Von der Leyen propose un plafonnement temporaire du prix du gaz

reuters.com  |   |  355  mots
Photo d'ursula von der leyen[reuters.com]
(Crédits : Yves Herman)

BRUXELLES (Reuters) - La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, fera valoir aux dirigeants européens la nécessité d'instaurer un plafond sur les prix du gaz et de veiller à ce que toute mesure de soutien financier permette une concurrence loyale.

Les propositions visant à plafonner les prix du gaz pour limiter l'une des ressources budgétaires de Moscou dans sa guerre en Ukraine se sont heurtées à l'opposition de certains pays européens et de l'industrie, qui redoutent une aggravation de la crise énergétique sur le continent.

Ursula von der Leyer a déclaré mercredi devant le Parlement européen qu'elle établirait une feuille de route dans une lettre destinée aux dirigeants européens, qui se réuniront jeudi et vendredi à Prague dans le cadre de la première réunion de la Communauté politique européenne.

La cheffe de l'exécutif européen a ajouté que l'UE devait veiller à ce que les pays membres ne se livrent pas à "une surenchère" sur les marchés mondiaux du gaz, ce qui aurait pour conséquence une augmentation des cours.

L'UE doit "intensifier (ses) négociations avec les partenaires de confiance" et envisager des achats conjoints de gaz, a déclaré Ursula Von der Leyen.

Elle propose un plafonnement des prix du gaz, "une solution temporaire pour prendre en compte le fait que le TTF, notre principal indice de prix de référence, n'est plus représentatif de notre marché, qui dispose aujourd'hui d'un volume plus important de GNL (gaz naturel liquéfié, NDLR)."

La Commission a commencé à travailler sur ce nouvel indice de prix de l'UE, a-t-elle précisé.

Ursula von der Leyen a poursuivi sur la nécessité de mesures exceptionnelles face à la crise énergétique, en ajoutant qu'il était toutefois primordial que l'UE préserve "des conditions de concurrence équitables pour tous".

La Commission a indiqué qu'elle était en discussions avec l'Allemagne au sujet de son plan d'aide de 200 milliards d'euros qui risque de fausser la concurrence dans l'Union selon des critiques.

(Reportage Rhilip Blenkinsop et Bart Meijer, version française Laetitia Volga, édité par Kate Entringer)

tag.dispatch();