Téléchargez
notre application
Ouvrir

L'Iran peut se battre au-delà de ses frontières, prévient Khamenei

reuters.com  |   |  435  mots
L'iran pret negocier, mais pas avec les etats-unis, reaffirme khamenei[reuters.com]
(Crédits : Morteza Nikoubazl)

DUBAI (Reuters) - Les gardiens de la Révolution sont capables de porter leur combat au-delà des frontières iraniennes, a prévenu vendredi le guide suprême de la révolution, Ali Khamenei, près de deux semaines après l'assassinat du général Qassem Soleimani.

Conduisant la prière du vendredi pour la première fois en huit ans, le plus haut dignitaire religieux iranien a également déploré le comportement des Etats européens qui ont décidé de déclencher mardi le "mécanisme de résolution" des différends prévu par l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, une initiative qu'ils ont justifiée par les nouvelles transgressions de la République islamique.

Le régime iranien a fait savoir qu'il allait s'affranchir davantage de l'accord et ne s'imposerait plus de limites pour l'enrichissement d'uranium, une annonce faite le 5 janvier, après la mort du général Soleimani, tué dans une frappe américaine à Bagdad.

Téhéran a riposté en ciblant plusieurs bases irakiennes abritant des soldats américains, faisant quelques blessés dans les rangs de l'US Army.

"La résistance devra se poursuivre jusqu'à ce que la région soit tout à fait libérée de la tyrannie de l'ennemi", a lancé Ali Khamenei, faisant référence à la présence militaire américaine au Moyen-Orient.

"On voit la main de Dieu dans le fait que l'Iran puisse infliger un tel revers à une puissance mondiale", a-t-il dit, dénonçant au passage la "nature terroriste" des Etats-Unis.

"La Force Al Qods (troupes d'élite iraniennes chargées des opérations extérieures du corps des Gardiens de la Révolution NDLR) est une organisation humanitaire, avec des valeurs humaines, qui protège les populations partout dans la région. Ils sont des combattants sans frontières", a-t-il ajouté.

Si le meurtre du général Soleimani a semblé entraîner un élan d'union nationale en Iran, le crash du Boeing d'Ukraine Airlines accidentellement abattu par des missiles iraniens a ravivé les rancoeurs de l'opposition à l'encontre du régime et provoqué de nouvelles manifestations, immédiatement soutenues par le président américain Donald Trump.

"Ces clowns américains qui mentent et disent soutenir le peuple iranien doivent comprendre qui sont les Iraniens", a dit Ali Khamenei.

Les Etats-Unis et leurs alliés essayent d'utiliser le crash de l'appareil ukrainien pour faire oublier le meurtre de Qassem Soleimani, a-t-il encore affirmé, tout en admettant que l'accident était une tragédie qui ne saurait se reproduire.

(Parisa Hafezi et Babak Dehghanpisheh, version française Nicolas Delame)