Areva suspendu de cotation dans l'attente de son plan stratégique

 |   |  359  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Areva a demandé la suspension de la cotation de ses actions ce lundi. Alors que le groupe nucléaire arrêtera son plan stratégique ce matin, le titre subissait , avant l'ouverture des marchés, les attaques des investisseurs laissant entrevoir une chute de plus de 10%.

L'action Areva est suspendue de cotation lundi matin à la Bourse de Paris afin de "permettre une information complète, exacte et précise aux marchés et d'assurer l'égalité de traitement de tous ses actionnaires", précise un communiqué du groupe nucléaire. La société réunit son conseil de surveillance dans la matinée de lundi pour arrêter les modalités de son nouveau plan stratégique et doit présenter dans la journée les grandes lignes de ce plan visant à améliorer sa rentabilité.

"Le plan d?action que présentera Luc Oursel prévoit "le gel des recrutements". Ce qui signifie que les 1.000 à 1.200 départs "naturels" annuels en France (sur un effectif de 28.000 salariés) ne seront pas remplacés. Si cette mesure est appliquée sur l'ensemble de la période balayée par ce plan (2012-2016), c'est entre 5.000 et 6.000 emplois qui seront ainsi supprimés", indique La Tribune dans son édition de ce lundi matin.

Il devrait aussi annoncer des charges exceptionnelles pouvant atteindre 1,5 milliard d'euros. Areva annoncera également des pertes "vraisemblablement importantes", a déclaré dimanche le ministre français de l'Industrie, qui a refusé d'en préciser le montant. Depuis 2006, le groupe a consommé 7,5 milliards de cash dont quelque 1,9 milliard sur le seul premier semestre 2001. Le successeur d'Anne Lauvergeon depuis le 1er juillet dernier à la tête d'Aréva devrait donc annoncer des mesures d'urgence.

Selon La Tribune, "4 milliards d'euros d'investissements (sur les 12 prévus d'ici à 2016) vont être gelés, dont le développement des trois mines en Afrique d'Uramin, acquise en 2007 pour 1,9 milliard d'euros. Des cessions de 1,2 milliard d'euros sont envisagées, dont les 26% d'Eramet détenus par Areva. L'Etat a mis au point un montage pour que ces titres, qui valent 650 millions d'euros en Bourse, restent dans les mains d'un acteur public (La Tribune du 3 octobre 2011). Une entrée de partenaires au capital de la filiale Mines en cours de constitution est également prévue. Enfin, le groupe veut réaliser 1 milliard d'économies en diminuant les sous-traitants et en gelant salaires et recrutements. En Allemagne, Areva veut diminuer ses effectifs de 1.200 à 1.500 personnes (sur 5.700 salariés)."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :