Législatives 2017 : les données clés du scrutin

 |   |  710  mots
211 députés sortants ne se représentent pas lors du scrutin de dimanche. La moyenne d'âge des 7.882 candidats se situe à près de 49 ans, soit un an de moins qu'en 2012. La doyenne des candidats aura 90 ans en septembre prochain
211 députés sortants ne se représentent pas lors du scrutin de dimanche. La moyenne d'âge des 7.882 candidats se situe à près de 49 ans, soit un an de moins qu'en 2012. La doyenne des candidats aura 90 ans en septembre prochain (Crédits : Reuters)
Le premier tour des législatives aura lieu ce dimanche 11 juin. Ils s'agira de la XVIè législature de la Cinquième République. Chiffres clés du scrutin.

Ce dimanche 11 juin aura lieu le premier tour des élections législatives. Suivi le 18 juin du second tour. Il s'agira d'élire les 577 députés qui siègeront pour une durée de cinq ans - sauf dissolution - à l'Assemblée nationale pour la XVè législature de la Cinquième République. Voici les chiffres clés du scrutin, alors que la campagne officielle se termine ce vendredi 9 juin à minuit.

7.882 candidats

Le 23 mai, le ministère de l'Intérieur a dévoilé la liste officielle des candidats inscrits dans chacune des 577 circonscriptions (539 pour la France métropolitaine, 27 pour l'Outre-Mer et les Français de l'étranger). Au total, il y a 7.782 candidats. Ce n'est pas un record puisqu'en 2002, ils étaient 8.444.

De 3 à 27 candidats par circonscription

En moyenne, il y a 14 candidatures par circonscription. C'est dans l'immense neuvième circonscription des Français de l'étranger (Afrique du Nord et de l'Ouest) que l'on trouve le plus grand nombre de candidats : 27. En France métropolitaine et Outre-mer, plusieurs circonscriptions totalisent 26 candidats. C'est notamment le cas dans la 2e circonscription de la Guadeloupe, ainsi que dans la 8e circonscription de Paris. C'est dans ce secteur que se présente l'ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri qui ne trouvera pas en face d'elle un candidat La République en Marche (LREM) mais qui devra en revanche faire face à la féministe Caroline de Haas, soutenue par Europe Ecologie Les Verts (EELV) et le PCF. Benoît Hamon, ancien candidat PS à la présidentielle lui a aussi apporté son soutien.

On retrouve également 26 candidats dans la 6e circonscription parisienne où se présente l'ancienne ministre du Logement Cécile Duflot, officiellement soutenue par le PS national, mais qui doit faire face à une candidate dissidente socialiste : Nawel Oumer qui avait été désignée par les militants PS du secteur. Danielle Simonet se présente sous l'étiquette France Insoumise et Pierre Person sous celle de LREM. D'une façon générale, à Paris, aucune circonscription ne compte moins de 16 candidats. A l'opposé, c'est à Wallis- et-Futuna que l'on trouve le plus faible nombre de candidats : 3.

Nombre de candidats par formation... et parité

Le PCF présente 461 candidats, France Insoumise 556, le Parti socialiste 414, LREM 461, le MoDem 74, l'UDI 148, LR 480, Debout la France 389, le Front national 571 et.... L'Union populaire républicaine de François Asselineau (ancien candidat à la présidentielle) 574.

Parmi les candidats, 3.344 sont des femmes, soit un taux de 42,4%. Globalement donc, pour la parité c'est raté mais c'est tout de même deux points de mieux qu'en 2012. C'est le PRG qui respecte le mieux le contrat avec 53% de candidates. A l'inverse, chez LR, elles ne sont que 39%.

> Lire aussi: Législatives 2017 : les entorses à la parité peuvent coûter cher aux partis

Age des candidats

Manifestement, il y a eu un effet LREM avec ses nombreux nouveaux candidats. L'âge moyen des candidats frôle les 49 ans contre 50 ans en 2012. Six candidats sont dans l'année de leurs 18 ans, notamment Morgane Guerreau, candidate dans la 4e circonscription du Val-de-Marne, qui est la cadette de ce scrutin. À l'autre extrémité, on trouve la doyenne : Odette Simonet, candidate divers-droite dans la deuxième circonscription des Français de l'étranger qui aura 90 ans en septembre prochain. A noter que l'âge moyen des candidats LREM se situe à 46 ans.

Ils quittent l'Assemblée nationale

Soit en raison de l'entrée en vigueur de la loi interdisant de cumuler un mandat de parlementaire avec celui de chef d'un exécutif local (Maire, Président de conseil départemental, etc.), soit par lassitude, soit en raison de l'âge, soit par... peur de la défaite, 211 députés sortants ne se représentent pas. C'est le cas d'un certain nombre de personnalités comme Bernard Cazeneuve (PS), Jean-Marc Ayrault (PS), Claude Bartolone (PS), Marylise Lebranchu (PS), Thierry Mandon (PS), François Fillon (LR), Bernard Accoyer (LR), Jean-François Copé (LR), etc.

Vers un record d'abstention ?

Depuis l'inversion du calendrier électoral en 2002 qui place désormais les élections législatives après l'élection présidentielle, la participation au scrutin législatif ne fait que s'amoindrir: 64,4%, en 2002, puis 60,4% en 2007, et 57,2% en 2012. Cette année, certains instituts de sondage estiment que la participation devrait être de quelques points seulement supérieurs à 50%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2017 à 18:56 :
la seule bonne nouvelle de ce scrutin sera que le PS soit réduit a l'état de groupuscule
insignifiant !
a écrit le 11/06/2017 à 18:52 :
30 % pour "en marche " sur .... moins de la moitié des électeurs de ce pays ,,, dégoutés par le cheptel politique"bonnet blanc et blanc bonnet " , et ils vont avoir la majorité* absolue pour gouverner ce pays !
Cherchez l'erreur "démocratique " !!!
l a proportionnelle stricte c'est pour quand ?
a écrit le 11/06/2017 à 11:57 :
Comme Sarkozy avait promis le karcher en 2007 mais n'a pas fait grand chose, les électeurs en 2012 se sont fait enfumer par un éléphant. Alors, maintenant en 2017, ils ont décidé de faire le ménage eux-mêmes. Alors patientons jusqu'à 20h00 afin de savoir s'il a été fait en profondeur !
Réponse de le 11/06/2017 à 18:52 :
.... naif !
a écrit le 10/06/2017 à 17:23 :
Parce que ce n'était pas brillant à la radio le 11 avril dernier.
Réponse de le 10/06/2017 à 22:26 :
Chut tout commentaire politique est interdit depuis hier 24 H surtout pour dire des âneries!
a écrit le 10/06/2017 à 14:49 :
Il était temps de sortir les poubelles. Les partis nauséabonds comme le PS et ses partis satellites n'ont plus qu'à attendre les rippers lundi soir.

Au revoir PS, Europe Escrologie les Vers, les Radicaux de la bêtise...
Pour le PC, je n'en parle même pas. Adieux Lénine une bonne fois pour toute.
Réponse de le 10/06/2017 à 18:03 :
Tu devrais savoir que la nature a horreur du vide.
a écrit le 10/06/2017 à 13:18 :
Reste à diviser par 2 nos représentants voraces à tous les niveaux , purger les média et la justice .
a écrit le 09/06/2017 à 23:38 :
Vous trouverez là la liste exhaustive de tous les candidats de l' UPR aux législatives, c' est énorme ...


https://legislatives.upr.fr/
a écrit le 09/06/2017 à 18:47 :
Il ne subsiste qu' un parti d' opposition crédible à l' européïsme béat prérequis des autres formations, l' UPR.

L' UPR présente des candidats dans toutes les circonscriptions qui a fait valider en préfecture 1148 candidats (574 titulaires et 574 suppléants) partout en France métropolitaine, outre-mer et à l’étranger



Le programme entend redonner le pouvoir à la représentation politique effective du peuple et non plus à une caste népotique qui se coopte entre elle grâce aux moyens médiatiques dont elle dispose désormais.

Programme

1
Entreprendre une grande réforme constitutionnelle soumise à référendum afin de rétablir les grands principes démocratiques et républicains
2
Interdire, de manière constitutionnelle, les transferts de souveraineté non limités dans le temps et dans l’objet

Supprimer le titre XV de la Constitution française (titre sur l’Union européenne, adopté en 2008).

3
Interdire, de manière constitutionnelle, toute prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes et conglomérats multinationaux
4
Inscrire dans la Constitution : « Les élections s’effectuent au scrutin secret et manuel, au moyen de bulletins de vote en papier, d’urnes transparentes et sous la surveillance du public. Les scrutins par machines à voter électroniques sont interdits. »
5
Légitimité du Conseil constitutionnel

Transformer l’actuel Conseil constitutionnel en une Cour constitutionnelle, qui sera professionnalisée et dépolitisée. Inspirée de l’exemple allemand, cette Cour sera composée exclusivement de seize magistrats professionnels, élus par les parlementaires pour une période non renouvelable de douze ans.
https://legislatives.upr.fr/programme-legislatif/

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :