Téléchargez
notre application
Ouvrir

Mike Pompeo, en visite à Kaboul, reçu par Ashraf Ghani

reuters.com  |   |  379  mots
Mike pompeo, en visite a kaboul, recu par ashraf ghani[reuters.com]
(Crédits : Pool)

KABOUL (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a été reçu mardi par le président afghan, Ashraf Ghani, dans le cadre d'une visite à Kaboul pour discuter des pourparlers de paix en cours avec les taliban et de la situation sur le terrain, dans la perspective de l'élection présidentielle afghane de septembre.

Mike Pompeo, dont la visite n'avait pas été annoncée, s'est arrêté à Kaboul alors qu'il se rendait à New Delhi, où il doit s'entretenir avec le Premier ministre indien, Narendra Modi, et d'autres responsables.

Une septième session de discussions de paix entre des chefs taliban et des responsables américains doit s'ouvrir samedi à Doha au Qatar pour trouver une solution politique à un conflit vieux de 18 ans.

"J'espère que nous aurons un accord de paix avant le 1er septembre", a souhaité le chef de la diplomatie américaine.

Les prochaines discussions entre taliban et Américains porteront principalement sur un calendrier du retrait des troupes américaines et sur l'engagement des taliban à ne pas fomenter d'attaques terroristes à partir du sol afghan.

"Nous avons clairement fait comprendre aux taliban que nous étions prêts à retirer nos troupes, mais je tiens à préciser que nous ne nous sommes pas encore entendus sur un calendrier", a ajouté Pompeo.

Environ 20.000 soldats étrangers, la plupart américains, sont présents en Afghanistan dans le cadre de la mission de conseil et d'assistance militaire sous l'égide de l'Otan.

"Nous considérons que la paix est notre priorité la plus importante mais l'Afghanistan ne doit jamais servir à nouveau de plateforme pour le terrorisme international", a dit Pompeo.

Les deux parties sont quasiment prêtes à s'entendre sur un projet de texte détaillant les engagements des taliban à aider les autorités afghanes à empêcher que le pays redevienne un sanctuaire pour les "terroristes", a-t-il précisé.

Le mouvement islamiste n'a jamais contrôlé autant de territoires depuis qu'il a été chassé du pouvoir par l'intervention des forces alliées en 2001.

Au moins 3.800 civils ont été tués dans les combats l'an passé, selon les estimations des Nations unies. Ces combats ont également coûté la vie à des milliers de soldats et de policiers afghans ainsi que d'insurgés.

(Rupam Jain; Eric Faye pour le service français)