Medvedev évoque le scénario d'une frappe nucléaire contre l'Ukraine

reuters.com  |   |  328  mots
Photo d'archives de vladimir poutine et de dmitri medvedev lors d'une reunion avec les membres du gouvernement a moscou[reuters.com]
(Crédits : Sputnik)

par Guy Faulconbridge et Caleb Davis

LONDRES (Reuters) - L'ancien président russe Dmitri Medvedev, un proche de Vladimir Poutine, a de nouveau évoqué mardi la menace d'une frappe nucléaire sur l'Ukraine, estimant que l'Otan se garderait d'entrer directement dans le conflit de crainte d'une "apocalypse nucléaire".

Dmitri Medvedev, qui occupe désormais le poste de vice-président du Conseil de sécurité russe, a déclaré que la Russie avait le droit de se défendre avec des armes nucléaires si elle y était contrainte et qu'il ne s'agissait "certainement pas d'un bluff", des mots empruntés à Vladimir Poutine.

"Imaginons que la Russie soit obligée d'utiliser l'arme la plus redoutable contre le régime ukrainien qui a commis un acte d'agression à grande échelle, dangereux pour l'existence même de notre État", a déclaré Dmitri Medvedev dans un message posté sur Telegram.

Ces remarques reprennent la terminologie de la doctrine russe quant au facteur déclencheur d'une frappe nucléaire : "une agression contre la Fédération de Russie avec des armes conventionnelles lorsque l'existence même de l'État est menacée".

Dmitri Medvedev, qui se présentait autrefois comme un réformateur prêt à travailler avec les États-Unis pour libéraliser la Russie, est devenu le membre le plus ouvertement belliciste de l'entourage de Poutine.

Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, il a brandi à plusieurs reprises la menace nucléaire.

Washington n'a pas donné de détail sur sa réaction si Poutine ordonnait la première attaque nucléaire depuis les frappes américaines sur le Japon en 1945.

Le conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré dimanche que les États-Unis répondraient de manière décisive à toute utilisation par la Russie d'armes nucléaires contre l'Ukraine et a mis en garde Moscou contre des "conséquences catastrophiques".

(Rédigé par Caleb Davis, version française Augustin Turpin, édité par Sophie Louet)

tag.dispatch();