Après les législatives, Les Républicains dans la tourmente

Par Jean-Christophe Chanut  |   |  719  mots
A l'instar du PS, le parti Les Républicains se trouve dans la tourmente après la vague Macron. L'heure de la clarification - et peut-être de la scission - a sonné entre les partisans d'une "droite dure" et ceux qui se définissent comme "constructifs" face au nouveau Président de la République. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Avec 137 élus, Les Républicains (LR) et l'UDI sauvent les meubles à l'Assemblée nationale. Mais le parti LR est en réalité très divisé entre ceux qui veulent travailler avec la majorité présidentielle et une ligne dure qui veut camper dans l’opposition. Une situation qui pourrait conduire à la scission du parti.

La cause est entendue, le Président de la République disposera d'une large majorité à l'Assemblée nationale avec 350 élus La République en Marche (LREM) et MoDem. Il va pouvoir dérouler son programme, à commencer par son emblématique réforme du Code du travail dont il a fait une priorité. Dès le 28 juin, le projet de loi d'habilitation à recourir aux ordonnances sera présenté en Conseil des ministres. A cet égard, bien qu'il n'en ait pas besoin - la majorité absolue se situe à 289 sièges -, le gouvernement sait qu'il pourra compter sur une majorité encore plus large à l'Assemblée pour voter ce texte, notamment dans les rangs du parti Les Républicains.

Les Républicains, principale force d'opposition...

De fait, et cela va être tout l'enjeu des semaines à venir, le séisme provoqué par cette longue séquence électorale (primaires, présidentielle et législatives) va faire sacrément tanguer la droite et notamment le parti Les Républicains (LR). LR, UDI et divers droite ont obtenu 137 députés (113 LR et 18 UDI), sur le papier, ils constituent la première force d'opposition à la majorité macroniste, devant le PS et ses alliés- qui ont été laminés avec 44 élus - et la France Insoumise/PCF (27 députés). Quant au Front national, avec 8 élus, il ne pourra pas constituer un groupe parlementaire (il faut 15 députés), sauf à s'entendre avec des personnalités « indépendantes ». Incontestablement donc, LR est bien le parti dominant de l'opposition... Mais encore faut-il que la formation sauve son unité. Et ce n'est pas du tout certain car l'heure de vérité est arrivée. Déjà, avant le premier tour, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin avait tenté de mettre sur la table le débat sur le comportement à avoir avec le nouveau Président de la République. Bernard Accoyer, secrétaire général de LR, avait renvoyé la question après les législatives. On y est.

... mais miné par les conflits internes

En substance, deux lignes s'affrontent. Il y a d'une part les « constructifs », ceux qui veulent accorder la confiance à Edouard Philippe et soutenir la politique d'Emmanuel Macron. On retrouve là des personnalités comme les députés Thierry Solère, Franck Riester, Pierre-Yves Bournazel et le sénateur Jean-Pierre Raffarin. Ce camp "macroncompatible" veut donner sa chance à la nouvelle majorité et soutenir certains de ses projets, telle la réforme du Code du travail.

D'autre part, il y a les tenants d'une ligne « dure » qui ne veulent pas se voir « dilués » dans la majorité présidentielle et qui souhaitent s'opposer au gouvernement et ne voteront pas la confiance à Edouard Philippe, lui-même issu des rangs LR.

Eux refusent l'augmentation de la CSG de 1,7 point prônée par Emmanuel Macron. Ils lui reprochent aussi de n'être pas assez ferme sur les questions du terrorisme et de négliger la politique familiale...

Cette ligne est incarnée par les députés Eric Ciotti, Guillaume Peltier ou par le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez qui compte même briguer la présidence du parti LR à l'automne. Entre ces deux camps, on retrouve quelques ténors qui veulent tenter de sauver l'unité du parti, tels François Baroin - qui a déjà annoncé qu'il ne voterait pas la confiance au Premier ministre-, Valérie Pécresse ou encore Xavier Bertrand. Ça va tanguer donc. Et les occasions de se compter ne vont pas manquer. Déjà, Thierry Solère envisage de se présenter à la présidence du groupe LR à l'Assemblée. Il songe même à fonder un groupe autonome si la ligne dure l'emportait. Il y aura donc aussi le test du vote de la confiance à Edouard Philippe...

Si une scission n'est déjà pas intervenue d'ici là - le remaniement attendu du gouvernement pourrait être une bonne occasion pour Emmanuel Macron de « séduire » de nouvelles personnalités LR - , c'est au congrès du parti, à l'automne, que le débat sera définitivement tranché. Si Laurent Wauquiez accède à la présidence, on ne voit pas Thierry Solère et ses troupes cohabiter avec lui au sein du même mouvement. Comme au PS, l'heure de la clarification a donc sonné pour Les Républicains.