Ce qui s'est passé cette nuit sur les marchés asiatiques

 |   |  394  mots
Copyright Reuters
Sur fond d'apaisement des craintes pour la Grèce, l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a repris du poil de la bête (+2,01%) après trois séances de baisse, grâce à la remontée du dollar et de l'euro face au yen.

Le Nikkei remonte

L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a terminé la séance de jeudi sur un regain de 2,01%, à 9.768,96 points, après trois séances de baisse consécutives, grâce à une remontée du dollar et de l'euro face au yen, sur fond d'apaisement des craintes pour la Grèce. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a terminé pour sa part en hausse de 13,45 points (+1,63%) à 836,16 points.

A la fermeture, le billet vert continuait de s'élever un peu face à la devise nippone, oscillant aux environs de 81,30 yens, tandis que l'euro est remonté au-dessus de la barre des 107 yens, bien au-delà de son cours de la veille à Tokyo.

Le pétrole stable, soutenu par l'Iran

Les cours du pétrole étaient stables jeudi matin en Asie, alors que les sanctions occidentales contre l'Iran freinent les exportations de brut du deuxième plus gros exportateur de l'Opep, ont indiqué les analystes. Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril cédait 1 cent, à 106,15 USD, dans les échanges électroniques du matin. Le Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance reculait de 2 cents à 124,10 USD. "Les livraisons de pétrole iranien pourraient avoir reculé de 25% maintenant que les menaces verbales (de sanctions contre l'Iran) ont été remplacées par des actes. Tant que cette prime de risque existe, nous continuerons d'avoir une pression à la hausse", a déclaré Justin Harper, analyste chez IG Markets.

Les Etats-Unis et l'Europe soupçonnent Téhéran de vouloir fabriquer la bombe atomique sous le couvert de son programme nucléaire civil, ce que dément l'Iran. Pour faire fléchir la République islamique, ils ont adopté de nombreuses sanctions, notamment dans le secteur pétrolier. Avant ces sanctions, l'Iran était le deuxième exportateur de brut au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), après l'Arabie saoudite, et le troisième mondial, derrière l'Arabie saoudite et la Russie.

La veille, les prix du pétrole avaient rebondi. Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril a pris 1,46 dollar par rapport à la fermeture de mardi, pour finir à 106,16 dollars le baril, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril a clôturé à 124,12 dollars, en hausse de 2,14 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2012 à 7:30 :

"ce qui s'est passé"... Classe le titre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :