CAC 40 et DAX dans le rouge, chauffés par les tensions commerciales entre Xi et Trump

 |   |  750  mots
(Crédits : Regis Duvignau)
Les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine continuent de peser mais l'espoir demeure. Les marchés asiatiques ont souffert, le yuan plonge. A Wall Street, les "futures" perdent plus de 1%.

Les principales Bourses européennes reculent légèrement ou font du surplace lundi en début de séance, l'espoir d'une reprise des négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine atténuant les effets de la poursuite du bras de fer auquel se livrent les deux premières économies du monde.

À Paris, l'indice CAC 40 abandonne 0,51% à 5.300,25 points vers 07h50 GMT, la baisse atteignant -0,61% à 13h38 (5.294,38 points) puis se réduisant à -0,50% à 13h56.

À Francfort, le Dax perd 0,57%, la baisse atteignant 0,73% à 13h56. et à Londres, le FTSE est inchangé. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,48%, le FTSEurofirst 300 0,24% et le Stoxx 600 0,46%.

Le conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a évoqué dimanche une probable rencontre entre le président américain et son homologue chinois Xi Jinping fin juin en marge du sommet du G20 au Japon. Le vice-Premier ministre chinois Liu He avait dit pour sa part samedi que Pékin et Washington étaient convenus d'avoir de nouvelles discussions commerciales dans la capitale chinoise.

Donald Trump a demandé vendredi à son administration de lancer les procédures permettant de relever les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés.

Lire aussi : Guerre commerciale: Trump réactive les sanctions car il doute de la bonne foi des négociateurs chinois

"Notre scénario de base demeure qu'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine est probable mais les dernières informations suggèrent que cela pourrait prendre plus de temps que prévu et qu'un accord ne serait pas conclu avant fin juin", commente John Woods, directeur des investissements Asie-Pacifique pour Credit Suisse.

Valeurs : EssilorLuxxotica bondit de 2,54%

Contre la tendance en Europe, EssilorLuxxotica prend 2,54% dans les premiers échanges après avoir signé un accord avec la holding familiale italienne Delfin pour mettre fin à la crise de gouvernance au sein du groupe et poursuivre la fusion entre le géant français des verres optiques et le lunetier italien.

A la hausse également, Euronext gagne 1,92% à la suite de l'annonce du soutien du ministère des Finances norvégien à son projet de rachat de l'opérateur boursier Oslo Bors, également convoité par le Nasdaq.

Lire aussi : Bataille d'Oslo : Euronext gagnant face au Nasdaq

La tendance est animée en outre par des changements de recommandations avec des abaissements pour Air France (-2,92%) et Casino (-4,61%) , respectivement par Bernstein et par Kepler Cheuvreux.

Lire aussi : Air France coupe dans son réseau intérieur sous la pression du TGV et des low-cost

Lire aussi : Casino va (encore) céder des magasins d'ici 2020 et mise sur la diversification pour se relancer

Ailleurs en Europe, Daimler perd 2,60% à Francfort, le chinoic BAIC tentant de se constituer une participation de 5%, selon des sources proches du dossier.

Les marchés asiatiques sous tension

Les marchés asiatiques ont fini dans le rouge. La Bourse de Tokyo a perdu 0,72% et celle de Shanghai 1,21%. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) recule de 0,5%, à proximité d'un creux de deux mois touché jeudi.

Wall Street provisoirement rassurée

Alors qu'elle avait passé la majeure partie de la séance dans le rouge, la Bourse de New York a fini en hausse vendredi, rassurée au moins provisoirement par la perspective d'une reprise des discussions commerciales entre les deux premières puissances économiques du monde. Ce fragile optimisme n'a pas duré puisque les contrats à terme sur les indices de Wall Street signalent pour lundi un ouverture en baisse de plus de 1%.

Taux: l'aversion au risque monte

Sur le marché obligataire, les emprunts d'État américains jouent leur rôle de valeur refuge, le rendement du 10 ans reculant de près de trois points de base à 2,428%. Dans les premiers échanges en Europe, le Bund à 10 ans, taux de référence de la zone euro, cède un peu de terrain à -0,051%. L'aversion au risque pénalise par contre les obligations souveraines italiennes. Le rendement des BTP à 10 ans prend ainsi trois points de base à 2,71%.

Changes: yuan mal orienté et dollar stable

Du côté des devises, le yuan "offshore" perd 0,8% à 6,88 pour un dollar et se dirige vers sa plus forte baisse en une séance depuis neuf mois. Le dollar est stable face à un panier de devises de référence dont l'euro, qui varie peu, autour de 1,1227.

Pétrole : progression modérée

Les cours du pétrole progressent modérément, autour de 61,80 dollars pour le baril de brut léger américain (WTI) et de 71,15 dollars pour le Brent de mer du Nord.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2019 à 14:23 :
Plus on décortique les hausses et les baisses boursières et plus on se rend compte qu'elles ne se reposent uniquement qur sur leurs peurs et donc sur des phénomènes totalement subjectifs, alors que l'on nous dis que les investisseurs ont peur d'une guerre commerciale, celle ci est bel et bien là puisque droits de douanes répondant à droits de douanes, du moins pour ceux qui ont un minimum de culture économique, mais pour ceux qui font la bourse, dont on se demande bien pourquoi soit dit en passant, ben ya toujours pas de guerre avec l'espoir de paix !

Ils sont vraiment totalement ahuris ou bien perdus dans des stratégies médiatiques ?

"LE DANGER DE LA RICHESSE:«Seul devrait posséder celui qui a de l'esprit: autrement, la fortune est un danger public. Car celui qui possède, lorsqu'il ne s'entend pas à utiliser les loisirs que lui donne la fortune, continuera toujours à vouloir acquérir du bien: cette aspiration sera son amusement, sa ruse de guerre dans la lutte avec l'ennui. C'est ainsi que la modeste aisance, qui suffirait à l'homme intellectuel, se transforme en véritable richesse, résultat trompeur de dépendance et de pauvreté intellectuelles. Cependant, le riche apparaît tout autrement que pourrait le faire attendre son origine misérable, car il peut prendre le masque de la culture et de l'art: il peut acheter ce masque. Par là il éveille l'envie des plus pauvres et des illettrés - qui jalousent en somme toujours l"éducation et qui ne voient pas que celle-ci n'est qu'un masque - et il prépare ainsi peu à peu un bouleversement social : car la brutalité sous un vernis de luxe, la vantardise comédien, par quoi le riche fait étalage de ses "jouissance de civilisé" évoquent, chez le pauvre, l'idée que l'argent seul importe, - tandis qu'en réalité, si l'argent importe quelque peu, l'esprit importe bien davantage.»

Et on s'étonne que le monde soit en danger alors que l'on devrait s'étonner qu'il n'ai pas été complètement déjà anéanti de par la profonde stupidité et tout ce qu'il en découle de nos propriétaires de capitaux et d'outils de production.
Réponse de le 13/05/2019 à 18:33 :
Le Blasé qui nous parle de culture économique, le ridicule ne tue pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :