Après la débâcle du premier tour, le PS et Les Républicains à l'heure des comptes

 |   |  602  mots
En qualifiant Emmanuel Macron (23,9%) et Marine Le Pen (21,4%), les Français ont imposer une débâcle historique aux deux grands partis historiques.
En qualifiant Emmanuel Macron (23,9%) et Marine Le Pen (21,4%), les Français ont imposer une débâcle historique aux deux grands partis historiques. (Crédits : Reuters)
Au lendemain de leur défaite au premier tour de l'élection présidentielle 2017, le Parti socialiste et Les Républicains ont convoqué leur bureau politique pour faire le bilan de leur campagne et réfléchir, d'ores-et-déjà, aux législatives pour continuer à peser sur la vie politique française.

En qualifiant Emmanuel Macron (23,9%) et Marine Le Pen (21,4%) au second tour de la présidentielle, les Français ont imposé une débâcle historique aux deux grands partis historiques qui se partagent le pouvoir depuis plus de trente ans : Le Parti socialiste et Les Républicains.

Le candidat de la droite, François Fillon (LR), termine aux portes du second tour avec 19,9% des suffrages, quand Benoît Hamon (PS) reçoit une véritable claque en ne recueillant que 6,2% des voix. Le candidat socialiste réalise le plus mauvais score pour son parti depuis 1969, où Gaston Defferre (SFIO) avait réalisé un score de 5%.

Tous deux ont appelé hier à voter Emmanuel Macron pour le second tour, pour faire barrage à l'extrême droite de Marine Le Pen. La bataille de la présidentielle pour eux, comme pour leur formation politique est terminée, l'heure est à la reconstruction et aux tours suivants : les législatives. Des questions que chacun des partis vont certainement aborder lors de leur bureau politique. Les dirigeants du PS se réunissent ce lundi matin et son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis, doit s'exprimer à la mi-journée. Côté Les Républicains, un comité politique est réuni depuis 10 heures et le bureau politique aura lieu à 17 heures.

François Fillon sur la sellette

Avec une campagne minée par les affaires, François Fillon n'est pas parvenu à se hisser au second tour. Mécontent de leur candidat, les ténors de LR ont descendu dans les règles et sans ménagement le député de paris.

"Ce n'est pas la droite qui a perdu, c'est Fillon", a lancé le député de l'Oise Eric Woerth sur Europe 1 ce lundi matin.

Dans un communiqué, le président de la Région PACA, Christian Estrosi, a qualifié le score de son candidat d'un des plus "grands gâchis de l'historique politique" pour la droite française. Le candidat LR en a pris pour son grade également avec Nadine Morano. Ce serait "l'enterrement de notre famille politique" si les législatives étaient menées par François Fillon, a jugé la député européenne au micro de France Info ce matin.

Au PS, "la fin d'une histoire" ?

Positionné entre Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, le candidat socialiste s'est fait siphonner ses voix, figeant la fracture déjà présente au sein du parti entre les frondeurs et les socio-libéraux. Il faut dire que certains ont participé à cet effondrement, Manuel Valls ayant déclaré qu'il voterait pour le candidat d'En Marche !

Invité de France Inter ce lundi matin, l'ancien Premier ministre a appelé Emmanuel Macron à ne pas répéter l'erreur de Jacques Chirac qui n'avait gouverné qu'avec la droite après avoir battu le Front national en 2002. Manuel Valls entend clairement participer à la nouvelle majorité que pourrait bâtir Emmanuel Macron.

"Il y a une responsabilité, qui est d'abord celle d'Emmanuel Macron, qui est de rassembler, et nous devrons l'aider, le plus largement possible, pour mettre Marine Le Pen le plus bas possible", a-t-il lancé. Le député de l'Essonne pense déjà aux législatives et estime que les socialistes doivent être "prêts à soutenir [Emmanuel Macron], à l'aider, à participer à cette majorité."

Pour le Parti socialiste, après l'échec spectaculaire de Benoît Hamon, "c'est la fin d'un cycle, c'est la fin d'une histoire", insiste Manuel Valls. Reste à savoir si les ténors du parti sont prêts à se ranger derrière la position de l'ancien Premier ministre. Évoquée depuis un certain temps, l'heure de la clarification au PS est enfin arrivée.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/04/2017 à 12:21 :
la france des partis et des politiciens professionnels et de plus en plus
rejetee par les nouvelles generations qui commence enfin a voir beaucoup
plus clair dans ce triste spectacle d'ambitions personnelles sous couvert d"amour
de la patrie
a écrit le 25/04/2017 à 11:42 :
L'echec du candidat du PS est loin de n'être que celui de HAMON ! C'est bien le PS qui a sabordé la gauche en torpillant son propre candidat; c'est une farce tragique qui fait honte à la vertu politicienne, encore que cette expression relève davantage de l'oxymore au vu de ce que ces éléphants roses sont capables de manigancer !
Il a pour le moins manqué de clairvoyance et de courage : foutu pour foutu, il aurait au moins pu s'éviter une telle humiliation en se ralliant à MELENCHON, aurait par la même occasion mis une bonne petite claque à ceux qui l'ont trahi de manière odieuse, et surtout fait valoir l'évidence mathématique : une victoire de la vraie gauche ! Inexcusable !
a écrit le 25/04/2017 à 8:41 :
.......des déroutes de personnages et des rejets d'appareils deconnectés !
Entre Hamon au charisme d'huitre et Fillon a la prétention sinistre , icones de partis aux luttes intestines continuelles , trés éloignés des préoccupations du pays c'est la conception de la "démocratie" pratiquée dans l'hexagone qui a été remise en cause !
a écrit le 25/04/2017 à 6:43 :
Il est ou elu ps ?
a écrit le 24/04/2017 à 21:05 :
Ni les uns ni les autres n'ont été solidaires de leur propre camp. Pas étonnant qu'ils aient été laminés. Déjà qu'avec leurs résultats, chacun quand ils étaient aux affaires...
a écrit le 24/04/2017 à 20:28 :
J'ai voté pour Fillon en trainant les pieds par fidélité en mes engagements Gaullistes du passé. J'ai eu la nausée en le voyant se précipiter à la soupe chez Macron ( mais il n'était pas invité à la Coupole, cet ancien du Fouquet's !). C'est le dernier clou dans le cercueil. Comme ancien officier de la "Baille" ou Compagnie des Tuyaux Gris, je retourne à ma fidélité pour la Marine Nationale: Honneur & Patrie, Valeur & Discipline.
Celle qui m'a le plus amusé dans la soirée d'hier, c'est CéCiboulette Duflot. Elle a clamé son ralliement à Macron...mais quand le représentant de celui-ci, présent sur le plateau,
a déclaré que le futur gouvernement ne comprendrait que des "têtes nouvelles", la pauvre fille a presque fondu en larmes ! Finis les beaux maroquins ministériels pour les
EELV !
a écrit le 24/04/2017 à 18:55 :
Au PS, ils sont nuls ou schizophrènes pour avoir désigné Hamon comme leur représentant. Ce n'est en fait ni l'un ni l'autre, ils savaient qu'avec n'importe quel candidat,après Hollande ils se prendrait une déculottée. En désignant Hamon, ils ont fait d'une pierre deux coups. Discrédit des "frondeurs" , marginalisation (politique) des écologistes. Reste à reconstruire le parti, ce qui ne devrait pas être bien difficile après l'expérience Macron. A droite, la purge se fera chez les Fillonistes et ses soutiens (enfin, il va pas en rester beaucoup),et verra le retour des $arkozystes. Le prochain quinquennat= un tour de manège pour rien, puis retour à la case départ avec un bon vieux clivage droite/gauche avec un possible retour de la lutte des classes. A tout prendre, je préfère ce genre de lutte...plutôt que la guerre. (Que beaucoup prédisent...)
a écrit le 24/04/2017 à 18:06 :
"quand Benoît Hamon (PS) reçoit une véritable claque en ne recueillant que 6,2% des voix".

Ça parait logique puisque l'aile droite du PS est chez Macron.
a écrit le 24/04/2017 à 18:02 :
Je ne partage pas l'avis personnel qu'une élection puisse être imperdable. Que Hollande soit impopulaire ne signifie pas que les électeurs de la gauche aient disparu : il y en a encore tellement qu'ils ont pu soutenir deux candidats sérieux (Mélenchon et Macron) et un figurant (Hamon, catapulté héritier de Hollande bien injustement, vu que Macron l'est infiniment plus que lui).

De plus je trouve que le linge sale doit se laver en famille, et que la presse en parle me donne une mauvaise image de gens qui se veulent représenter le pays aux législatives mais qui se déchirent comme des animaux dès qu'ils le peuvent, faisant passer leur image personnelle devant l'intérêt général.
Réponse de le 25/04/2017 à 15:30 :
"ne signifie pas que les électeurs de la gauche aient disparu : il y en a encore tellement qu'ils ont pu soutenir deux candidats sérieux (Mélenchon et Macron)"

Ceux qui ont soutenu Macron ne sont pas de gauche ,ils le disent eux mêmes ,une aile droite du PS (déchéance de nationalité, loi El Khomri ) qui quitte leur propre parti sans aucune sanction ! et un troupeau heteroclite de droite.D'ailleurs Macron le dit aussi, je suis ni de droite ni de gauche.
a écrit le 24/04/2017 à 17:32 :
Fillon est libre , il pourra postuler pour être désigné" le roi de Bayonne "lors des prochaines fêtes locales ...
quant à toute la clique de parlementaires des Républicains et du Centre , ils n'imaginent pas encore la dégelée qu'ils vont prendre aux législatives .
la confirmation est faite que la France a la droite politique la plus bête du monde !
a écrit le 24/04/2017 à 17:25 :
Je ne crois pas que les partis soient morts. La France est un régime parlementaire et pour gouverner il faudra avoir la majorité aux législatives. Ce sera difficile pour Macron, même en s'alliant à Valls qui aura du mal à entraîner le PS ou un substitut de ce dernier derrière lui. Ce serait impossible à Le Pen dans l'hypothèse bien improbable où la question se poserait.
Les grands partis restent incontournables pour composer une majorité et faute de structure solide il est fort probable que Mélanchon fasse pschit aux législatives.
Si on se réfère à la rude défaite de Deferre en 1969, on peut voir que la SFIO n'est morte que pour mieux laisser place au PS qui, dès 1974, était en situation de prétendre au pouvoir. Et même Gastounet, l'homme des 5% en 1969, s'est retrouvé Ministre de l'Intérieur en 1981.
a écrit le 24/04/2017 à 17:23 :
il y a une certaine jouissance a voir des ripoux ou des illuminés tomber !
Est-ce que c'est malsain ou est-ce simplement le retour de baton envers des politiques déconnectés qui nous mentent depuis des décennies ?
a écrit le 24/04/2017 à 16:45 :
Mon pauvre François,j'espère que tu as mis une armure car j'ai le pressentiment que tu vas essuyer une volée de bois vert de la part de tes " amis républicains"
a écrit le 24/04/2017 à 14:08 :
Les partis sont effectivement morts définitivement, ne resterons plus que les intégrés à une société évoluant vers les Uber et compagnie et puis les exclus.
a écrit le 24/04/2017 à 13:42 :
Peut-on s'enrichir à ne rien faire comme bavasser dans les palais ou faire des eblagues à relais pour des buzz pour des eavanies sympa pour se répartir en JO de la bêtise sans croissance musclée?
Fait-on une brimade au bien-être des salariés au travail, une stagnation du pib par habitant, une forme de route de la servitude alors qu'on publie qu'il faudrait des emplois de qualité?
Si on parle d'une saine gestion par l'offre, fait-on une forme de tyrannie avec des aides critiquées à 70% sur contribuables associés?
Fait-on une économie de petits boulots et des relances qu'on qualifie d'illusion, fait-on des prouts inflationnistes ?
Si aux USA il y aurait plus de RD, fait-on un mépris de l'innovation et des petits boulots alors qu'on publie qu'il faudrait de la considération avec une masse monétaire inutile qui ne relance pas la production, existe-t-il un souci d'expert en Europe?
Ne devrait-on proposer une bourse de l'ereputation si on parle de bourses du travail pour examiner si les marchés sont purs et parfaits, si l'échange crée la richesse ou si l'Etat contrôle totalement le secteur productif et si la croissance se fait par arrêté municipal?
Est-il possible de mettre des idées en l'air pour en exploiter les retombées pour un ROI maximum?
Fait-on des coqs peureux sapés en fille?
Le maximum de prélèvements et de dépenses, fait-il le maximum de croissance?
a écrit le 24/04/2017 à 13:12 :
les primaires ouvertes sont une méthode très sûre de désigner des perdants. Il faudra revenir, en l'absence de candidat naturel, à un vote limité aux seuls militants des partis concernés.
a écrit le 24/04/2017 à 13:06 :
La chasse à la sorcière aura fonctionné contre Fillon.
"Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelques choses." dit le proverbe.
Il fallait juste lui faire perdre 3/4 points.
a écrit le 24/04/2017 à 12:57 :
Après la débâcle du premier tour, le PS et Les Républicains à l'heure des comptes

reformulons :

Après la débâcle du premier tour, le marigot infecte des jumeaux PS les verts et des Les Républicains UDI soutiennent François MACRON et Emmanuel HOLLANDE

Après la débâcle du premier tour, la porcherie politique des jumeaux PS les verts et Les Républicains UDI s'effondrant sur eux-mêmes, ils ne leur reste qu'à se dissoudre couverts du lisier nauséabond de la honte qu'ils ont de voter pour Hollande junior.
a écrit le 24/04/2017 à 12:55 :
Le PS gauche / caviar va se refaire une santé aux législatives. Nos politiciens professionnels vont essayer de grappiller des circonscriptions auprès du monarque républicain. Les français ne voulait plus de Hollande , pas certain qu'ils soient exaucés.
Macron, candidat déclaré , chouchou des médias et de l’establishment bobotisé, va pouvoir
trouver une majorité composée de tous les vieux briscards du système.
a écrit le 24/04/2017 à 12:49 :
M HAMON le salaire unique n'aura pas lieu d'être. Donc il faut donc que vous travaillez et c'est le moment de chercher du boulot.
Réponse de le 24/04/2017 à 14:50 :
Le salaire unique existe déjà dans de nombreux foyers français. Y a pas de boulot pour tout le monde
Peut-être faites vous allusion au revenu universel !!

Comment voulez-vous réconcilier les français avec des commentaires aussi bas de plafond !
a écrit le 24/04/2017 à 12:46 :
m fillon doit rembourser les partisans de leur cotisation
idem pour m hollande et valls pour le ps
car c'est bien eux qui ont detruit le ps
et dans les deux cas les finances doivent etre gele pour les législatives
en proportion des pourcentage obtenue
a écrit le 24/04/2017 à 12:34 :
Vous avez aimé Hollande, vous allez adoré Macron !!
a écrit le 24/04/2017 à 12:20 :
Le "PS " c'est fini pour du bon le LR pareil ils ont perdus une election franchement impossible à perdre face à hollande sa restera dans l'histoire la vieille garde de la droite et fillon portent une lourde résponsabilité et je crois que les electeurs de gauche comme de droite ont besoins de tourner la page et se debarrasser de ces reliques de la vieille garde qui s'accrochent au pouvoir pire que des morpions et qui pensent que les gens son des moutons fini le bipartisme PS.LR le message est clair c'est terminé pour bonnet blanc et blanc bonnet
a écrit le 24/04/2017 à 12:18 :
Ces deux candidats ont permis l'avènement de Mr Macron qui gouvernera avec les vieilles badernes de droite et de gauche en guise de nouveauté pour la poursuite de la politique de casse sociale menée par Mr Hollande depuis cinq années!
Réponse de le 24/04/2017 à 15:27 :
Le seul vote utile est le vote blanc, si tous ceux qui n'ont pas voté pour Macron/Le Pen soit 65% des votants mettent dans l'urne un bulletin blanc au second tour, le conseil constitutionnel serait sans doute dans l'obligation de faire refaire l'élection....
a écrit le 24/04/2017 à 12:14 :
ca y est, Valls se place et cherche un ministere... Bientot Duflot et Placé vont faire des offres de service. ET chez les LR, estrosi ?

Pourvu que les legislatives permettent a Macron d avoir une majorite EM afin de balayer tous ces apparatchicks

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :