COP21 : le nouvel objectif de réduction des émissions de l'Australie déçoit

Par latribune.fr  |   |  660  mots
L'Australie, qui affichait jusqu'à présent un objectif de réduction de 5% d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 2000, est le premier exportateur mondial de charbon et minerai de fer et l'un des plus gros émetteurs de carbone par habitant. (Crédits : MICK TSIKAS)
Le gouvernement de Tony Abbott s'est engagé à une réduction de 26% à 28% des gaz à effet de serre du pays d'ici à 2030. Un chiffre bien trop modeste pour l'opposition, mais aussi pour l'Autorité australienne sur le changement climatique, et même pour l'opinion publique.

Les groupes de défense de l'environnement sont déçus. L'objectif de baisse des émissions de gaz à effet de serre annoncé mardi 11 août par l'Australie, dans la perspective de la conférence COP21 sur le climat qui aura lieu à Paris à la fin de l'année, est trop modeste, dénoncent les militants à l'unisson avec l'opposition.

Le chiffre annoncé par le Premier ministre conservateur Tony Abbott, de 26-28% d'ici à 2030 (par rapport aux niveaux de 2005), est non seulement à leurs yeux trop modeste par rapport à ceux déjà dévoilés par d'autres économies développées. Il est aussi bien inférieur aux recommandations formulées en juillet par l'Autorité australienne sur le changement climatique. Cet organe d'experts indépendants avait préconisé une réduction des émissions de GES par l'Australie de 40 à 60% d'ici 2030 par rapport aux niveaux de 2000, afin que le pays contribue véritablement à l'objectif mondial d'une baisse de 2 degrés Celsius de la température planétaire moyenne par rapport à l'ère pré-industrielle.

"Des schémas économiques du XIXe siècle"

"C'est un objectif défaitiste qui ne démontre aucune foi dans la capacité des Australiens à s'adapter, à innover et à effectuer une transition vers une économie propre", a déclaré l'Australian Conservation Foundation (ACF) dans un communiqué, alors que le Parti Vert ne s'est pas privé de moquer l'"archaïsme" du Premier ministre. Larrisa Water, sénatrice du parti écologiste, a ainsi déclaré dans un communiqué:

"Tony Abbott est bloqué dans les schémas économiques du XIXe siècle, dépossédant ce pays de son potentiel".

L'opposition accuse d'ailleurs Tony Abbott d'avoir truqué la donne en changeant l'année de référence, 2005 ayant marqué un pic d'émissions dans le monde.

Le premier exportateur mondial de charbon

Pour sa part, le chef du gouvernement a expliqué le nouvel engagement pris par l'Australie en soulignant:

"Nous devons être responsables sur le plan environnemental, mais nous devons l'être aussi sur le plan économique". "Nous devons réduire nos émissions d'une manière qui soit compatible avec la poursuite de la croissance", a-t-il déclaré.

L'Australie, qui affichait jusqu'à présent un objectif de réduction de 5% d'ici 2020 par rapport aux niveaux de 2000, est le premier exportateur mondial de charbon et minerai de fer et l'un des plus gros émetteurs de carbone par habitant. Une grande partie de l'électricité du pays est en effet produite par des centrales à charbon.

Tony Abbott est lui-même un ardent défenseur de l'industrie houillère. Il a supprimé l'an dernier une taxe sur le carbone et un plan visant à mettre en place un marché de crédits carbone.

"Pas en tête, mais pas à la traîne"

"Nous nous sommes engagés sur l'objectif de 26% de manière définitive, mais nous estimons qu'en vertu des politiques que nous mettons en oeuvre, et des circonstances qui seront à l'oeuvre, nous pourrons aller jusqu'à 28%", a précisé Tony Abbott.

"Il s'agit d'un bon objectif, solide, responsable du point de vue économique, responsable du point de vue environnemental", estime-t-il.

"Nous ne sommes pas en tête mais nous ne sommes certainement pas à la traîne", a encore considéré Abbott en comparant son engagement à ceux pris par des pays au niveau économique comparable. "Là où nous sommes en tête, c'est en ce qui concerne l'objectif de réduction des émissions par habitant, soit plus de 50%, ce qui est le meilleur objectif parmi les pays développés", a-t-il assuré. L'Australie compte en effet 23 millions d'habitants.

 63% des Australiens demandent plus

Cependant, un sondage réalisé la semaine dernière par le groupe d'études Climate Institute a montré que 63% des Australiens demandaient davantage d'action en la matière, soit une hausse de six points de pourcentage par rapport à 2014. L'opposition travailliste s'est engagée le mois dernier à réinstaller un marché des crédits carbone et à augmenter la part du renouvelable dans le mix énergétique à 50% d'ici 2030.

(Avec AFP et Reuters)