Le bâtiment optimiste sur la reprise de son activité

 |   |  336  mots
L'activité du secteur du bâtiment a limité la casse au premier trimestre 2009, en enregistrant une baisse de 5,1% en volume. La Fédération française du bâtiment préconise pour 2010 au pire une "stabilisation", au mieux "une légère reprise". Pourtant, tous les indicateurs sont loin d'être au vert.

L'activité du secteur du bâtiment (130 milliards d'euros en 2008) a perdu 5,1% en volume au premier trimestre 2009, par rapport au même semestre de 2008 (- 6,8% dans le neuf et -2,5% dans l'entretien et la rénovation).

"Les prochains mois resteront difficiles, mais de nombreux facteurs militent pour une stabilisation de l'activité en 2010 au pire, une légère reprise au mieux", a ainsi affirmé Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment (FFB), ce mardi.

Pour Didier Rigoret, ce léger mieux s'explique par les mesures palliatives prises par le gouvernement dans le domaine du logement et le plan de relance. Et pour de meilleurs lendemains, la FFB compte entre autres sur la prorogation du doublement du Prêt à taux zéro dans le neuf pour les ménages modestes.

"Avec un meilleur dernier trimestre, je prends le pari d'une baisse de seulement 4% de l'activité pour l'ensemble de l'année 2009 par rapport à 2008", a déclaré Didier Ridoret.

Pourtant, le montant des crédits accordés aux ménages pour financer l'achat ou la rénovation de leur logement a chuté de 27,2% au premier semestre 2009, a annoncé lundi l'Association française des sociétés financières (ASF), qui a souligné l'"ampleur historique" de cette baisse.

36.000 emplois perdus

De plus, le secteur a perdu 36.000 emplois par rapport au premier semestre 2008, dont 21.200 dans l'intérim, sur un total d'environ 1,3 million, dont 100.000 intérimaires.

Le nombre de mises en chantier de logements neufs devrait tomber sous la "barre" des 350.000 en 2009 contre 368.000 en 2008 et surtout 437.000 en 2007, selon la FFB elle-même.

Ainsi certains analystes se montrent pessimistes. Xavier Huillard, directeur général du groupe de BTP Vinci, le plus important au monde, a prédit que le secteur allait continuer à décliner l'an prochain en Europe avec des suppressions d'emplois à la clé, dans un entretien au quotidien britannique "Financial Times" de ce mardi. Il a notamment souligné qu'il n'y avait encore aucun signe d'amélioration en Allemagne, le plus important marché européen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :