Téléchargez
notre application
Ouvrir

Europe/PMI : La croissance manufacturière atteint un pic de trois ans

reuters.com  |   |  762  mots
Europe/pmi: la croissance manufacturiere atteint un pic de trois ans[reuters.com]
(Crédits : Gonzalo Fuentes)

(Reuters) - Principaux résultats définitifs des enquêtes Markit auprès des directeurs d'achat du secteur manufacturier en Europe publiés lundi :

ZONE EURO - PIC DE TROIS ANS POUR LA CROISSANCE MANUFACTURIÈRE EN FÉVRIER

La croissance de l'activité manufacturière dans la zone euro a atteint un pic de trois ans en février grâce à une forte demande, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle que réalise IHS Markit auprès des directeurs d'achat(PMI).

L'indice manufacturier a grimpé à 57,9 pour le mois dernier, l'un de ses plus hauts niveaux en 20 ans d'existence de cette enquête, après 54,8 en janvier et contre une première estimation à 57,7.

Les restrictions imposées pour tenter d'enrayer la propagation de la pandémie de coronavirus pèsent sur le secteur des services de l'union monétaire mais n'empêchent pas le secteur manufacturier de prospérer.

"L'activité manufacturière s'affirme de plus en plus comme le point positif de l'économie de la zone euro depuis le début de l'année", commente Chris Williamson, économiste d'IHS Markit.

"La croissance robuste du secteur manufacturier compense clairement les difficultés liées au virus que rencontrent beaucoup de secteurs exposés à la consommation, limite l'impact des mesures de confinement prises récemment dans de nombreux pays et aide à atténuer l'ampleur de la contraction économique."

FRANCE - LA CROISSANCE DU SECTEUR MANUFACTURIER S'ACCÉLÈRE

La croissance de l'activité manufacturière en France s'est accélérée en février, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle d'IHS Markit auprès des directeurs d'achat (PMI), alors que la production et les nouvelles commandes ont augmenté dans la deuxième économie de la zone euro.

L'indice du secteur manufacturier s'affiche à 56,1, au-dessus de l'estimation initiale qui le donnait à 55,0, après 51,6 en janvier.

Au cours des derniers mois, le secteur manufacturier français a fait mieux que celui des services, dominant dans le pays.

Alors que les entreprises de services ont été touchées par les restrictions imposées pour freiner la propagation du COVID-19, le secteur manufacturier a bénéficié d'une augmentation de la production et d'une hausse des commandes.

ALLEMAGNE - L'ACTIVITÉ À SON PLUS HAUT NIVEAU DEPUIS 3 ANS

Une demande plus forte en provenance de Chine, des États-Unis et de l'Europe a porté la croissance de l'activité industrielle allemande à son plus haut niveau en plus de trois ans en février, ce qui éclaircit les perspectives de la première économie d'Europe.

L'indice PMI manufacturier a progressé à 60,7 le mois dernier, un plus haut depuis janvier 2018, contre 57,1 en janvier. La première estimation le donnait à 60,6.

De nombreux industriels ont fait état d'une augmentation de la demande de l'Asie, en particulier de la Chine, ainsi que des États-Unis et des pays européens, les ventes à l'exportation affichant leur plus forte augmentation depuis décembre 2017, selon les résultats définitifs de l'enquête d'IHS Markit.

La pression sur les chaînes d'approvisionnement s'est intensifiée et des perturbations de l'offre compliquent la reconstitution des stocks, ce qui pourrait peser sur la production dans les mois à venir, prévient Phil Smith, économiste en chef chez IHS Markit.

"Néanmoins, le sentiment dominant pour les perspectives à long terme est l'optimisme, un nombre record d'industriels s'attendant à voir la production augmenter au cours des 12 prochains mois", ajoute-t-il.

GRANDE-BRETAGNE - DU MIEUX MAIS DES DIFFICULTÉS PERSISTENT

L'activité des entreprises industrielles britanniques s'est améliorée en février mais des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et la hausse des coûts liés au Brexit et à la pandémie ont entravé leur capacité à répondre à la reprise encore modérée des commandes.

L'indice PMI manufacturier a progressé à 55,1 après 54,1 en janvier, atteignant son plus haut niveau en deux mois. Une première estimation l'avait donné à 54,9.

Toutefois, une grande partie de cette augmentation reflète des délais de livraison plus longs et des coûts plus élevés, qui, historiquement, étaient liés à une activité plus intense mais qui, plus récemment, ont constitué une contrainte.

"Les entreprises ont fait état d'une amélioration de la demande sur plusieurs marchés (...) mais ont noté que l'impact continu du COVID-19, des difficultés liées au Brexit et des livraisons ont également limité la demande des commandes à l'exportation", explique IHS Markit.

La composante de l'indice mesurant la production a reculé à 50,5, son plus bas depuis mai, après 50,7.

(Bureaux européens de Reuters, version française Laetitia Volga et Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot et Marc Angrand)