Téléchargez
notre application
Ouvrir

Etats-Unis : Biden promet de nommer une juge noire à la Cour suprême

reuters.com  |   |  416  mots
Etats-unis: le progressiste breyer va laisser sa place a la cour supreme[reuters.com]
(Crédits : Jim Young)

WASHINGTON (Reuters) - Le président Joe Biden s'est engagé à désigner pour la première fois dans l'histoire de la Cour suprême des Etats-Unis une femme noire pour remplacer le juge progressiste Stephen Breyer, qui a annoncé sa décision de se retirer dans quelques mois.

Agé de 83 ans, Stephen Breyer, un démocrate, avait été nommé à la Cour suprême par Bill Clinton en 1994. Magistrat le plus âgé, il a l'intention de prendre sa retraite au terme de la session actuelle du tribunal, qui s'achève fin juin.

Six des neuf magistrats actuels de la Cour suprême sont conservateurs, dont trois ont été nommés par Donald Trump qui a fait basculer l'équilibre au sein de cette institution dont le rôle sur les grandes questions de société, comme le droit à l'avortement ou ceux des minorités, est crucial.

Recevant Stephen Breyer à la Maison blanche, Joe Biden a salué un "serviteur de l'Etat modèle en ces temps de division profonde" et annoncé qu'il tiendrait une de ses promesses de campagne en désignant pour lui succéder une femme issue de la communauté afro-américaine, une première dans l'histoire de la Cour suprême.

La nomination d'une femme noire "se fait attendre depuis trop longtemps", a déclaré Joe Biden.

Le président américain a ajouté ne pas avoir encore choisi qui il nommerait à ce poste prestigieux, et promis un processus de sélection rigoureuse de la future candidate, dont le nom devrait être connu d'ici à la fin février.

Parmi les prétendantes figurent Ketanji Brown Jackson, 51 ans, récemment confirmée par le Sénat en tant que juge de la Cour d'appel des Etats-Unis pour le circuit de Washington DC, et Leondra Kruger, 45 ans, une magistrate de la Cour suprême de Californie.

Joe Biden a invité le Sénat, où les démocrates ne détiennent qu'une courte majorité d'une voix, à confirmer rapidement son choix une fois qu'il l'aura fait connaître. La majorité de 60 voix (sur 100 sièges) n'est plus requise depuis que le parti républicain a supprimé cette règle en 2017 pour faciliter la nomination d'un juge conservateur par Donald Trump.

Les deux autres juges progressistes siégeant actuellement à la Cour suprême des Etats-Unis sont également des femmes, Sonia Sotomayor et Elena Kagan, toutes deux nommées par Barack Obama.

(Reportage de Lawrence Hurley et Doina Chiacu à Washington et Andrew Chung à New York, version française Tangi Salaün)

2 mn