Téléchargez
notre application
Ouvrir

Le Maire dénonce le projet "inacceptable" de sanctions américaines

reuters.com  |   |  352  mots
Les sanctions americaines seraient inacceptables, selon le maire[reuters.com]
(Crédits : Charles Platiau)

PARIS (Reuters) - Bruno Le Maire a fustigé mardi le projet américain de taxer à 100% certains produits d'importation français, une initiative selon lui "inacceptable", et menacé les Etats-Unis de représailles européennes tout en mettant en garde contre les conséquences économiques d'un tel engrenage.

"C'est inacceptable, ce n'est pas à la hauteur d'un allié et ce n'est pas le comportement qu'on attend des Etats-Unis d'Amérique vis-à-vis de l'un de ses principaux alliés", a déclaré le ministre français de l'Economie sur Radio Classique.

Les tensions commerciales entre les deux pays, déclenchées à l'origine par un impôt français sur les géants du numérique que les Etats-Unis voient comme une mesure anti-américaine, se sont brutalement ravivées lundi, après trois mois d'accalmie.

Le gouvernement des Etats-Unis a menacé de surtaxer 2,4 milliards de dollars de produits français tels que le champagne, le fromage et les sacs à main. Un projet toujours à l'étude en attendant une décision définitive.

"S'il devait y avoir de nouvelles sanctions américaines, l'Union européenne serait prête à riposter", a dit Bruno le Maire, précisant qu'il avait "pris contact" lundi avec la Commission européenne pour s'assurer que d'éventuelles représailles seraient "fortes".

"Maintenant, il faut éviter d'entrer dans ce conflit et d'entrer dans cette logique de sanctions et de ripostes entre les Etats-Unis et l'Europe, ce n'est l'intérêt de personne", a encore déclaré le ministre français.

La France assure que sa taxe sur les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon, entre autres), entrée en vigueur cette année, n'est en rien dirigée contre les seules multinationales américaines et promet de la remiser une fois qu'une solution plus large aura été trouvée dans le cadre de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques).

Lors du G7 de Biarritz, fin août, France et Etats-Unis étaient parvenus à un compromis qui, espérait-on à l'Elysée, devait éloigner les menaces de surtaxe régulièrement brandies par Donald Trump.

(Simon Carraud, édité par Jean-Michel Bélot)