Téléchargez
notre application
Ouvrir

Pourparlers de réconciliation au Caire entre mouvements palestiniens

reuters.com  |   |  374  mots
Pourparlers de reconciliation au caire entre mouvements palestiniens[reuters.com]
(Crédits : Mohamad Torokman)

par Nidal al-Mughrabi et Ali Sawafta

GAZA/RAMALLAH (Reuters) - Les dirigeants des différents mouvements palestiniens ont entamé lundi au Caire des pourparlers de réconciliation sous l'égide de l'Egypte pour tenter de mettre fin à leurs divisions internes de longue date en vue des élections prévues cette année.

L'Egypte essaie en vain depuis 14 ans de réconcilier le Fatah du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et le Hamas, mouvement islamiste armé qui s'oppose à toute négociation avec Israël.

Les pourparlers sont destinés à lever les obstacles à l'organisation d'élections législatives le 22 mai et d'un scrutin présidentiel le 31 juillet. Aucune élection palestinienne n'a eu lieu à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est depuis quinze ans.

Outre le Hamas et le Fatah, les délégations d'une dizaine d'autres formations, dont celle du Djihad islamique, participent aux discussions du Caire. Ce groupe, qui avait boycotté les élections de 1996 et 2006, envisage de participer à celles prévues cette année, selon des sources palestiniennes.

Mais la défiance entre les différents mouvements est si forte qu'à l'ordre du jour figurent des éléments de base propres à tout scrutin comme la manière dont seront surveillés les bureaux de vote et la manière dont les recours électoraux seront tranchés par les tribunaux.

Le scepticisme général domine par ailleurs quant à la tenue de ces élections. Pour de nombreux Palestiniens, Mahmoud Abbas cherche avec cette initiative à présenter à la nouvelle administration américaine de Joe Biden des gages de pratiques démocratiques alors que les relations ont été très tendues sous le mandat de Donald Trump.

"Les chances de succès et d'échec sont équitablement réparties", note Hani Al Masri, un analyste politique en Cisjordanie sans étiquette, qui participe aux discussions.

Quelque 2,8 millions de personnes peuvent participer aux élections à Gaza et en Cisjordanie, et pour le moment plus de 80% d'entre elles ont été enregistrées auprès de la Commission électorale centrale.

Le dernier scrutin de 2006 s'était soldé par une victoire surprise du Hamas, qui contrôle l'enclave de Gaza, tandis que l'Autorité palestinienne, dirigée par le Fatah, siège en Cisjordanie.

(Version française Claude Chendjou, édité par Jean-Stéphane Brosse)