Réforme de la zone euro : Angela Merkel répond enfin à Emmanuel Macron

 |   |  517  mots
La chancelière allemande Angela Merkel a détaillé sa vision d'une réforme de la zone euro.
La chancelière allemande Angela Merkel a détaillé sa vision d'une réforme de la zone euro. (Crédits : Hannibal Hanschke)
Angela Merkel a pour la première fois détaillé dimanche sa réponse à Emmanuel Macron sur la réforme de la zone euro, en acceptant un budget d'investissement et en prônant la création d'un Fonds monétaire européen.

Angela Merkel a enfin répondu à Emmanuel Macron sur sa vision de la réforme de la zone euro post-Brexit. Le président français avait détaillé la sienne en septembre 2017. La chancelière allemande a attendu juin 2018 mais elle a fini par se plier à l'exercice dans une interview donnée au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Verdict : Angela Merkel lâche un peu de lest. "Nous avons besoin d'une plus grande convergence économique entre Etats membres au sein de la zone euro", déclare la chancelière allemande, au moment où un gouvernement anti-austérité s'installe au pouvoir en Italie.

"Nous avons pour cette raison proposé un budget d'investissement pour la zone euro dans le contrat de coalition" du nouveau gouvernement allemand entre conservateurs et sociaux-démocrates "et j'y suis favorable", ajoute Angela Merkel.

Favorable à la création d'un Fonds monétaire européen

La chancelière a mentionné pour son montant un chiffre "limité à deux chiffres en milliards d'euros", soit quelques dizaines de milliards d'euros. Très loin des souhaits de départ du président français, à l'origine de la proposition d'un budget de la zone euro. Emmanuel Macron avait l'an dernier appelé de ses voeux un budget équivalant à "plusieurs points du PIB de la zone euro", soit plusieurs centaines de milliards d'euros.

Par ailleurs, Angela Merkel a détaillé la proposition allemande de création d'un Fonds monétaire européen (FME), qui viendrait en aide aux pays aux difficultés, en échange toutefois de strictes conditions et d'une surveillance étroite de pays ainsi épaulés. "Nous voulons nous rendre un peu indépendants du Fonds monétaire international", a-t-elle expliqué.

Ce FME reprendrait d'une part les prérogatives du Mécanisme européen de stabilité (MES), chargé aujourd'hui d'aider à financer la dette de pays en crise comme la Grèce, en leur accordant des prêts de long terme. Mais il irait plus loin.

"A côté de cela, je peux m'imaginer la possibilité d'une ligne de crédit à plus court terme, cinq ans par exemple", a souligné la chancelière. Ces prêts seraient destinés "à soutenir des pays confrontés à des difficultés d'origine extérieure", a-t-elle ajouté.

En contrepartie, les pays concernés devraient accepter - comme pour le FMI qui peut imposer des mesures d'austérité en échange de ses prêts - que ce FME ait un droit de regard et d'intervention dans leurs politiques nationales.

Ce FME serait chargé d'"évaluer la solvabilité des Etats membres" et à l'aide "d'instruments adaptés" pourrait "rétablir" cette solvabilité si elle n'est plus assurée, a-t-elle dit. Car pour Angela Merkel, il ne peut être question de créer "une Union de l'endettement" en zone euro.

Force militaire européenne

Angela Merkel a lancé un autre branche d'olivier à Emmanuel Macron dans le domaine militaire sur les réformes, en se disant être "favorable" à sa proposition de force commune européenne d'intervention.

Berlin s'est montré pendant longtemps sceptique sur le sujet, en raison de son atlantisme traditionnel et du mauvais état de son armée nationale, chroniquement sous-équipée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2018 à 12:20 :
J'aime beaucoup vos articles mais ce que je déteste c'est que l'AFP (qui devrait être France presse Elysée !) signe à la place du rédacteur responsable de l'article -quel qui soit- pourquoi acceptez-vous cet état de chose ??? Pouvez-vous me répondre en toute sincérité et honnêteté ?

LESURIA
a écrit le 12/06/2018 à 5:37 :
Elle nous dit: « Je vais y jeter toutes mes forces, car sinon l'Europe est menacée ». L'Europe est déjà foutue, ma chère Angela. Le Merkozysme ou le nationalisme de l'Axe franco-allemand est venu à bout d'une idée qui aurait pu changer le monde et l'avenir de l'Europe. Comme dans le passé, l'Allemagne a eu les yeux plus gros que le ventre.
a écrit le 06/06/2018 à 9:08 :
Teflon-Merkel, comme elle avait été appelé par un ambassadeur US en Allemagne dans un rapport censé rester secret.
Teflon-Merkel est l'image de l'Allemagne vis-à-vis de l'Europe, ne rien faire parce-que l'immobilisme les avantage, les accords imposés par l'axe franco-allemand à l'UE avantagent les économies fortes et ne contribuent nullement à une convergence des économies, le contraire est vrai. Alors pourquoi changer une équipe qui gagne, tant pis pour les faibles et les vaincus.
Großdeutschland avant tout.
a écrit le 05/06/2018 à 10:39 :
Concernant la dernière remarque au sujet de la Défense européenne et le fait que, de par son Atlantisme "traditionnel", l'Allemagne était sceptique, cela voudrait-il dire que la France n'est pas atlantiste par tradition depuis quelques décennies? Amusant … Macron, dans le droit fil de cette politique et de ses prédécesseurs, est un chantre de l'atlantisme et pour une Europe qu'il dit souveraine mais accrochée à l'OTAN. Ainsi la Défense européenne sera, ce que les US ont toujours voulu, une puissance militaire avec des fonds conséquents mais dépendante de leurs stratégies et géopolitique. Il ne faut pas nous faire prendre des vessies pour des lanternes...
a écrit le 04/06/2018 à 13:12 :
La zone euro est irréformable car les déficits des uns sont les bénéfices des autres et se résument à un jeu à somme nulle. Mme Nein va s' en apercevoir quand les peuples lassés de se faire arnaquer par l' UE et l' euro fort vont jeter les amarres à l' anglaise.

Les peuples se voient dépouiller et regardent se concentrer les richesses sur une oligarchie euro atlantiste dominante et contre leurs seuls intérêts par la stricte application des Gope de Bruxelles. La situation déjà tendue devient littéralement insoutenable avec l' expérience récente italienne.

Vous n' avez pas bien voté, ach....
a écrit le 04/06/2018 à 9:06 :
Nein !

Bref comme d'habitude aucune avancée, il serait peut-être temps de se demander si l'allemagne n'a pas décidé de profiter de l'europe jusqu'à épuisement et extinction de celle-ci non ? Ya t'il encore des gens qui pensent en FRance et qui disposent de quelques prérogatives ?

On parle de l'allemagne là, celle qui a prit pour habitude d'exploiter la main d'oeuvre à bas cout...

"Ces entreprises qui ont collaboré avec les nazis" http://www.terrepromise.fr/2017/03/20/ces-entreprises-qui-ont-collabore-avec-les-nazis/
Réponse de le 04/06/2018 à 12:01 :
Il y a 73 ans que la guerre est finie. On va nous parler des nazis encore combien d'années ?
Réponse de le 04/06/2018 à 12:26 :
Oui c'est vrai vous avez raison, oublions les voyons c'est plus pratique hein... ?

"L'ordre du jour " https://www.babelio.com/livres/Vuillard-Lordre-du-jour/949255

"Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d'épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l'Assemblée ; mais bientôt, il n'y aura plus d'Assemblée, il n'y aura plus de président, et, dans quelques années, il n'y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants"
a écrit le 03/06/2018 à 23:27 :
Quand nous apprenons que Arcelor MIttal (entreprise de pavillon luxembourgeois) et une autre entreprise allemande de l'acier vont recevoir des amendes pour entente sur les prix de l'acier !!!

C'est à dire qu'ils s'entendaient en europe, la pillait, pour permettre d’être très compétitifs aux US qui vont désormais aussi les pénaliser !!
Elle est bien bonne celle là !! alors que tout le monde pleure les taxes illegales de trump
a écrit le 03/06/2018 à 23:10 :
Ne nous plaignons pas que Merkel traîne les pieds. Nous avons déjà la BCE et nous (Christine Lagarde) dirigeons le FMI, nous n'avons pas besoin d'une banque supplémentaire pour financer les gabegies des états du sud.

Par contre, l'ouverture sur une force européenne est intéressante pour arrêter l'immigration illégale . Une escadre européenne, par exemple, serait très utile en méditerranée pour aider l'Italie et la Grèce.
Réponse de le 04/06/2018 à 10:07 :
pour arreter les migrants on a pas besoin d armee (enfin pour l instant) vu qu ils ne sont pas armés. Par contre, si tonton Vladimir veut reediter l Operation cirmee ou Donbass, c est sur qu il ne va pas trop falloir compter sur Trump et il n y a pas grand chose capable de l arreter en EU. C est pas de la vantardise de Poutine de cire que s il le voulait, ses char seraient a Varsovie voire a Berlin.

Quant a la gabegie du Sud, si elle est certaine, on devrait quand meme etre modeste. Depuis 30 ans, on a pas ete capable de faire un seul budget a l equilibre et dilapider l argent betement, on sait faire (dernier ex en date, des JO)
a écrit le 03/06/2018 à 22:34 :
Il semble que Trump juge intolérable l'excédent commercial de l'Allemagne, il l'a d'ailleurs dit. Sus sur l'aluminium allemand, sus sur les voitures allemandes exportées aux USA. En plus, pour lui, Merkel doit raquer plus pour l'O.T.A.N.

C'est maintenant à l'Allemagne d'être entre l'enclume et le marteau, et comme aucun pays de l'U.E n'apprécie la pression qu'elle exerce sur eux, au regard de son euro trop profitable pour elle, de ses leçons d'austérité qui ne sont profitables qu'à elle-même, je ne sais pas comment elle va sortir, certainement pas par une pirouette.
Dire toujours non à tout n'a qu'un temps.

Seule solution, sortir de l'euro ...
Réponse de le 04/06/2018 à 9:52 :
Très juste !
a écrit le 03/06/2018 à 20:34 :
Charle se magne ? Je dirais qu'il se hâte lentement... C'est trop tard Angela, zu spät!
Edom doit périr de toute manière c'est eschatologique ! si si en 2018 en effet...
a écrit le 03/06/2018 à 20:06 :
Quand on a la présence d'esprit de voir l'UE comme une administration hors sol qui veut supprimer et remplacer toute administration intérieure des États qui la compose, on comprend mieux le malaise!
a écrit le 03/06/2018 à 19:27 :
Soit nous faisons mieux d'Europe en mettant l'économie au service de l'humain, soit l'Europe disparaît et c'est hélas probable. Regardons notre Europe en face : celle des oligarques de l'Est, la catastrophe Grecque, l'Ukraine en phase de vietnamisation, l'Europe du sud qui souffre, celle du Nord adossée à son puissant euromark désormais sous contraintes américaine et la France un cas à part. Quant à notre Euro il est surévalué, pas simple tout ca!

https://www.franceculture.fr/emissions/le-billet-economique/trop-dexcedents-allemands-nuisent-la-sante-de-leconomie-europeenne
a écrit le 03/06/2018 à 19:21 :
Faut il que la situation allemande soit préoccupante.
Prise à piège d'une UE (volontairement) démunie face à Trump, d'une UE régulièrement désavouée par ses peuples, d'une UE absente de toutes les grandes manœuvres géopolitiques, sans poids diplomatique et militaire, à la roue des USA, Merkel a un (petit) accès de lucidité.
Reste qu'elle est sans doute loin d'en voir la gravité, aveuglée par son dogmatisme.
a écrit le 03/06/2018 à 19:01 :
quelle deception!!!!
les italiens pensaient s'offrir un revenu minimum a 800 euros par mois pour tous, les francais envisageaient la retraite a 30 ans pour tous, avec un revenu minimum aussi ( pour que les illetres puissent creer une start up en AI, avec des reseaux de neurones convolutifs) et un patrimoine de 250.000 euros a 18 ans pour tous ( je crois que c'est le patrimoine moyen du francais moyen) , les grecs pensaient embaucher quelques millions de fonctionnaires..........
mais comment ils vont faire si personne ne veut payer pour eux, hein?
Réponse de le 03/06/2018 à 19:25 :
Ils vont Xiter, qu' est ce que vous croyez ? Le différentiel de compétitivité pressenti il y a 10 ans s' est emparé de la réalité et il n' y à plus de solution viable à l' intérieur de la zone euro pour des économies divergentes sauf pour l' Allemagne.
L' Allemagne est forte et bien qu' elle s' isole, les autres sortiront de la trilogie mortifère, Ue, euro, otan et elle devra faire ses affaires seule, s' accommodant seule du tuteur américain.
Réponse de le 04/06/2018 à 9:54 :
vos propos caricaturaux ne mènent nulle part.
a écrit le 03/06/2018 à 17:44 :
Ça ne va pas bien loin dans les propositions allemandes, mais c’était prévisible, sauf peut-être pour des gens qui sont détachés des réalités. Il serait préférable que le président de la république française n’en fasse pas partie car il y aura toujours le souci des allemands (et sans doute pas seulement qu’eux), pour lesquels l’Euro est une grande réussite sur le plan de la macroéconomie de mutualiser le moins possible avec ceux pour lesquels l’Euro n’est pas forcément une réussite, voir même un échec total. Il serait souhaitable que nos responsables politiques en France cesse de vendre du vent sur l’Euro, l’UE, même si je crains qu’il s’agisse d’un vœu pieux.
a écrit le 03/06/2018 à 17:04 :
Notre mille feuille européen est de plus en plus indigeste. Au lieu de multiplier les couches, ne serait-il pas temps après tout ce temps de fonctionner sur le mode fédéral? Chaque état restant responsable de sa propre dette mais avec un vrai Transfer de richesse afin de parer à un état défaillant économiquement? Notre construction de l'EU et de sa zone monétaire ne fonctionne plus. Ce taux d'intégration ( monnaie, frontières etc...) demande de vraies mesures sauf à faire comme le R-U. Les états de la zone euro devraient pousser le bouton intégrationniste et laisser aux états qui ne sont pas encore dans l'euro de se préparer ( maxi 3 ou 4 ans) Quant à l'Irlande, elle doit choisir entre allégeance au R-U et l'a zone de voyage commune et l'EU et Schengen.
Réponse de le 03/06/2018 à 17:44 :
Pourtant un fond monétaire européen correspond exactement à ce que vous voulez .... Par contre quelques milliards d'euros n'apportent aucune protection. Mais bon, ce n'est qu'un début.
a écrit le 03/06/2018 à 16:58 :
Merkel et Macron doivent s'entendre pour harmoniser les politiques fiscales des entreprises de la France et de l'Allemagne. C'est une priorité dont dépend la survie économique de nos deux pays. L'Europe sans la France perd tout son intérêt.
a écrit le 03/06/2018 à 15:54 :
"A côté de cela, je peux m'imaginer la possibilité d'une ligne de crédit à plus court terme, cinq ans par exemple", a souligné la chancelière. Ces prêts seraient destinés "à soutenir des pays confrontés à des difficultés d'origine extérieure", a-t-elle ajouté.3
On se marre, Merkel va proposer une ligne de crédit aux pays endettés après avoir ruiné les pays du sud et Grèce, et voilà Macron, marron ..
Frexit, vite.
Réponse de le 03/06/2018 à 16:27 :
@Bigouden 03/06/2018 15:54
Les pays du sud (et la France) n'ont pas eu besoin de l'Allemagne pour se ruiner. Ces pays (en majorité catholiques, d'ailleurs) ont su se ruiner eux-mêmes, comme des grands, puisqu'ils sont incapables de gérer trois francs six sous.
Cordialement
Réponse de le 03/06/2018 à 21:23 :
@Bernardino "Ces pays (en majorité catholiques, d'ailleurs) ont su se ruiner eux-mêmes"


Démontrez le ...
Réponse de le 04/06/2018 à 15:18 :
@Bigouden 03/06/2018 15:54
Ma réponse n'est pas passée (?) donc je la remets.
1. Je n'ai rien à vous démontrer car je ne suis pas votre élève.
2. Ce que j'écris est vrai. Je me base sur des faits et non pas sur des impressions. Il suffit de lire les stats de l'organisme Eurostat et vous avez la réponse: vous pouvez le faire vous même.
Cordialement
Réponse de le 04/06/2018 à 18:41 :
Une règle simple serait de ne pas s'endetter.Les pays du sud se cachent sous le bouclier Euro pour emprunter a taux bas.Les Allemands font des efforts ,ceux qui font n'importe quoi sont les pays du sud(dont la France)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :