Législatives : Mélenchon compte affronter Patrick Mennucci (PS) à Marseille

 |   |  765  mots
Ayant raté l'accession au second tour d'environ 619.000 voix, Jean-Luc Mélenchon est tout de même arrivé en tête dans de nombreuses communes et même dans certaines grandes villes, lui offrant l'embarras du choix.
Ayant raté l'accession au second tour d'environ 619.000 voix, Jean-Luc Mélenchon est tout de même arrivé en tête dans de nombreuses communes et même dans certaines grandes villes, lui offrant l'embarras du choix. (Crédits : REUTERS/Stephane Mahe.)
Arrivé premier à Marseille lors du premier tour de la présidentielle, le leader de la France insoumise envisage cette option pour présenter sa candidature aux législatives de juin.

[Article publié le 10/05/2017 à 10h01, mis à jour à 18h04]

Le leader de La France insoumise (LFI) Jean-Luc Mélenchon a déclaré ce mercredi matin au micro de Bourdin Direct sur RMC-BFM TV qu'il sera candidat aux législatives au mois de juin. Le comité d'animation du mouvement a décidé que "je dois l'être", a confié le député européen.

"Les amis ont dit : 'Ecoute. Tu ne peux pas aller dire aux gens 'nous repartons à la bataille, nous allons être majoritaire à l'élection législative', puis tout le monde y est sauf toi'", a relaté Jean-Luc Mélenchon. "On m'a dit ça ne tient pas debout, donc il faut y aller."

Ayant raté l'accession au second tour d'environ 619.000 voix, Jean-Luc Mélenchon est tout de même arrivé en tête dans de nombreuses communes et même dans certaines grandes villes, lui offrant l'embarras du choix. "Restent dans la courte liste deux ou trois villes en France et en particulier la ville de Marseille", a -t-il précisé au micro de Bourdin Direct. Il faut dire qu'au premier tour le 23 avril, le candidat de LFI est arrivé premier dans la cité phocéenne avec 24,8% des suffrages, devant Marine Le Pen (23,7%) et Emmanuel Macron (20,4%). Si la chose n'est pas faite, sa candidature dans une circonscription marseillaise "est assez probable", a-t-il poursuivi.

> Lire aussi : Législatives : Mélenchon "prêt à gouverner"

Affronter le député sortant Patrick Mennucci

Jean-Luc Mélenchon a confirmé son choix dans une lettre interne au mouvement, consultée par Le Monde. Dans ce document, le leader de LFI explique vouloir se présenter dans la quatrième circonscription de Marseille, dont le député actuel est le socialiste Patrick Mennucci, lieutenant de Ségolène Royal lors de la présidentielle de 2007.

"J'ai besoin pour mener ce combat de l'appui de tous et de toutes dans toute la ville", nuance Jean-Luc Mélenchon dans la lettre. Le leader des insoumis attend la confirmation des comités locaux qui doivent se réunir ce mercredi dans certains quartiers de la ville, rappelle Le Monde.

L'idée n'a pas enchanté le député PS sortant, qui a réagi à la nouvelle sans ménagement via Facebook, rapporte Libération. En se présentant dans une circonscription dans laquelle l'extrême-droite, comme la droite, n'ont aucune chance de l'emporter, Jean-Luc Mélenchon de ne rechercher que "le combat gauche contre gauche", estime Patrick Mennucci.

"En l'espace de huit ans [Jean-Luc Mélenchon] fut sénateur de l'Essonne, député européen du sud-ouest, candidat aux législatives dans le Nord et maintenant candidat dans les Bouches-du-Rhône. A ce niveau ce n'est plus un homme politique mais bien un nomade électoral. [...] C'est une reproduction en pire de la vieille politique", conclut le député PS.

"Pierre Laurent ment"

L'enjeu de ces législatives est aussi de savoir comment LFI va parvenir à s'entendre avec les autres formations à la gauche de la gauche. Divisés, ils risquent de faire bande à part dans une élection où LR, le FN et la République en marche (REM) ont tout autant de chances de réaliser de bons scores.

Jean-Luc Mélenchon est accusé ces derniers jours de fermer la porte à ses potentiels alliés, en particulier le Parti communiste français (PCF). Son secrétaire national, Pierre Laurent, a donné une conférence de presse mardi, lors de laquelle il a renouvelé "avec gravité et colère [son] appel à la France insoumise pour que [ils aillent], non dans quelques circonscriptions, mais le plus largement et nationalement possible à la bataille sous un bannière commune".

Or, selon les dires de Jean-Luc Mélenchon ce mercredi matin sur RMC, les deux partis, alors en pleines négociations, s'étaient accordées pour ne pas parler à la presse avant d'avoir seller un accord. D'où la réaction instantanée mardi de son ex-directeur de campagne, Manuel Bompard qui, dans un communiqué, acte que "Pierre Laurent a décidé de rompre les discussions sur les candidatures aux élections législatives". Ce matin, le leader du PCF a rejeté la faute sur LFI : "Je regrette profondément le refus des dirigeants nationaux de France insoumise" de s'entendre sur les élections législatives, a-t-il déclaré, dans un communiqué.

"Pierre Laurent ment et il a sacrifié ses camarades", rajoute par-dessus cette polémique Jean-Luc Mélenchon sur RMC. "Je ne bloque d'aucune façon [...] nous avons investi 10 communistes, nous avons investi plusieurs Europe écologie-Les Verts..." Dans cette histoire, chacun renvoie la faute sur l'autre, mais ces bisbilles pourraient leur coûter cher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2017 à 11:48 :
pour faire le choix du vote dans l'entre-deux tour, Mélenchon le démocrate, consulte ses fidèles; mais pour se parachuter à Marseille, il ne consulte que lui-même! On n'est jamais mieux servi que par soi-même! "Peuchère!" comme on dit à Marseille
a écrit le 11/05/2017 à 9:55 :
ça ne marchera pas, manque l'accent du sud , peuchère !
a écrit le 11/05/2017 à 8:27 :
Dommage qu'après un bon premier tour i lne sache pas capitaliser! Si on peut lui pardonner le fait qu'il n'est pas donné de consigne claire pour le second tour (mais il a quand même dit de ne pas voter FN) il donne là un message à savoir que son ennemi c'est plus le PS que la droite. Mauvais calcul: il la joue perdant préfèrant plutôt le rôle de leader de l'opposition de gauche à celui d'un hypothétique premier ministre de gauche. il y aurait eu plus de panache a essyer de prendre une circonscription de droite!
Réponse de le 11/05/2017 à 10:51 :
C'est simple: ce monsieur est n.. et le LFI (qui ayant piqué les voix de Hamon au 1er tour de la présidentielle, c'était facile..) va péricliter.
Il faut espérer qu'il va perdre contre P. Mennucci, qui est un "vieux" briscard marseillais.
Cordialement
a écrit le 10/05/2017 à 20:28 :
C'est marrant,il dit aux autres de dégager alors que cela 40 ans qu'il fait de la politique,qu'il a un fortune et un salaire à faire pâlir un patron de PME, Je pense qu'il peut dégager aussi
a écrit le 10/05/2017 à 19:21 :
Le PCF est un parti qui comble un vide depuis bien longtemps. Le communisme a son nom salit par ses nombreuses dictatures, le PCF par ses alliances.

Aux dernières européennes, suivre le PCF, c’était être orienté, parfois, vers un socialiste. Qui en fin de compte on élus Junker! Pour cette présidentielle, la direction voulaient suivre le candidat socialiste mais pas ses militants.

Aujourd'hui, je crois que nous vivons la fin d'un groupe qui n'a pas su proposer un monde nouveau au communisme. Même Robert Hue a rejoint Macron. Celui là même qui avait mis le PCF derrière les socialistes...

Qu'ils rejoignent la corbeille en se joignant au socialistes et qu'on en parle plus.
Réponse de le 10/05/2017 à 21:42 :
Robert hue un zéro qui court derrière la gamelle ce le valls du parti communiste et c'est vrai le PS qui est en train de disparaitre dieu merci a integré les autres partis pour mieux les detruires ce qui se passe n'est que justice
a écrit le 10/05/2017 à 18:04 :
.notre sans culotte risque d'y perdre la sienne !
a écrit le 10/05/2017 à 16:04 :
Le P.S et LR les amis de l'echec depuis 40 ans son sur le chemin de la tombe L'avenir appartient aux nouveaux partis comme le F.I ou le E.M ce qu'il faut faire aider ces dinosaure à mourir surtout le P.S ce dinosaure qui a poignardé les insoumis jusqu'au bout il faut presenter un candidat face au candidat ps ou qu'il soit même s'il est sur mars c'est un plaisir de rayer le P.S de l'echequier politique ils ont trahi la gauche depuis longtemps aujourd'hui le peuple de gauche est bien reveillé aucun accord avec le PS
a écrit le 10/05/2017 à 13:50 :
Amis Marseillais, il n'y connait rien en foot, vous ne pouvez pas voter pour lui quand même -:)
a écrit le 10/05/2017 à 13:37 :
Il fait plus beau et plus chaud à Marseille qu'à Hénin Beaumont... de là à savoir s'il y est davantage le bienvenu...
a écrit le 10/05/2017 à 12:21 :
Jean Luc est droit dans ses bottes le PCF auquel j'ai appartenu ne devrait pas jouer avec les électeurs, sa stratégie va faire perdre la gauche contre le programme de Macron.
Pierre Laurent et ses amis ainsi que Hamon et ses amis doivent rejoindre la FI.
Réponse de le 10/05/2017 à 15:02 :
Le propre des partis sectaires qui prônent la haine de l'autre pour sa couleur et/ou son statut et rejettent sur lui toutes les fautes c'est de grossir en mangeant ses alliés... Marine avec Nicolas et Jean-Luc MMMM (moi-même Maitre du monde pour plagier Messier) Pierre et David...
Bel orateur JLMMMMM a bossé sa comm pour ces élections et je dis bravo... mais depuis cette défait (même Fillon a fait mieux) que d'amertume : mes masques sont tombés.
Les partis sectaires ne respectent la démocratie que quand les fait gagner...
La seule chose positive c'est qu'il est facile de retourner un à un chacun de ses quelques électeurs qui écoutent en reprenant son programme et en le projetant dans notre quotidien...
Manipulation des faiblesses humaines... c'est abject.
a écrit le 10/05/2017 à 12:13 :
Un parachutage sur le Vieux Port, les marseillais semblent réceptifs aux chimères et autres promesses de jours meilleurs que leur promet ce personnage à la personnalité inquiétante.
Réponse de le 10/05/2017 à 13:15 :
@Krea: 1) il ne peut que se soumettre au système en se présentant là où il a le plus de chances d'être élu. 2) je ne vois pas en quoi les gens s'inquiètent de l'une ou de l'autre. Ceux qui sont inquiétants sont ceux dont on ne connaît pas vraiment le programme. On est pas obligé d'être d'accord avec Mélanchon (et je ne le suis pas), mais il a le mérite a) d'être un opposant clair, et la démocratie a besoin d'une opposition., et b) c'est un excellent orateur et l'intelligence en France fait de plus en plus défaut :-)
Réponse de le 10/05/2017 à 14:23 :
@Patrick bonjour, Vous prêtez à M. Mélenchon des idées qui sont des mensonges ou des impossibilités. Le premier son fameux emprunt de 100 milliards à la BCE qui est impossible pour plusieurs raisons dont l'essentielle la BCE ne peut prêter directement à un état voir son statut. Autre point et des plus grotesques en terme d'économie son "association" très floue avec des pays d'Amérique latine dont le chef de file n'est que le Venezuela. Puis la meilleure son tour de bonneteau du niveau d'un comptable premier échelon j'emprunte je produits quoi???? et avec taxes et impôts en tant qu'Etat je rentre plus que je ne sors, une vérité de la Palice pas une vérité économique. Enfin la VI république une revendication révolutionnaire pas sur le plan des idées mais sur le plan d'une révolution intérieure qui équivaut dans ses discours haineux envers certains "gens" il faudra leur faire rendre gorge, d'ailleurs n' a t il pas employé le mot sang dans ses discours un politicien extrémiste donc par définition dangereux pour les gens y compris malgré ce qu'ils pensent, les plus faibles. Une intelligence pour la France et excellent orateur nous pouvons aux cours des siècles énumérer ceux qui avaient cette étiquette, mais prenons seulement le XX les orateurs à enflammer les foules avec intelligence ont été les plus grands criminels, Staline, Hitler, Castro, Pinochet, la famille Corée du Nord? Mao ...... toujours se méfier des bons orateurs avec doctrine extrémistes qui vilipendent des pans de la Société pour créer une révolution qui n'est jamais démocratique au contraire.
Réponse de le 10/05/2017 à 15:05 :
L'histoire nous a donné quelques très bons orateurs qui ont conduit leur pays au cahot.
Réponse de le 11/05/2017 à 8:05 :
@vous avez dit clair: je ne prête rien à personne et je ne m'attache pas aux idées de Mélanchon. Nier que c'est un excellent orateur, c'est nier l'évidence.
@patrickb: tout à fait, et les derniers en date étaient tous des collectivistes, à savoir Adolf, Benito et Josef. Il faut donc en effet se méfier :-)
a écrit le 10/05/2017 à 11:55 :
Quel manque de dignité encore un qui va habiter un garage pour avoir une domiciliation. Ce « gens » pur produit de la médiocrité politique qu‘il dénonce. Après sa retraite de sénateur sa rémunération du parlement européen dont sa présence brille par son absence , d’un patrimoine bien loin de celui qui bosse à l’usine va chercher à se faire élire dans une circonscription facile à gagner par « con le gens ». Encore un qui après sa déculotté à Henin Beaumont en 2012 refuse de se confronter à un concurrent. Encore un qui manque de courage tout en gueule mais le pantalon aux chevilles lorsqu’il faut livrer bataille. Encore un politique bien grassouillet avec l‘argent public dont il ne manque une occasion de récupérer Il parait qu‘il parle aux ouvriers, employés, patrons de TPE, agriculteurs dans la misère, aux plus démunis , encore un démago bien politicien français. Ce qui l’intéresse ce n’est pas « les gens » mais sa petite personne encore un des années 80 ceux qui ont mis notre pays à genoux.
a écrit le 10/05/2017 à 10:38 :
pour etre candidat tout personne doit ou devrait avant toute
quiter ces precedent mandats
et surtout celles et ceux qui se pretende de gauche
car ce monsieur quelle poste occupera t'il
alors on vote pour qui
a écrit le 10/05/2017 à 10:10 :
Enfin devrait on dire puisque lors des régionales il avait hésité entre la circonscription de marseille et hénin beaumon et a préféré bêtement faire le pitoyable spectacle contre le pen avec le succès que l'on connait.

Il est temps de sortir cette région de l'emprise du front national même si hélas il ne faut pas s'attendre à des miracles non plus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :