Téléchargez
notre application
Ouvrir

Une commission éthiopienne accuse de jeunes Tigréens d'avoir tué 600 civils

reuters.com  |   |  297  mots
Une commission ethiopienne accuse de jeunes tigreens d'avoir tue 600 civils[reuters.com]
(Crédits : Mohamed Nureldin Abdallah)

NAIROBI (Reuters) - Un groupe de jeunes Tigréens a tué au moins 600 civils dans la ville éthiopienne de Mai Kadra avec la complicité des forces rebelles locales, a annoncé mardi la Commission éthiopienne des droits de l'homme.

Cette attaque, survenue le 9 novembre, visait les personnes n'appartenant à l'origine tigréenne, a précisé la Commission mise en place par le gouvernement éthiopien.

Reuters n'a pas pu vérifier de manière indépendante ces informations, l'accès au Tigré étant limité et les communications coupées pour l'essentiel. Les dirigeants des forces tigréennes n'ont pas pu être contactés dans l'immédiat.

Selon le rapport de la Commission, le groupe de jeunes Tigréens a poignardé, étranglé et battu à mort ces victimes qui appartenaient aux groupes ethniques d'Amhara et de Wolkait.

Le matin de l'attaque, la police locale a commencé à vérifier les cartes d'identité des habitants pour "trier les personnes d'origine non tigréenne des autres", ajoute le rapport de la Commission.

Dans l'après-midi, un groupe de jeunes Tigréens appelé "Samri", accompagné de la police locale et de miliciens, s'est rendu dans un quartier de la ville où vivent la plupart des non-Tigréens.

L'attaque a commencé par l'exécution d'un fermier amhara, qui a été tué devant sa famille avant que sa maison et son cadavre ne soient incendiés, peut-on lire dans le rapport, qui cite notamment des témoins oculaires.

Le Tigré est en guerre contre le gouvernement fédéral d'Addis Abeba qui a ordonné le 4 novembre à l'armée d'intervenir dans cette région du nord du pays pour y rétablir l'état de droit, après avoir imputé l'attaque d'une base gouvernementale aux forces locales.

(William Maclean; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot)