Téléchargez
notre application
Ouvrir

Nucléaire : Téhéran annonce une reprise des discussions d'ici fin novembre

reuters.com  |   |  501  mots
Nucleaire iranien: les negociations reprendront avant fin novembre, dit teheran[reuters.com]
(Crédits : Lisi Niesner)

par Parisa Hafezi

DUBAI (Reuters) - Les discussions sur une relance de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien reprendront d'ici fin novembre, a annoncé mercredi le principal négociateur de l'Iran, Ali Bagheri Kani, après une rencontre à Bruxelles avec le coordonnateur européen des pourparlers, Enrique Mora.

"Ai eu un dialogue très sérieux et constructif avec @enriquemora_ sur les éléments essentiels de négociations réussies. Nous sommes convenus de commencer les négociations avant fin novembre. La date exacte sera annoncée dans le courant de la semaine prochaine", a-t-il écrit sur Twitter.

Une source diplomatique française a indiqué que les membres du groupe "E3", les trois pays européens signataires de l'accord (France, Grande-Bretagne et Allemagne), n'avaient pas reçu d'invitation à dialoguer avec l'Iran, disant regretter de n'avoir pas pu rencontrer mercredi le négociateur en chef de Téhéran.

Engagées en avril dernier à Vienne, la capitale autrichienne où fut signé le Plan d'action global commun (PAGC) en 2015, les discussions indirectes destinées à ramener l'Iran et les Etats-Unis dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien ont été ajournées en juin après la victoire à l'élection présidentielle iranienne de l'ultra-conservateur Ebrahim Raïssi.

Depuis que l'ancien président américain Donald Trump a retiré les Etats-Unis du PAGC en 2018, l'Iran s'est affranchi par étapes des termes de l'accord et, selon l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a accéléré l'enrichissement de son uranium pour le rapprocher du grade militaire.

Joe Biden, entré en fonction à la Maison blanche en janvier dernier, a exprimé son intention de ramener les Etats-Unis dans l'accord de 2015.

Ebrahim Raïssi, de même que l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution iranienne, veut que les pourparlers aboutissent au respect intégral de l'accord de 2015 et à la levée des sanctions visant l'Iran.

Les puissances occidentales exhortent depuis des mois Téhéran à revenir à la table des discussions, estimant que le temps presse alors que le programme nucléaire iranien a progressé hors du cadre initial fixé par le PAGC.

L'émissaire spécial américain pour l'Iran, Rob Malley, a déclaré lundi que le dossier était dans une "phase critique", faisant écho aux propos des diplomates de l'E3.

Après six cycles de discussions, les divergences demeurent entre Washington et Téhéran sur les mesures à prendre et leur calendrier.

"Le retour de l'Amérique dans l'accord nous importe peu. Ce qui est important est que l'issue des discussions soit favorable à l'Iran", a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabodallahian.

S'exprimant lors d'une conférence de presse télévisée, il a de nouveau exprimé le souhait de Téhéran d'obtenir la levée du gel des avoirs iraniens consécutif aux sanctions américaines.

(Reportage de Parisa Hafezi, avec le bureau de Dubaï et John Irish à Paris; version française Tangi Salaün, Bertrand Boucey et Jean Terzian)