Publication solide pour Lafarge grâce aux pays émergents

 |   |  424  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge a dévoilé une hausse de 4% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre et en progression de 5% sur les neufs premiers mois.

Depuis le début de l'année, Lafarge a réalisé un chiffre d'affaires de 12,007 milliards d'euros, soutenu par la croissance dans de nombreux pays émergents et par une hausse des prix pour compenser l'inflation des coûts.
L'EBITDA s'inscrit en hausse de 6 % pour le trimestre à 1,071 milliard d'euros et de 7 % depuis le début de l'année (à 2,594 milliards ) grâce aux progressions enregistrées au Moyen-Orient & Afrique, en Amérique Latine, en Asie, et en Amérique du Nord, et de l'évolution favorable des taux de change. En revanche, l'EBITDA est en baisse de 10% en Europe occidentale et de 17% en Europe Centrale et de l'Est en raison des conditions météorologiques défavorables observées au début de l'année.

Croissance des activités hors Europe

Malgré un environnement dégradé en Europe, l'EBITDA et le résultat d'exploitation courant ont significativement progressé sur les deux périodes. Avec une croissance de 16 % sur le trimestre et de 20 % depuis le début de l'année, les activités du groupe hors Europe ont généré les trois quarts de l'EBITDA. La marge brute d'exploitation s'est ainsi améliorée de 50 points de base sur les deux périodes à 24,4 % pour le trimestre et 21,6 % depuis le début de l'année. Hors ventes de crédits carbone, elle est en hausse de 130 points de base depuis le début de l'année et de 140 au troisième trimestre.

La dette nette, point noir du dossier

Si Lafarge résiste à la crise, l'environnement économique demeure tendu, le cimentier restant prudent sur le contexte macro-économique. En guise de perspectives, le Groupe continue d'anticiper une demande de ciment en hausse et maintient son estimation de croissance du marché comprise entre 1 et 4 % en 2012 par rapport à 2011. «Les marchés émergents demeurent le principal moteur de croissance de la demande et Lafarge en bénéficiera grâce à la qualité et à la bonne répartition géographique de ses actifs » souligne le groupe. En conséquence, le cimentier maintient son objectif de réduire la dette à moins de 10 milliards d'euros le plus tôt possible en 2013 après avoir diminué de 2,1 milliards d'euros l'endettement net par rapport à son niveau au 30 septembre 2011. La dette nette, point noir du dossier, totalise désormais 12,2 milliards d'euros. C'est meilleur que prévu selon Bank of America Merrill Lynch qui attendait une dette nette de 12,4 milliards d'euros. La banque confirme son avis "achat" et son objectif de cours de 49 euros pour le titre, qui grimpe de 1,11% à 46,26 euros.

Plus d'actualité Bourse sur MonFinancier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :