Les marchés boursiers et le pétrole boostés par les annonces de Draghi

 |   |  318  mots
Les cours du pétrole ont rebondi avec le WTI qui a repris 4,1% à New York, grimpant à 29,53 dollars. Le Brent de mer du Nord a quant à lui gagné près de 5%, à 29,25 dollars.
Les cours du pétrole ont rebondi avec le WTI qui a repris 4,1% à New York, grimpant à 29,53 dollars. Le Brent de mer du Nord a quant à lui gagné près de 5%, à 29,25 dollars. (Crédits : reuters.com)
La BCE a promis jeudi de réexaminer sa politique monétaire en mars si nécessaire. Sute à ces annonces, le pétrole a signé sa plus forte hausse de l'année, le Nikkei a grimpé de près de 6% et les Bourses européennes ont fini dans le vert.

Après ne pas être allé aussi loin que le souhaitait le marché le 3 décembre, le président de la BCE Mario Draghi  a formulé des annonces qui ont rassuré les investisseurs, jeudi 21 janvier. La promesse de la Banque centrale européenne de réexaminer sa politique monétaire en mars si nécessaire a soutenu les marchés boursiers en Europe, aux Etats-Unis et en Asie ainsi que le pétrole dans la foulée, malgré la hausse plus forte que prévu des stocks d'or noir aux Etats-Unis. L'annonce de Mario Draghi a tous les atours d'une promesse ferme d'un nouveau cycle d'assouplissement de la politique monétaire de la BCE.

Meilleure séance de l'année pour le Brent et le WTI

Ainsi, les cours du pétrole ont rebondi avec le WTI qui a repris 4,1% à New York, grimpant à 29,53 dollars. Le Brent de mer du Nord a quant à lui gagné près de 5%, à 29,25 dollars. Il s'agit de leur meilleure séance depuis le début de l'année, et ce malgré l'annonce d'une hausse plus forte que prévu des stocks aux Etats-Unis.

Près de 6% de hausse pour le Nikkei

Le Nikkei a fini en très forte hausse. Il a gagné 941,27 points à 16.958,53 points et le Topix, plus large, a pris 72,70 points (5,59%) à 1.374,19 points.Par ailleurs, les Bourses de Sydney, Séoul, Taipei, Singapour et Manille étaient toutes dans le vert.

Les Bourses européennes dans le vert

En Europe, Paris a gagné 1,97%, Londres 1,77% et Francfort 1,94%, tandis que Milan bondissait de 4,2%. Wall Street a progressé avec une avancée de 0,74% de son indice vedette Dow Jones Industrial Average.

Hausse modeste de Wall Street

Du côté des Etats-Unis, Wall Street a également terminé dans le vert. L'indice Dow Jones des 30 grandes valeurs a repris 115,94 points, soit 0,74%, à 15.882,68 au lendemain d'un recul de 1,17%. Le Nasdaq Composite a fini stable à 4.472,06 points, soit un gain modique de 0,37 point (0,01%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2016 à 16:53 :
Préparez-vous à la dévaluation....
a écrit le 22/01/2016 à 15:30 :
Il ne faudrait pas exagérer les pouvoir du magicien. Le pétrole après 61% de baisse sur un an peut rebondir sérieusement
a écrit le 22/01/2016 à 11:58 :
On constate surtout le graphique d'un malade sous perfusion en fin de vie. Un coup ça monte, un coup ça descend. Qui peut parler de stabilité économique aujourd'hui avec de telles fluctuations? Qui peut être rassuré devant autant d'instabilité? L'économie mondiale est basée sur des valeurs fictives sur fond de stratégies de guerre économique permanente...
a écrit le 22/01/2016 à 10:58 :
Il appartient donc à la Banque Centrale Européenne de faire monter la bourse de Tokyo. Vous voyez bien que les banques ne sont pas des parasites : elles rendent de grands service à la civilisation !
a écrit le 22/01/2016 à 10:45 :
Comme quoi il ne lui en faut pas grand chose au marché, milieu virtuel s'il en est, pour être rassuré et pendant ce temps la consommation dégringole.

A un moment les effets leviers des institutions publiques et privés ne pourront pas remplacer la consommation de 750 millions de personnes et ça arrive très vite.
Réponse de le 22/01/2016 à 18:23 :
Malgré toutes les richesses accumulées depuis 1994, le monde économique est sur la crête de la vague, ne sachant de quel côté il va basculer et à grands renforts de leviers mondiaux monétaires n'a jamais été aussi près de manger du sable, mais même çà il serait capable de le valoriser, pourquoi?
Réponse de le 23/01/2016 à 17:13 :
Parce que les richesses accumulées le sont sur des comptes ofshore qui ne profitent à personne. Mais chut il ne faut surtout pas dire que ce sont eux les freins à l'économie...

1994 me semble être un bon point de départ si vous en avez la raison ce serait avec plaisir que je vous lirais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :