Téléchargez
notre application
Ouvrir

Afghanistan : Les taliban veulent la "part du lion" dans les négociations, dit l'émissaire américain

reuters.com  |   |  325  mots
Afghanistan: les taliban veulent la part du lion dans les negociations, dit l'emissaire americain[reuters.com]
(Crédits : Stringer)

par Jonathan Landay

WASHINGTON (Reuters) - Les taliban et le gouvernement afghan ont des positions très éloignées dans les discussions de paix menées sous l'égide des Etats-Unis, les insurgés réclamant "la part du lion" dans le partage du pouvoir pour la formation d'un quelconque nouveau gouvernement, a déclaré mardi l'émissaire spécial américain.

L'expérimenté diplomate Zalmay Khalilzad, d'origine afghane, a effectué ce commentaire austère alors même que les taliban progressent dans les offensives qu'ils ont lancées à travers l'Afghanistan contre les capitales provinciales, profitant du retrait presque finalisé des troupes américaines après vingt ans de conflit.

S'exprimant par visioconférence lors du forum sur la sécurité Aspen, l'émissaire spécial américain a déclaré que les taliban demandaient désormais "d'avoir la part du lion dans le prochain gouvernement, étant donné la manière dont ils voient la situation militaire".

Alors que les négociations de paix menées à Doha, au Qatar, sont dans l'impasse, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken s'est entretenu dans la journée avec le président afghan Ashraf Ghani, a rapporté le département d'Etat américain, indiquant que les deux hommes étaient convenus de la nécessité d'accélérer les pourparlers.

Les avancées enregistrées par les taliban au cours des dernières semaines ont alimenté les craintes que les insurgés tentent de revenir par la force au pouvoir, dont ils ont été chassés en 2001 avec le début de l'intervention militaire américaine. Ils assurent vouloir un accord de paix.

Zalmay Khalilzad, architecte de l'accord conclu en février 2020 entre Washington et les taliban prévoyant le retrait des troupes américaines, a déclaré que seuls un cessez-le-feu et des négociations sur un gouvernement de transition permettraient de parvenir à la paix.

(Reportage Jonathan Landay, avec Tim Ahmann; version française Jean Terzian)