Voiture autonome : sur sept modèles testés, un seul évite l'obstacle

 |   |  430  mots
La Mercedes Classe E a été la seule à s'arrêter devant un obstacle imprévu.
La Mercedes Classe E a été la seule à s'arrêter devant un obstacle imprévu. (Crédits : Mercedes)
Le magazine Auto Plus a testé sept modèles de voitures équipées de systèmes de conduite autonome. C'est Mercedes qui s'en sort le mieux, notamment avec sa Classe E. Le magazine observe que pour l'heure, la technologie, notamment les capteurs, n'est pas encore prête à rendre les voitures totalement autonomes en toute sécurité.

Sur sept voitures autonomes testées par le magazine Auto Plus sur un circuit fermé, une seule a réussi à tous les coups à éviter un obstacle soudain, affirme l'hebdomadaire dans son édition de vendredi.

"Conduite autonome activée, la voiture devant vous fait un écart soudain pour éviter un véhicule arrêté sur la route. Comment le système va-t-il réagir?", interroge le magazine, qui a réalisé des tests sur le circuit de Montlhéry (Essonne).

Mercedes Classe E, la seule à s'arrêter devant l'obstacle

"Résultats pour le moins mitigés: sur sept voitures testées, cinq échouent lamentablement et percutent l'obstacle, la 6ème (une Tesla Model S, ndlr) échoue deux fois en quatre tentatives. Seule la Mercedes Classe E, qui conserve une généreuse distance de sécurité, passe l'examen en s'arrêtant avant l'obstacle", continue Auto Plus.

L'hebdomadaire a testé, outre ces deux véhicules, l'Audi A4, la BMW Série 7, la Mercedes Classe C, la Volkswagen Passat et la Volvo S90/V90, à la fois sur circuit, dans les bouchons, et sur la route. Verdict: "hors des embouteillages, seuls trois modèles (Mercedes Classe C et E, Tesla Model S) sont vraiment capables de s'en sortir".

C'est dans les bouchons "que ces systèmes convainquent le plus, malgré des résultats inégaux", note Auto Plus, qui ajoute que "ces systèmes ont leurs limites. Ils ont tendance à être aveuglés quand le soleil est en face et bas sur l'horizon, et laissent souvent trop peu de place aux deux-roues circulant entre deux files, ce qui vous vaudra quelques coups de klaxon énervés! Enfin, il faut parfois reprendre la main lorsqu'un véhicule vient s'insérer devant vous".

Les capteurs encore "insuffisants"

Ainsi, selon le magazine, "il manque encore quelques briques à l'édifice de la voiture autonome. D'une part, les capteurs actuels sont insuffisants (et) (...) n'offrent qu'une vision partielle de la route et des obstacles". Par ailleurs, "l'intelligence artificielle devra progresser, apprendre le comportement des piétons, des cyclistes et... des automobilistes humains".

"Tous ces efforts convergent vers le même objectif: offrir dès l'horizon 2020 une conduite réellement autonome, où l'on pourra quitter la route des yeux dans certaines conditions (autoroutes, voies rapides sans feux ni piétons)", souligne encore l'article.

Une ordonnance adoptée le 3 août par le gouvernement a ouvert la voie en France à la circulation sur la voie publique de véhicules autonomes pour des expérimentations, et doit aboutir "à la construction d'un cadre réglementaire solide au travers d'un décret en Conseil d'État".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2016 à 6:32 :
J'espère que VW ne va pas s'y mettre. Avec leur tendance à fausser les tests, ca promet sur la route réelle ...
a écrit le 16/10/2016 à 21:07 :
Est ce qu'il y en a une qui après avoir percuté l'obstacle s'est sauvée?
a écrit le 16/10/2016 à 12:21 :
L'humour dominical "C'est dans les bouchons que ces systèmes convainquent le plus, malgré des résultats inégaux" Et là ou ils sont à 100%, c'est quand la voiture est à l'arrêt !
Réponse de le 20/10/2016 à 10:47 :
C'est bien là qu'est tout le paradoxe... C'est bien sûr à l'arrêt que le besoin d'assistance se fait le plus sentir ! Cherchez l'erreur. Tout ça pour çà...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :