Réforme de la dépendance : "ce sera une prise en charge par la solidarité nationale"

 |   |  330  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La ministre déléguée chargée des Personnes âgées a indiqué ce vendredi que l'hypothèse de financer en France la prise en charge des personnes âgées dépendantes par un système d'assurances privées est écartée. Elle a également promis un projet de loi sur cette question avant mi-2014.

L'hypothèse de financer en France la prise en charge des personnes âgées dépendantes par un système d'assurances privées est écartée, a déclaré vendredi la ministre déléguée chargée des Personnes âgées, qui a en outre promis un projet de loi sur cette question dans la première moitié du quinquennat.

La création d'une cinquième branche de la Sécu: "une hypothèse écartée"

En déplacement à Toulouse, Michèle Delaunay a également exclu la création d'une cinquième branche de la Sécurité sociale et a mis en avant le recours au dépistage et à la prévention pour différer l'apparition de la dépendance. Grande réforme promise par Nicolas Sarkozy, le projet de création d'un "cinquième risque" de l'Assurance maladie avait fait l'objet d'une large consultation au cours du précédent quinquennat, avant d'être finalement ajourné.

"Dans l'état actuel, le cinquième risque, c'est-à-dire la cinquième branche de la Sécurité sociale, est une hypothèse qui est écartée", a déclaré Michèle Delaunay à la presse au sortir d'une table ronde avec des médecins, élus et chercheurs à l'hôpital Garonne de Toulouse. "À l'inverse, ce sera une prise en charge par la solidarité nationale. Les hypothèses assurantielles sont définitivement écartées et je veux rassurer les Français de ce point de vue parce qu'elles étaient totalement inéquitables."

Anticipation, adaptation et accompagnement

La ministre déléguée chargée des Personnes âgées et de l'Autonomie a par ailleurs indiqué que le projet de loi sur la dépendance s'articulerait autour de trois axes : "l'anticipation", pour prévenir au maximum l'apparition de la dépendance, "l'adaptation de la société" et "l'accompagnement" des personnes en lourde perte d'autonomie. "Sauf événement majeur, ce projet sera opérationnel, validé et valide dans la première moitié du quinquennat", a-t-elle dit.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2012 à 17:30 :
La voila la raison que l'on cherchait pour augmenter la CSG.!!
a écrit le 10/09/2012 à 15:10 :
encore des impôts ?

et la solidarité familiale ..comme maintenant et avant
a écrit le 10/09/2012 à 14:19 :
Est-ce le bon moment ?
a écrit le 09/09/2012 à 9:15 :
on reporte sur la dette pour préserver les héritages alors que se serrait aux héritiers a prendre
en charge leurs parents et non la collectivité
Réponse de le 09/09/2012 à 10:41 :
Exactement. Comme ça s'est toujours fait dans une société civilisée. De quoi se mêle-t-il ce gouvernement qui n'a pas les moyens de tenir ses promesses électoralistes?
a écrit le 09/09/2012 à 0:27 :
Et une collectivisation supplémentaire, une petite couche d'opacité et un nettoyage de printemps pour les collectivités déficitaires... suivez mon regard.
a écrit le 08/09/2012 à 21:25 :
Comme toujours avec ce gouvernement, on a une présentation des choses très demagogique : le système ne sera pas financé par le privé, mais par la solidarité nationale. Ah oui, mais comment ? Dans un système d'état ou il n'y a plus d'argent et où l'Etat essaye déjà de trouver trente milliards d'économie. On est toujours dans les affirmations irresponsables et le mensonge.
a écrit le 08/09/2012 à 16:14 :
Encore une mauvaise idée. la dépendance, qui reste à évaluer sérieusement doit être à la charge de la personne et de sa famille. Seule une difficulté à ce niveau doit appeler à la solidarité nationale, pas autrement. Ici ce Ministre distribue de l'argent qui n'est pas le sien, sur une action dont on ne lui a rien demandé en obligeant les entreprises à payer plus et les citoyens à se paupériser. Fausse route et même sortie de route.
Réponse de le 08/09/2012 à 20:47 :
ben oui, le ministre c'est un politicard, ce qui est possible, il s'en fout...
a écrit le 08/09/2012 à 11:23 :
il faut aligné la csg des retraité sur celui des actifs sur les pensions au dessus du smic en épargnant ainsi les petites retraites cela dégagera ainsi 2 milliard ?. 0.9 point d'écart répartit sur 3 ans sur chaque augmentation au 1er avril ce serai plus juste vis a vis des actifs...
Réponse de le 08/09/2012 à 13:52 :
Il faut aussi supprimer pour les pensions de retraite la déduction automatique de 10 % qu'on applique a tort aux retraités car elle est représentative de frais imposés par le travail (frais réels ou déduction mini male de 10 %). Or comme les retraités ne déclarent pas des revenus du travail, ils ne devraent pas avoir droit à cette déduction . M ais les hommes politiques n'ont pas le courage de réformer cela car les vieux votent , ils preférent en conséquence faire payer les jeunes qui eux ne votent pas.
a écrit le 08/09/2012 à 10:26 :
Supprimez déjà l'AME, vous pourrez un peu mieux prendre soin de nos seniors...
Réponse de le 08/09/2012 à 20:46 :
vous allez avoir plein d'ennemis a gauche, si vous leur suggerez d'arreter de supporter toute la misere du monde alors que rocard a dit en 91 que c'etait pas possible
a écrit le 08/09/2012 à 9:59 :
Après nous laisser 1700 milliards de dettes (que l'on retrouve dans beaucoup de patrimoines privés), après avoir bousillé l'économie du travail au profit, en partie, de celle du capital (et vive la fiscalité qui favorise les héritiers et les rentiers au détriment des entrepreneurs !), après avoir bénéficié d'un système de retraite DELIRANT dans le niveau de réversion (véridique : 2400 euros net mensuel de pension retraite pendant 33 ans après 30 ans de cotisations assises sur des salaires bruts entre 1000 et 3100 euros dans les 2 dernières années - mais où allait donc ce système de retraite totalement fou et non financé ?), après le coup de raffarin (et encore 2 milliards sur le dos des revenus du travail), vous croyez vraiment que les jeunes de ce pays (autre que les éventuels héritiers et rentiers de situation) ont la moindre compassion ? Les données mathématiques sont pourtant claires (d'une évidence enfantine) : les patrimoines les plus importants sont détenus par les plus de 60 ans, qui sont notoirement la classe d'âge la plus aisé en France.... Que les plus de 60 ans soient solidaires avec eux-mêmes (comme ils l'ont fait depuis plus de 38 ans, merci pour les dettes et l'économie du travail en lambeaux) est largement suffisant et surtout JUSTE (n'est-ce pas monsieur Hollande ? :p)
a écrit le 08/09/2012 à 8:28 :
La dépendance posera un véritable problème en 2025;cela laisse un peu de temps pour trouver une solution qui passera nécessairement par une taxe sur l'énergie.Attendons le nouveau gouvernement.
Réponse de le 08/09/2012 à 16:17 :
Ah bon ? Pourquoi en 2025 ?
Réponse de le 09/09/2012 à 7:41 :
Parce que les personnes nées après 1945 atteindront 80 ans.Il faut agir plus tot car il faudra investir et former du personnel.
a écrit le 08/09/2012 à 5:27 :
le systeme social est deja en faillite, ils leur rajoutent un boulet; a mon avis ca va etre finance par un impot ' provisoire et leger', genre csg
a écrit le 08/09/2012 à 3:57 :
En un mot, des imots, encore des impots, toujours des impots !
a écrit le 07/09/2012 à 23:17 :
Ils écartent toutes les solutions sauf l augmentation des impôts ça commence à faire beaucoup! En revanche les économies du train de vie de l état et de ses fonctionnaires on n en parle pas! Bientôt la roue va tourner et ça va faire très mal à tout ce petit monde qui vampirise le budget de l état !
Réponse de le 08/09/2012 à 11:42 :
dans le cas precis, il y a plus simple: taxer les heritages
Si pepe est senile, on vend sa maison et tout le reste et apres on peut eventuellement demander au contribuable de payer
Réponse de le 08/09/2012 à 13:44 :
celà se passe déjà comme celà. Les régions ne savent plus quoi faire des maisons souvent invendables car pas entretenues et souvent dans des bleds.......
a écrit le 07/09/2012 à 20:38 :
Et si le gouvernement avait le courage, l'audace , le mérite de réformer les retraites des polypensionnés, il y aurait moins de personnes âgéees dépendantes .
Réponse de le 08/09/2012 à 18:01 :
Surtout pas. Nous n'aurions plus le plaisir de lire vos sempiternelles litanies.
Réponse de le 09/09/2012 à 0:40 :
c'est quoi, la pension de Poly ...(en Tunisie ou à venise ?)??
Réponse de le 09/09/2012 à 0:42 :
poly = plusieurs pension = rente . Polypensionné = quelqu'un qui multiplie les rentes à son seul profit ...! Bref un rentier ! (c'est ça ??)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :