Casino, plombé par le Brésil, et à nouveau ciblé par Muddy Waters

 |   |  698  mots
Retraité des effets de change, le chiffre d'affaire de Casino au quatrième trimestre 2015 stage à - 0,3%.
Retraité des effets de change, le chiffre d'affaire de Casino au quatrième trimestre 2015 stage à - 0,3%. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Le chiffre d'affaires de l'entreprise stagne, en raison notamment de la conjoncture économique au Brésil. L’action plonge en Bourse au lendemain de la publication d’une nouvelle note du fonds d’investissement Muddy Waters.

Casino a une bête noire et une épine dans le pied. Dans le dernier cas, il s'agit de la récession au Brésil qui affecte encore ses performances. Ses résultats pour le quatrième trimestre 2015 publié ce 14 janvier en témoignent. Au total, le groupe de distribution enregistre un chiffre d'affaires de 11,79%, en recul de 11,2% au dernier trimestre 2015 par rapport à la même période un an plus tôt. Retraité des effets de change, la baisse se révèle bien moins forte: 0,3% après une baisse de 0,5% au trimestre précédent.

Via Varejo dans le rouge

Cette stagnation s'explique notamment par le ralentissement économique au Brésil, l'un des principaux marchés du groupe hors de France. Les ventes de sa filiale GPA sont restées stables, mais pas celles de Via Varejo, une autre entité brésilienne dont Casino possède des parts. Là, les ventes ont limité leur perte par rapport au trimestre précédent (-24,7%), mais elles restent dans le rouge (-15,2%).

>> Notation : le Brésil trouve Moody's sévère mais juste

Face à la situation économique dans le pays, l'entreprise compte "adapter son modèle" et "faire le dos rond", a indiqué Antoine Giscard d'Estaing, le directeur financier de Casino, lors d'une conférence avec les analystes.

Monoprix stagne

En France, ses ventes se sont tassées au dernier trimestre. En données comparables, elles augmentent de 1,4%, soit un point de moins qu'au cours du trimestre précédent. Le redressement des hypermarchés se poursuit avec une augmentation des ventes à périmètre comparable de 3% chez Géant, ainsi que chez Leader Price. Mais elles ont stagné dans les supermarchés et chez Monoprix.

Les  activités e-commerce, sous la bannière Cnova, affichent aussi des résultats en berne. Le chiffre d'affaires de cette entité cotée séparément est en baisse de plus de 8% à change constant.

Tout ceci n'empêche pas la direction de Casino d'afficher son optimisme concernant ses bénéfices. Ceux du deuxième semestre ne sont pas encore dévoilés. Mais elle s'attend à enregistrer un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) "significativement supérieur" à celui du premier semestre 2014. Pour cette année, elle table sur un résultat opérationnel courant d'au moins 500 millions d'euros pour ses seules activités françaises. Un optimisme partagé par certains investisseurs.

"Ceci, associé avec une vente imminente de ses activités au Vietnam, devrait fournir l'élan nécessaire à un désendettement. Nous maintenons notre opinion 'neutre' et nous préférons Carrefour dans un contexte compétitif qui s'améliore en France", est-il ainsi indiqué dans une note de Jefferies.

Le groupe a en effet annoncé en décembre son intention de quitter le Vietnam et engager un plan de désendettement de 2 milliards d'euros.

Muddy Waters revient à l'assaut

Reste qu'à la suite de la publication de ces résultats, Casino a été chahuté en Bourse. Son action chutait de plus de 5% en milieu de matinée par rapport à l'ouverture, après une période de hausse en début de séance.

Ces résultats et surtout la conférence avec les analystes qui a suivi étaient d'autant plus attendus sur les marchés que le groupe français a fait l'objet d'une nouvelle note du fonds américain Muddy Waters publiée la veille. Elle réitère le message d'une première recommandation explosive fin décembre qui remettait en cause la présentation des performances du groupe, en estimant qu'elles cachaient un très haut niveau d'endettement.

Elle a déjà provoqué d'importantes turbulences boursières pour l'action Casino, déjà en forte baisse depuis plusieurs mois. Celle-ci affiche désormais une valeur de 38,5 euros contre plus de 76 euros en janvier 2015.

>> Casino : retour sur un an et demi de turbulences boursières

L'AMF se penche sur le dossier

Casino s'est défendu en menaçant d'en appeler à l'Autorité des marché financiers. Laquelle a annoncé mercredi 13 janvier avoir demandé des informations aux deux parties sur ce sujet, mais sans parler d'enquête à ce stade.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/01/2016 à 17:22 :
Coquille au 1er § : "Au total, le groupe de distribution enregistre un chiffre d'affaires de 11,79%"
a écrit le 14/01/2016 à 14:35 :
qu'un actionnaire activiste s'interroge sur ce que le management fait de son argent est plutot sain...
qu'une entite qui ne detient pas de titre donne son avis a plusieurs reprises est franchement suspect........... il conviendrait de connaitre les positions de ce fonds et de ses allies ( en analysant les transactions) sur les futures et autres derives... evidemment y a un hic, on ne peut pas faire ca sur le shadow banking ( mais ces derniers n'etant pas independants des marches...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :