Rouble russe - La route difficile vers un taux de change flottant

 |   |  494  mots
(Crédits : Forex)

Les données macroéconomiques russes confirment un essoufflement de l'activité dans tous les secteurs, en particulier au niveau de la croissance de la production industrielle. Ajouté à cela des statistiques chinoises récemment sorties en-dessous du consensus, il n'est pas surprenant que le rouble russe ait chuté depuis le début de l'année, en même temps que les autres monnaies émergentes. Sur les cinq dernières séances, le repli du rouble s'élève à 1.87% face au dollar américain et à 2.54% face à l'euro. Une baisse qu'il convient de relativiser au regard des contre-performances sur la depuis quelques semaines d'autres monnaies face au dollar. En tête, le peso argentin ou encore la monnaie ukrainienne, la hryvnia.

L'affaiblissement à l'oeuvre actuellement qui fragilise le rouble russe n'est en effet pas complètement la conséquence de facteurs internes qui sont bien connus des marchés financiers mais doit être également appréhendé dans le cadre global de la baisse généralisée des devises émergentes.

Les facteurs internes à prendre en compte:

Au niveau interne, la situation économique russe a créé directement des problèmes pour la monnaie nationale. Bien que le pays ait réussi à s'extirper de la crise monétaire des années 90, le rouble russe n'a jamais acquis le statut de grande monnaie internationale comme voulu par Moscou.

En ligne de mire, des fondamentaux toujours fragiles et qui peuvent fluctuer dans de grandes ampleurs sous l'effet de l'évolution du prix des matières premières. La dépendance russe aux marchés internationaux se traduit, en 2013, par un PIB en-dessous de l'objectif officiel de 2%, une consommation privée insuffisante pour pousser l'activité et enfin un surplus du compte courant qui a vacillé. Le déséquilibre structurel de l'économie russe reste un enjeu de taille bien que la configuration politique dans le pays permette certainement de prendre des mesures de réformes plus drastiques qu'ailleurs.

La Russie a fait le pari d'un flottement libre du rouble russe en 2015. Nonobstant la fragilité économique. C'est donc sans surprise que la banque centrale a décidé depuis le début de l'année de limiter ses interventions directes sur le Forex, ce qui a conduit à un net élargissement de la bande de fluctuations du rouble. Et à sa baisse face aux devises majeures. Facteurs internes et nouvelle configuration monétaire internationale font que le potentiel baissier du rouble reste élevé cette année, tout en sachant que le taux de change effectif réel est encore très fort essentiellement pour aider l'industrie locale à l'heure actuelle. Un rouble faible signifie pour l'économie russe un regain de compétitivité, un allègement automatique de la dette et une amélioration du surplus du compte courant. Des conséquences qui militent en faveur d'un soutien politique pour une monnaie faible sur la scène internationale.
 

Retrouvez toute l'actualité du Forex sur Forex.fr

Pour aller plus loin, retrouvez toutes les données sur les devises

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :