Téléchargez
notre application
Ouvrir

Brexit/Pêche : Environ 50% de licences manquantes, sanctions françaises imminentes

reuters.com  |   |  392  mots
Brexit/peche: environ 50% de licences manquantes, paris prepare toujours ses sanctions[reuters.com]
(Crédits : Hannah Mckay)

PARIS (Reuters) - La France estime que le Royaume-Uni n'a accordé que la moitié des licences de pêche dans les eaux britanniques auxquelles les pêcheurs français avaient droit dans le cadre de l'accord sur le Brexit, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

"Notre patience atteint ses limites", a-t-il ajouté, en précisant que face à la restriction des délivrances de licences permettant aux pêcheurs européens d'accéder aux eaux britanniques, le gouvernement présenterait la liste des mesures de représailles envisagées "d'ici demain ou après-demain" (jeudi ou vendredi-NDLR).

"Ce que nous constatons aujourd'hui c'est qu'il manque quasiment 50% des licences auxquelles nous avons droit", a précisé Gabriel Attal lors du compte-rendu du conseil des ministres, en prévenant que ces mesures seraient mises en oeuvre à compter de début de novembre "s'il n'y a pas de changement de politique d'ici à la semaine prochaine pour les licences auxquelles nous avons droit".

Une première série de mesures, qui sera mise en place progressivement à compter du 2 novembre, portera sur les produits importés débarqués en France (contrôles douaniers et sanitaires systématiques, interdiction de débarquement de produits de la mer, par exemple), a expliqué Gabriel Attal.

La seconde série portera sur la fourniture d'énergie aux îles anglo-normandes, a-t-il ajouté.

"Ce sont des mesures graduées (....) qui pourront être complétées s'il n'y a pas de geste des Britanniques, puisque notre objectif ce n'est pas de poser des mesures, c'est d'obtenir des licences", a de son côté précisé le secrétaire d'Etat chargées des Affaires européennes, Clément Beaune, lors d'une audition par la commission des Affaires européennes du Sénat.

D'après le gouvernement français, la Grande-Bretagne, qui a imposé de nouvelles conditions à l'octroi des permis (en exigeant notamment la preuve d'une activité dans les zones concernées avant le Brexit) a fixé au 30 octobre la date butoir pour l'octroi de ces licences.

Ces licences permettent aux pêcheurs européens - et notamment français - d'accéder aux eaux territoriales britanniques dans une zone de six à douze miles nautiques au large des côtes britanniques, ainsi que de celles de Jersey et Guernesey.

(Rédigé par Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)