Téléchargez
notre application
Ouvrir

Lula dénonce la "grossièreté inouïe" de Bolsonaro envers Brigitte Macron

reuters.com  |   |  336  mots
Lula denonce la grossierete inouie de bolsonaro envers brigitte macron[reuters.com]
(Crédits : Pool New)

PARIS (Reuters) - L'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva dénonce, dans une interview au Monde publiée jeudi, "l'extrême grossièreté" de son successeur et dirigeant d'extrême droite Jair Bolsonaro qui a multiplié les "insultes" à l'égard de Brigitte Macron ces dernières semaines.

"Moi, j'ai toujours eu d'excellentes relations avec tous les présidents français, de gauche comme de droite, avec Chirac, Sarkozy et Hollande", souligne l'ancien président, condamné pour corruption et en prison depuis avril 2018. "Je suis solidaire d'Emmanuel Macron, après les insultes qui ont été envoyées envers sa femme. C'était d'une grossièreté inouïe, et cela n'a rien à voir avec le peuple brésilien."

Le gouvernement de Jair Bolsonaro "est un gouvernement de destruction, sans aucune vision de l'avenir, sans programme, qui n'est pas qualifié pour le pouvoir", poursuit le chef de file de la gauche au Brésil. "C'est pour ça que Bolsonaro dit autant de bêtises, qu'il a insulté l'épouse de Macron et Michelle Bachelet, qu'il se dispute avec Maduro... C'est de la folie totale. Et derrière, il se soumet totalement à Trump. Je n'ai jamais vu rien de tel !"

Dans ce même entretien, Luiz Inacio Lula da Silva prend ses distances avec l'idée d'une internationalisation de l'Amazonie suggérée par Emmanuel Macron après les incendies qui ont ravagé la forêt considérée comme le "poumon de l'humanité".

"L'Amazonie est propriété du Brésil", estime-t-il. "Elle fait partie du patrimoine brésilien. Et c'est le Brésil qui doit en prendre soin. Ça, c'est clair ! Ça ne veut pas dire qu'il faut être ignorant, et que l'aide internationale n'est pas importante."

"Mais l'Amazonie ne peut pas être un sanctuaire pour l'humanité. Je rappelle que 20 millions de personnes vivent là, ont besoin de manger et de travailler. On doit aussi prendre soin d'eux, tout en tenant compte de la préservation de l'environnement", ajoute-t-il.

(Marine Pennetier, édité par Elizabeth Pineau)