Législatives : à Marseille, Mélenchon s'oppose à une "majorité de circonstances"

Par latribune.fr  |   |  346  mots
Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise) à Marseille, le 11 juin 2017. (Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier)
Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête du premier tour des législatives dans la 4e circonscription de Marseille, loin devant la candidate La République En Marche. Le député PS sortant Patrick Mennucci a été éliminé.

Après l'annonce des premiers résultats, Jean-Luc Mélenchon a défendu dimanche soir une "opposition écologique et sociale". Le chef de file de La France insoumise est arrivé premier aux législatives dans la 4e circonscription à Marseille, traditionnellement ancrée à gauche. Il a recueilli 34,31% des voix, contre 22,26% pour Corinne Versini (La République en Marche). Avec seulement 12,43% des suffrages, le député PS sortant Patrick Mennucci est éliminé dès le premier tour. Ce dernier avait dénoncé le "parachutage" de Jean-Luc Mélenchon en mai lors de l'annonce de sa candidature dans la cité phocéenne. Le candidat de La France insoumise était aussi arrivé en tête à Marseille lors du premier tour de l'élection présidentielle.

| Lire aussi Comment Jean-Luc Mélenchon a "ubérisé" la politique française

"Une situation politique en trompe-l'oeil"

Jean-Luc Mélenchon a lancé un appel à la mobilisation de l'électorat populaire et jeune afin de contrecarrer la "majorité de circonstances" annoncée selon lui par un premier tour favorable à La République en Marche. "Au deuxième tour, ne donnez pas et ne permettez pas que soient donnés les pleins pouvoirs au parti du président", a-t-il poursuivi.

Le parti d'Emmanuel Macron est arrivé premier au niveau national avec 28,21% des suffrages - contre 15,77% pour LR, 13,20% pour le Front National. La France insoumise a remporté 11,02% des voix au niveau national, loin des 19,64% au premier tour de l'élection présidentielle. Ces résultats montrent "une très nette et incontestable avance" du parti du chef de l'Etat, selon le leader de La France insoumise, qui dénonce aussi "une situation politique totalement instable et en trompe-l'œil".

"Demain la France, ça ne peut pas être cette majorité de circonstances qui aura cru comme un champignon après la pluie", a assuré Jean-Luc Mélenchon.

> Consulter notre dossier "Législatives, quelle majorité pour Emmanuel Macron?"

(Avec agences)