Téléchargez
notre application
Ouvrir

La Russie prête, sous conditions, à mettre en place un corridor pour les exportations alimentaires, rapporte Interfax

reuters.com  |   |  357  mots
La russie prete, sous conditions, a mettre en place un corridor pour les exportations alimentaires, rapporte interfax[reuters.com]
(Crédits : Vincent Mundy)

(Reuters) - La Russie est prête à mettre en place un corridor pour permettre aux navires transportant des denrées alimentaires de quitter l'Ukraine en échange de la levée de certaines sanctions, a déclaré mercredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Rudenko, cité par l'agence de presse Interfax.

Selon les responsables occidentaux, les ports ukrainiens de la mer Noire sont toujours bloqués depuis l'offensive armée de la Russie le 24 février et plus de 20 millions de tonnes de céréales sont immobilisées dans des silos.

La guerre entre la Russie et l'Ukraine, qui assuraient avant le conflit près de 30% du commerce mondial de blé, fait peser un risque de crise alimentaire mondiale.

L'Ukraine est également un important exportateur de maïs et d'huile de tournesol.

La Commission européenne a proposé le 12 mai un plan d'action pour aider l'Ukraine à exporter des millions de tonnes de céréales bloquées sur son sol en raison du blocus de ses ports par la marine russe.

"Sur ce point, nous avons déclaré à plusieurs reprises qu'une solution au problème alimentaire nécessite une approche globale, y compris la levée des sanctions qui ont été imposées aux exportations et aux transactions financières russes", a déclaré Andreï Rudenko, cité par Interfax.

"Et cela nécessite également le déminage par l'Ukraine de tous les ports où des navires sont ancrés", a-t-il ajouté.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré mardi que Moscou se servait de l'approvisionnement alimentaire comme d'une arme aux répercussions mondiales.

"Nous sommes toujours prêts à dialoguer avec tous ceux qui cherchent (...) à résoudre pacifiquement tous les problèmes. Je laisse la déclaration d'Ursula von der Leyen à sa conscience", a déclaré Andreï Rudenko.

Le vice-ministre des Affaires étrangères a fait savoir que la Russie discuterait de la possibilité d'échanger des prisonniers avec l'Ukraine, une fois que ceux qui se sont rendus auront été jugés, notamment pour crimes de guerre.

(Reportage Reuters, version française Laetitia Volga, édité par Kate Entringer)

2 mn