Casino retrouve des couleurs en Bourse avec la perspective de son retrait d'Asie

Par latribune.fr  |   |  319  mots
Le groupe de distribution stéphanois a annoncé une possible cession de ses activités en Thaïlande, et pris plus de 4% en Bourse. (Crédits : Eric Gaillard/Reuters)
Le désengagement du groupe de distribution de Thaïlande a contribué au rebond de l'action Casino en Bourse, ce vendredi. Celle-ci a connu des soubresauts après les charges répétées du fonds américain Muddy Waters sur son endettement.

L'Asie bientôt privée de Casino? C'est en tout cas le chemin que semble prendre le groupe de distribution français, qui a annoncé ce vendredi avoir reçu des marques d'intérêt pour sa filiale Big C cotée en Thaïlande. À cette éventualité s'ajoute la perspective d'une vente de ses activités au Vietnam, déjà annoncée il y a quelques semaines. Si ces cessions aboutissaient, le groupe ne serait plus du tout présent en Asie.

"Dans le contexte du processus engagé pour la cession de son activité au Vietnam,Casino a reçu des expressions d'intérêt pour sa filiale Big C cotée en Thaïlande", explique le groupe dans un communiqué.

Rebond en Bourse

Cette annonce a participé au rebond de l'action du titre Casino ce vendredi, alors que le groupe subit d'importantes turbulences boursières depuis plusieurs mois, notamment sous les assauts répétés du fonds américain Muddy Waters. Dynamisée par l'annonce de démarches entreprises par le groupe pour céder sa filiale thaïlandaise, l'action du groupe grimpait de 4,39% à 39,86 euros, dans un marché en baisse de 0,93%. À la mi-séance, le titre enregistrait la plus forte des rares progressions du SBF 120 à +4,73%, au lendemain d'un chute de 6,23%.

Une aubaine pour se désendetter

Casino indiquait donc qu'il "entreprend des démarches en vue de la cession de cet actif, et qui seront menées dans le meilleur intérêt de la société et de ses actionnaires".

"Cette cession intégrale, qui n'était pas prévue initialement, permettrait en tout cas d'aller au-delà du plan de désendettement de plus de 2 milliards d'euros présenté en décembre", estiment les analystes du courtier Aurel BGC.

 Le groupe ne donne pas plus de détails sur le calendrier de cession, le montant qu'il espère en retirer ou les éventuels repreneurs.

(Avec AFP)