Zone euro : le chômage au plus bas depuis 2008

Par latribune.fr  |   |  420  mots
En juillet dernier, 3,3 millions de jeunes de moins de 25 ans étaient au chômage dans l’UE28, dont 2,3 millions dans la zone euro. (Crédits : Reuters)
Le taux de chômage dans la zone euro est resté stable à 8,2% au mois de juillet, selon les données publiées ce vendredi par Eurostat.

La situation de l'emploi s'améliore encore dans la zone euro. Selon les derniers chiffres de la Commission européenne publiés ce 31 août, le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s'est établi à 8,2% en juillet 2018, stable par rapport à juin 2018 et en baisse par rapport au taux de 9,1% de juillet 2017. Il s'agit du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis novembre 2008. Malgré cette tendance à la baisse, il existe encore de forts contrastes entre les pays de l'Union monétaire.

Un taux de chômage record en Grèce

Le chômage dans la zone euro n'a cessé de reculer depuis qu'il est repassé en septembre 2016 sous le seuil symbolique de 10,0%. Il reste cependant toujours bien plus élevé que le taux moyen d'avant la crise financière de 2007-2008, où il s'établissait à 7,5%. Au pire de la crise de la dette, le chômage avait atteint le taux record de 12,1% en avril, mai et juin 2013 dans la zone euro.

Parmi les 19 pays ayant adopté la monnaie unique, le taux de chômage le plus faible a été enregistré en Allemagne (3,4%). Les taux les plus élevés ont quant à eux été relevés en Grèce (19,5% en mai, dernier chiffre disponible) et en Espagne (15,1%). Dans l'Union européenne à 28, le taux de chômage s'est établi à 6,8% en juillet 2018, en légère baisse par rapport à juin (6,9%) et en juillet 2017  (7,6%). "Eurostat estime qu'en juillet 2018, 16,823 millions d'hommes et de femmes étaient au chômage dans l'UE28, dont 13,381 millions dans la zone euro. Par rapport à juin 2018, le nombre de chômeurs a diminué de 82 000 dans l'UE28 et de 73 000 dans la zone euro."

Inflation au ralenti

L'inflation dans la zone euro a ralenti en août à 2,0%, l'objectif fixé par la Banque centrale européenne (BCE). Le ralentissement du taux annuel d'inflation à 2,0% en août, contre 2,1% en juillet, s'explique par une légère baisse du prix l'énergie, selon les données communiquées par l'Office européen de statistiques Eurostat. Ce chiffre, qui est une estimation provisoire, est conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset. Pour la BCE, une inflation annuelle très légèrement inférieure à 2,0% sur un an est considérée comme un signe de bonne santé de l'économie.

L'inflation sous-jacente (hors énergie, produits alimentaires, boissons alcoolisées et tabac, qui exclut par conséquent les produits particulièrement volatils) a pour sa part reculé en août, pour atteindre 1,0%, contre 1,1% le mois précédent.

(avec agences)