Téléchargez
notre application
Ouvrir

Débuts hésitants en Europe, Nestlé brille, Kering et ASML sanctionnés

reuters.com  |   |  319  mots
Les bourses europeennes evoluent en ordre disperse en debut de seance[reuters.com]
(Crédits : Neil Hall)

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé en début de séance mercredi, une série de publications de résultats diversement accueillies prenant le pas sur la hausse de Wall Street la veille.

À Paris, le CAC 40 est pratiquement inchangé à 6.668,10 points vers 07h45 GMT, tout comme le FTSE 100 à Londres, tandis qu'à Francfort, le Dax gagne 0,24%.

L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,08%, le FTSEurofirst 300 de 0,15% et le Stoxx 600 de 0,16%.

Wall Street a fini en nette hausse mardi, tirée entre autres par les valeurs des hautes technologies et de la santé, et l'indice vedette américain Standard & Poor's 500 n'est plus qu'à 0,6% de son record du 2 septembre. À Tokyo, le Nikkei a lui aussi fini dans le vert, avec une progression de 0,14%.

Mais en Europe, la tendance est freinée par le secteur des matières premières (-1,29%) d'une part avec le recul des cours du pétrole et des métaux de base, et d'autre part par les contre-performances de certains grands noms de la cote.

Kering perd ainsi 4,6%, la plus forte baisse du CAC 40, après les ventes inférieures aux attentes de sa marque vedette Gucci au troisième trimestre, la résurgence de l'épidémie de COVID-19 ayant freiné l'activité en Asie.

A Amsterdam, le spécialistes des équipements pour le secteur des semi-conducteurs ASML cède 1,57%, plusieurs analystes jugeant décevantes ses prévisions pour le quatrième trimestre. Dans son sillage, STMicroelectronics abandonne 0,63%.

A l'opposé, Nestlé gagne 3,74% après avoir relevé sa prévision de croissance organique et Vinci s'adjuge 2,44% après un chiffre d'affaire trimestriel supérieur à celui du trimestre correspondant de 2019, avant la crise du coronavirus.

Les investisseurs surveilleront à 09h00 GMT les chiffres définitifs des prix à la consommation dans la zone euro en septembre. Au Royaume-Uni, l'inflation affiche un ralentissement inattendu à 3,1% sur un an en septembre.

(Reportage Marc Angrand, édité par Blandine Hénault)