Malheureusement, le nombre de migrants atteint un record cette année

Par latribune.fr  |   |  557  mots
Selon les estimations publiées vendredi par l'institution, le nombre de migrants devrait atteindre le niveau historique de 250 millions cette année dans le monde. (Crédits : © Laszlo Balogh / Reuters)
Selon la Banque mondiale, le nombre de migrants devrait atteindre le niveau historique de 250 millions cette année dans le monde sur fond d'afflux massif de réfugiés en Europe Dix-huit migrants sont morts noyés dans la nuit de vendredi à samedi au large des côtes occidentales de la Turquie.

Un drame de plus. Dix-huit migrants sont morts noyés dans la nuit de vendredi à samedi au large des côtes occidentales de la Turquie lors du naufrage en mer Egée de leur embarcation qui se dirigeait vers l'île grecque de Kalymnos, ont rapporté les médias turcs.

Quatorze autres personnes, des Syriens, Irakiens et Pakistanais, ont pu être sauvées par les garde-côtes turcs, a précisé l'agence de presse Dogan. Ils viendront compléter les tragiques statistiques de la Banque mondiale.

Selon les estimations publiées vendredi par l'institution, le nombre de migrants devrait atteindre le niveau historique de 250 millions cette année dans le monde sur fond d'afflux massif de réfugiés en Europe.

Les migrations entre pays du Sud représentent 38% des flux migratoires mondiaux, devant les flux Sud-Nord (34%), selon un rapport de l'institution. Ces chiffres prennent en compte tous les déplacements de population liés à des raisons politiques, culturelles ou économiques.

Des transferts d'argent estimés à 601 milliards de dollars

Ces migrants ont envoyé à destination de leur famille ou proches dans leur pays d'origine la somme totale de 601 milliards de dollars, dont 441 milliards vers des pays en voie de développement.

"En transférant des sommes trois fois supérieures à ce qui est débloqué par l'aide au développement international, les migrants fournissent de véritables bouées de sauvetage à des millions de ménages dans les pays en voie de développement", explique Dilip Ratha, co-auteur du rapport, cité dans le communiqué.

Ces transferts de fonds sont principalement partis des Etats-Unis (56 milliards de dollars), d'Arabie Saoudite (37 milliards) et de Russie (33 milliards). Les pays qui en ont le plus bénéficié sont l'Inde, où sont arrivés 72 milliards de dollars, la Chine (64 milliards) et les Philippines (30 milliards).

"De nombreuses recherches ont démontré que les migrations, que ce soit de travailleurs peu qualifiés ou très qualifiés, permettent de dégager des bénéfices importants, pour les pays d'accueil comme de départ", commente Sonia Plaza, une autre co-auteure du rapport.

L'Inde, le Mexique, la Russie, la Chine et le Bangladesh sont les principaux pays que l'on quitte

Les principaux pays d'émigration sont l'Inde, le Mexique, la Russie, la Chine et le Bangladesh, alors que les pays qui accueillent le plus d'immigrés sont les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite, l'Allemagne la Russie et les Emirats Arabes Unis, selon le rapport.

La France arrive septième dans ce classement des pays qui accueillent le plus de migrants.

La route migratoire la plus fréquentée relie le Mexique aux Etats-Unis et a ainsi été empruntée en 2015 par 13 millions de personnes. Suivent les départs depuis la Russie vers l'Ukraine, du Bangladesh vers l'Inde, et de l'Ukraine vers la Russie.

La Banque mondiale avait recensé 14,4 millions de réfugiés en 2014

En 2014, la Banque mondiale a par ailleurs dénombré 14,4 millions de réfugiés, ces personnes qui fuient la persécutions dans leur pays en demandant l'asile dans un autre Etat.

Les réfugiés représentaient l'année dernière 6% de l'ensemble des migrants, selon l'institution. 86% de ces réfugiés ont été accueillis par des pays en voie de développement, comme la Turquie, le Pakistan ou le Liban, tandis que les pays développés n'en ont accueilli que 1,6 million.