Casino : retour sur un an et demi de turbulences boursières

 |   |  437  mots
Le groupe Casino a annoncé un plan de désendettement de 2 milliards d'euros
Le groupe Casino a annoncé un plan de désendettement de 2 milliards d'euros (Crédits : Wikimedia Commons/ Groupe Casino. CC License by.)
Le titre du groupe de distribution français a dévissé en Bourse le 17 décembre après la publication d'une note du cabinet d’investissement américain Muddy Waters. Mais le cours de l'action Casino chutait déjà depuis plus d’un an. Retour en arrière.

En cette journée du 17 décembre 2015, l'action Casino a perdu près de 15% de sa valeur, pour atteindre 41,707 euros. Une chute importante certes, mais à contextualiser : depuis juillet 2014,  elle en avait déjà perdu près de 60% de sa valeur. Cette chute soudaine affecte également la cotation de la maison-mère Rallye et fait suite à la publication d'une note d'analyse au vitriol publiée par l'unité de recherche Muddy Waters.

Dans cette note, le cabinet d'analystes appartenant à l'investisseur activiste Carson Block juge le titre Casino surévalué -il devrait s'échanger à moins de 7 euros selon les analystes- et sa structure financière peu claire. Dans la foulée, le groupe de distribution a saisi l'Autorité des marchés financiers et menace de porter plainte, jugeant "trompeuses" les informations diffusées par Muddy Waters.

Réorganisation de Casino en Amérique du Sud

De fait, les turbulences subies par l'action en Bourse remontent à plus d'un an. Depuis un pic de juillet 2014, quand le titre a frôlé les 97 euros, le cours était plutôt orienté à la baisse. Sauf, notamment, entre décembre et avril 2015 mais sans toutefois revenir au même niveau.

Graphique Casino

Sur le graphique, on peut observer que le titre chute à nouveau depuis un été 2015 marqué notamment par l'annonce de sa réorganisation en Amérique du Sud, mais aussi par celle d'un retour de la croissance dans les hypermarchés Géant en France après une phase d'investissements sur les baisses de prix dans un contexte de forte rivalité sur ce sujet entre grand distributeurs.

Un "reflet de l'exaspération" des investisseurs

Le rapport de Muddy Waters "est probablement un reflet de l'exaspération latente de la communauté financière concernant la dette et la complexité de Casino", écrit l'analyste d'un autre cabinet, Bryan, Garnier & Co, dans une note diffusée vendredi 18 décembre. Et d'ajouter :

"Bien sûr Muddy Waters retient le pire scénario possible parce qu'il ne prend en compte que le deuxième semestre de 2014 et le premier de 2015 au cours desquels Casino a massivement investi dans les prix."

Le groupe stéphanois a annoncé le 15 décembre un plan de désendettement plutôt bien accueillie par les investisseurs dans un premier temps, le titre clôturant en hausse de près de 7% ce jour-là. La banque d'affaires JP Morgan avait même revu à la hausse ses perspectives de long terme pour le groupe. L'agence de notation Fitch a quant à elle confirmé sa note de "BBB-" sur Casino avec une perspective stable. Ce vendredi, le titre atteignait près de 44 euros au cours de l'après-midi, en hausse de 1,14%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2015 à 20:09 :
il serait temps que les autorites prennent SERIEUSEMENT en compte les insiders trading et autres manipulations
y en a marre de ces activistes qui donnent leur avis sans avoir d'actions ( mais qu'ils esperent avoir a vil prix), de ces banques americaines qui annoncent un baril a 140 puis 200 dollars pour se raviser et dire que l'objectif c'est 20 puis 10, ou de ces ' algorithmes' qu vous mettent systematiquement un ordre meilleur que le votre dans le bid ask price, puis le retirent si le votre se retire aussi
faudra aussi demander des comptes a ces analystes jeunes ( et fraichement sortis de l'ecole avec un bon salaire) et soucieux de leur bonus comment ils peuvent evaluer une entreprise 100 puis 800, pour se raviser et proposer 5 ( en ne condamant pas que l'analyste, mais aussi son employeur...)
a écrit le 19/12/2015 à 14:14 :
On défendra Naouri dont le talent ne se discute pas. Il a porté l'enseigne aux plus hauts mondiaux venant d'une petite structure. Ensuite, parler pour les américains de survalorisation en citant Casino est d'un comique sans fin, eux dont les entreprises ne sont plus qu'autant de super bulles financières au bord de l'éclatement. Le prédateur américain en est conscient puisqu'il nomme sa société "eaux boueuses", tout un programme. Gageons qu'il aura bien mieux à faire en nettoyant les écuries américaines. A Paris nos stratèges n'ont pas manqué logiquement de faire plonger le titre à la suite sur ce prétexte : une bonne affaire pour Casino.
Réponse de le 19/12/2015 à 17:49 :
Le talent financier pour déréguler ? Ou initiés ? Je trouve que Casino ne fait plus de L épicerie mais une espèce d empilage de concept ! On fais déposer le bilan à de nombreux fournisseurs de trente ans ! On verra la suite ! Despote sur ! Éclairé à voir...?
a écrit le 19/12/2015 à 11:21 :
Certes, l'affaire et le patron ne sont pas inconnus depuis déjà assez longtemps, mais pourquoi ce psycho-drame aujourd'hui . Les constellations de structures et holdings comme les pyramides Ponzi ne datent pas d'hier et ont été encouragées par les dérégulation et désintermédiation ultra-libérales qui ont constitué les enchères comme le mode de détermination de la Valeur ; la modification des règles comptables illustre bien le climat volatile d'établissement des bilans. Foin de la perte de valeur et
de repaire par les nouvelles générations. L'unique question est dés lors : How Much ?
C'est partout et toujours le règne des loteries de casinos, financiers et monétaires.
des générations actuelles ;
Réponse de le 19/12/2015 à 20:11 :
le plus gros schema de ponzi c'est la secu francaise, d'ailleurs meme maddof y a tire ses sources d'inspiration
ca a craque chez lui, ca commence en france, le tsunami n'est pas loin, pas besoin de holding, des syndicats et des punk stake holders ca suffit
a écrit le 18/12/2015 à 19:06 :
Le cours est à l'image de son dirigeant ! C est à dire on sais pas quoi en penser ! Entre triangle et Bermudes !👹🇨🇭
Réponse de le 19/12/2015 à 8:39 :
Perso, je sais quoi en penser: Une sorte de despote éclairé entouré d'une petite cour servile et craintive.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :