Téléchargez
notre application
Ouvrir

CMA CGM veut reconstruire le port de Beyrouth en moins de trois ans

reuters.com  |   |  434  mots
Cma cgm veut reconstruire le port de beyrouth en moins de trois ans[reuters.com]
(Crédits : Mohamed Azakir)

PARIS (Reuters) - L'armateur de porte-conteneurs français CMA CGM a l'ambition de reconstruire le port de Beyrouth d'ici à trois ans malgré l'impasse politique au Liban qui a bloqué la prise de décisions sur ce sujet, a déclaré samedi un dirigeant de l'entreprise.

Une explosion chimique dans le port de Beyrouth a tué 200 personnes et détruit des quartiers entiers de la ville en août dernier, aggravant la pire crise politique et économique du Liban depuis la guerre civile de 1975-1990.

Le plan de CMA CGM, présenté pour la première fois aux autorités libanaises en septembre, prévoit la reconstruction des quais et des entrepôts endommagés, ainsi que l'expansion et la numérisation du port pour un coût total estimé entre 400 et 600 millions de dollars, a déclaré Joe Dakkak, directeur général de CMA CGM Liban.

"Notre offre reste sur la table", a-t-il dit à Reuters. "Notre projet est réaliste car la situation est urgente."

Vendredi, des entreprises allemandes ont présenté un plan distinct de plusieurs milliards de dollars pour reconstruire le port de Beyrouth et les districts voisins, confirmant une information de Reuters.

Selon Joe Dakkak, l'initiative allemande est davantage axée sur le développement immobilier à plus long terme, mais CMA CGM serait disposé à contribuer à la partie portuaire de ce projet si elle y était invitée.

CMA CGM, contrôlé par la famille franco-libanaise Saadé, s'est inscrit dans le mouvement initié par le président français Emmanuel Macron pour secourir Beyrouth après l'explosion de l'été dernier.

Le gouvernement français n'est pas partie prenante au plan de CMA CGM, a toutefois déclaré Joe Dakkak, ajoutant que les entreprises et les institutions financières françaises avaient manifesté leur intérêt et que l'État libanais jouerait un rôle à travers un partenariat public-privé.

En plus d'avoir dévasté la zone de vrac du port de Beyrouth, l'explosion de l'année dernière a détruit les équipements du terminal à conteneurs, ce qui a doublé le temps d'attente pour les navires et s'est ajouté aux difficultés de longue date du port, selon le dirigeant.

CMA CGM est le principal opérateur maritime du port de Beyrouth, représentant 60% des volumes, et reste candidat - en partenariat avec la société suisse MSC - à la concession d'exploitation du terminal à conteneurs, a également déclaré Joe Dakkak.

Un appel d'offres pour faire fonctionner le terminal à conteneurs, bloqué par la crise politique, pourrait être relancé dans deux semaines, a-t-il ajouté.

(Gus Trompiz, version française Benjamin Mallet)