Téléchargez
notre application
Ouvrir

Israël et Palestiniens acceptent une trêve à compter de dimanche, selon des sources

reuters.com  |   |  503  mots
Gaza/israel: les sirenes retentissent dans la banlieue ouest de jerusalem[reuters.com]
(Crédits : Ibraheem Abu Mustafa)

(Corrige horaire de la trêve au deuxième paragraphe)

GAZA/JERUSALEM (Reuters) - Israël et les activistes palestiniens ont accepté une trêve dans la bande de Gaza à compter de dimanche soir comme proposée par les médiateurs égyptiens, ont indiqué des sources, après trois jours d'affrontements.

Selon une source égyptienne, l'Etat hébreu a accepté la proposition du Caire tandis qu'un responsable palestinien a déclaré qu'un cessez-le-feu débuterait à 1700 GMT.

Les porte-paroles d'Israël et du Djihad islamique n'ont pas confirmé l'information, disant seulement être en contacts avec les médiateurs égyptiens.

Les affrontements de ces derniers jours ont font craindre une nouvelle escalade de violences dans l'enclave palestinienne qui a connu plusieurs guerres. Plusieurs puissances ont appelé à la retenue.

L'escalade est pour le moment contenue, le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, ne s'étant pas joint aux combats.

Les autorités de Gaza ont indiqué que 31 Palestiniens, dont au moins un tiers de civils, ont été tués depuis le lancement vendredi de l'offensive d'Israël contre Gaza.

Une source égyptienne avait précédemment indiqué qu'une trêve entrerait en vigueur à compter de 2100 GMT ce dimanche.

Dimanche matin, le Djihad islamique a tiré des roquettes palestiniennes en direction de la ville de Jérusalem en représailles de la mort de Khaled Mansour, le commandant du groupe armé pour la zone sud de Gaza, tué dans la nuit par les frappes israéliennes.

"Le sang des martyrs ne sera pas perdu", a déclaré le Djihad islamique.

De nombreux Israéliens se sont de leur côté réfugiés dans des abris pour se protéger des salves de roquettes tirées depuis Gaza.

L'Etat hébreu, qui a lancé son offensive contre l'enclave palestinienne en raison de crainte de représailles suite à l'arrestation lundi en Cisjordanie d'un haut dirigeant du Djihad islamique, n'a déploré aucune victime grâce à son système de défense aérien "Dôme de fer", qui, selon l'armée, a détruit 97% des roquettes tirées.

Israël avait déclaré plus tôt dans la journée que l'armée cesserait ses frappes si le Djihad islamique cesse de son côté ses tirs de roquettes.

"On répondra au calme par le calme", a déclaré un porte-parole de l'armée israélienne.

Selon le ministre israélien de la Justice, Gideon Saar, la poursuite des frappes sur Gaza étaient la conséquence des tirs de roquette sur Israël.

"Qui veut une guerre? Personne. Mais nous n'aimons pas non plus rester silencieux quand des femmes, des enfants et des dirigeants sont tués", déclare Abu Mohammad, chauffeur de taxi à Gaza. "Oeil pour oeil."

L'armée israélienne a annoncé samedi l'arrestation de 19 membres du Djihad islamique dans des raids menés en Cisjordanie.

* Bien lire : Corrige horaire de la trêve au deuxième paragraphe

(Reportage Nidal al-Mughrabi et Dan Williams, version française Matthieu Protard et Camille Raynaud)