Les géants de la distribution poussent leurs pions en Inde

L'ouverture du secteur de la grande distribution aux investisseurs étrangers est relancée en Inde. Ce marché gigantesque pèse 350 milliards d'euros par an... et suscite d'intenses convoitises.
(Crédits : Reuters)

En novembre dernier, le gouvernement indien avait annoncé qu'il autorisait les groupes étrangers tels que le français Carrefour ou l'américain Wal-Mart à investir à hauteur de 51% dans une filiale locale, leur permettant de pénétrer un marché qui offre de nombreuses opportunités de développement. Mais la réforme avait été enterrée face à l'opposition virulente des petits commerçants qui se sentaient menacés par l'ouverture de gigantesques hypermarchés. Mais l'Inde plancherait à nouveau sur une nouvelle réforme ouvrant le secteur de la grande distribution aux multinationales étrangères. Selon la nouvelle mouture actuellement à l'examen, les multinationales étrangères ne pourraient détenir plus de 49% de leurs filiales locales, les obligeant à trouver des partenaires indiens et à leur confier le contrôle de l'activité, rapportent le "Mail Today" et l'"Hindustan Times". Le texte permettrait en outre aux gouvernements des Etats indiens d'imposer des conditions à l'implantation. Les accords de franchise, resteraient donc la voie obligatoire pour pénétrer le marché indien.

La parade à la législation

Si ces restrictions restent un handicap pour les enseignes étrangères, il n'est pas question pour les géants internationaux de passer à coté du marché de la distribution en Inde, qui pèse 350 milliards d'euros par an. De quoi aiguiser l'appétit des géants internationaux du secteur qui se heurtaient jusqu'à présent à législation locale en les empêchant de pratiquer la vente directe aux consommateurs. Certains ont déjà trouvé la parade pour s'implanter. Puisqu'elles ne peuvent vendre directement aux consommateurs, sauf sous franchise, les grandes chaînes étrangères multimarques sont présentes en tant que grossistes. Carrefour, par exemple, numéro deux mondial du secteur derrière Wal-Mart, opère aujourd'hui deux enseignes de gros, à New Delhi et Jaipur (nord-ouest), destinées aux professionnels de la restauration, aux administrations et aux petits commerçants locaux. Auchan de son coté annonçait en août avoir signé un accord de franchise avec le conglomérat Landmark Group, propriétaire de la chaîne indienne de magasins Max Hypermarket. Quant aux enseignes à marque unique, elles peuvent depuis l'année dernière, investir à hauteur de 51% dans une filiale locale, permettant aux groupes tels que le français Adidas ou le géant suédois Ikea d'ouvrir leurs propres magasins dans ce pays de 1,2 milliard d'habitants doté d'une solide classe moyenne.

L'Oréal veut quadrupler ses ventes

Si les perspectives économiques du géant indien sont moroses, la taille du marché offre tout de même de belles opportunités de croissance. Le numéro un mondial des cosmétiques, L'Oréal, compte bien tirer son épingle du jeu en quadruplant ses ventes en Inde, dans le cadre de sa stratégie visant à gagner un milliard de nouveaux consommateurs au niveau mondial dans les dix ans à venir. L'objectif du leader des cosmétiques étant de passer de 25 millions à 150 millions de consommateurs en 2020, et de multiplier leurs ventes par quatre, pour atteindre 1 milliard d'euros, soit une croissance de 25% par an. 

  Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.