Téléchargez
notre application
Ouvrir

Trump signe un nouveau décret sur les investissements dans des firmes chinoises

reuters.com  |   |  336  mots
Trump signe un nouveau decret sur les investissements dans des firmes chinoises[reuters.com]
(Crédits : Jason Lee)

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain Donald Trump a signé un décret renforçant l'interdiction annoncée en novembre dernier sur les investissements américains dans des entreprises considérées comme contrôlées ou détenues par l'armée chinoise, a annoncé mercredi la Maison blanche.

Cette mesure, qui limite l'accès de la Chine aux marchés américains, s'inscrit dans le cadre d'efforts de Donald Trump pour cimenter dans les ultimes jours de son mandat la ligne dure qu'il adoptée vis-à-vis de Pékin, alors que Joe Biden doit être investi le 20 janvier.

Aux termes du décret, les investisseurs américains devront avoir cédé d'ici le 11 novembre 2021 l'intégralité de leurs actions dans les entreprises désignées par le département de la Défense comme détenues ou contrôlées par l'armée chinoise.

L'ambassade de Chine à Washington n'a pas répondu dans l'immédiat à une demande de commentaire.

Il s'agit d'une directive à la portée bien plus large que le décret signé initialement par Donald Trump en novembre, qui interdisait seulement aux investisseurs américains d'acquérir des actions des sociétés placées par Washington sur "liste noire".

Reuters avait rapporté par le passé que l'administration Trump envisageait de renforcer les mesures du décret présidentiel initial.

"Le décret d'aujourd'hui garantit que les Etats-Unis disposent d'un outil majeur pour protéger les investisseurs américains contre tout financement de la modernisation de l'armée chinoise", a dit à Reuters un haut représentant de l'administration.

Parmi les 35 entreprises placées jusqu'à présent sur "liste noire" par le Pentagone figurent le principal fabricant de puces chinois, SMIC, et le géant pétrolier CNOOC.

En revanche, des sources ont déclaré mercredi à Reuters que l'administration Trump avait fait marche arrière sur son projet visant à ajouter les géants du numérique Alibaba et Tencent à cette liste.

(Humeyra Pamuk et Alexandra Alper; version française Jean Terzian)