôt, et elle a tout perdu. Les peuples diront bientôt stop à la récréation néolibérale qui n?a rien à voir avec le libéralisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :