Les casinos Partouche dans le rouge en 2008

 |  | 280 mots
Lecture 1 min.
L'exploitant français de casinos a fini l'année 2008 dans le rouge avec un déficit de 8,5 millions d'euros. Le chiffre d'affaires a reculé de près de 6%. Le titre recule de plus de 2,4%.

Groupe Partouche a enregistré en 2008 une perte nette de 8,5 millions d'euros, plombé par l'interdiction de fumer dans les lieux publics et la crise économique, a-t-il annoncé mercredi. En 2007, le groupe avait réalisé un bénéfice net de 14,3 millions d'euros.

"L'exercice 2008 a vu une activité des jeux fortement contrariée, par l'interdiction de fumer appliquée au 1er janvier 2008 aux casinos français, puis par le contexte économique issu de la crise financière", explique Partouche dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires recule de 5,7% à 481,7 millions d'euros, alors que le résultat opérationnel courant chute de 60,2%, atteignant 30,2 millions d'euros, contre 75,8 millions en 2007. Le produit brut des jeux recule également, de 7,8%, s'établissant à 787,9 millions d'euros.

"L'importance de cette baisse s'explique par le double effet d'un brutal recul du chiffre d'affaires principalement positionné au second semestre de l'exercice, et dans une moindre mesure par la croissance de 3,8% des charges opérationnelles courantes", fait valoir le groupe.

Face à cette "forte baisse d'activité qui perdure en ce début d'exercice en cours, et son impact sur la rentabilité, Groupe Partouche, tout en préservant les emplois en son sein", prévoit de prendre des "mesures de réduction de coûts opérationnels, en contractant ses investissements et en étudiant des cessions d'actifs", est-il rappelé.  Le groupe avait déjà annoncé de telles mesures en décembre, sans donner plus de détails.

Partouche annonce également qu'il va devoir restructurer sa dette, qui s'élève à 353 millions d'euros au 31 décembre, mais que cette démarche pourrait se trouver "compliquée par la crise financière et ses conséquences sur les établissements préteurs".

En Bourse, le titre a reculé de 3,64% à 2,38 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Et 0 et 00 à la banque.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne sais pas ce qui est le plus difficile pour Partouche. Les conditions de marché ou la gestion du business par des héritiers...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Aux pauvres en période de crise il ne leur reste que le rêve de gagner aux jeux. Ils n?ont pas beaucoup d?argent mais ils sont plus nombreux ! Actuellement ils se ruent sur les jeux de grattage.

Pour séduire ses nouveaux clients dans les casinos et sur les sites, un nom est porteur "RIBLET" celui qui a fait plier la Française des Jeux ! Un nom que tous les pauvres connaissent et en qui ils ont confiance. Pour les casinos un nom à ne pas négliger. Contact : Grattagetricheurs@gmail .com

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comment a-t-on pu remplacer Isidore Partouche par Patrick Partouche ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vu ce que prépare Barrière (lecroupier.com), je m'inquieterai à la place du Groupe Partouche
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Derrière la Barrière, il y a le Tranchant. Pas touche à Partouche. Sans rire, ça sent le début de la fin pour les casinotiers français
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En cette année charnière pour l?industrie des jeux suite à l?annonce de l?ouverture du marché des jeux en ligne en France par le Ministre du Budget au début du mois, Partouche doit constater une désaffection inquiétante de ses tournois PPT, accusant une baisse d?affluence considérable dans ses super-satellites par rapport à 2008.
Malgré tous ces efforts et la conviction personnelle de Patrick Partouche que seul le poker peut sauver les casinos du marasme (le poker online progresse de 15% par an, les casinos en dur perdent 10% de chiffre d?affaires sur la même période), le Partouche Poker Tour est plus qu?en simple perte de vitesse, il est en chute libre.
Si le Partouche Poker Tour 2008 fut un indéniable succès en terme de participants, l?édition 2009 est en train de confirmer l?impression de fiasco entrevue dès la première étape. Après 3 tournois de qualification joués, le bilan est alarmant : les super-satellites de qualification accusent d?ores-et-déjà une baisse de fréquentation de prés de 50% alors que le groupe a multiplié les initiatives pour au contraire augmenter le nombre de joueurs !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mauvais signal pour les investisseurs :

Gros problèmes financiers pour le Groupe Partouche !

Le Groupe Partouche a annoncé avoir obtenu du pool bancaire le report d?un mois de l?exigibilité d?une échéance semestrielle de crédit d?un montant de 20 millions d?Euros du 30/04 au 29/05.

Pourquoi demander un report de la dette ? parce que le Groupe Partouche n?avait pas les disponibilités financières pour assumer le paiement de l?échéance de 19,8 millions d?Euros au 30/04 et c?est plutôt inquiétant, d?autant plus que la SFC (Sté Française de Casinos), en difficulté elle aussi, n?a pas réglé les 2,4 millions d?Euros dûs au Groupe Partouche au 30/04 !

Comment le Groupe Partouche peut-il payer la nouvelle échéance au 29/05 ? Ca va être difficile mais il a plusieurs solutions toutes très douloureuses :

1)Isidore Partouche et sa famille font un apport au Groupe par la vente d?une partie de leurs bien personnels mais
(*) d?abord, la fortune de la famille du patriarche a apparemment fondu comme neige au soleil (selon l?Expansion, baisse de 44,97% de 2007 à 2008 de la fortune de la famille Partouche alors que celle de leurs grands rivaux la famille Desseigne-Barrière augmentait de 11%),
(**) et l?échéance du 29/05 est trop proche

2) Patrick Partouche, le flambeur, comptait sur une amélioration des revenus d?exploitation, mais les résultats ne sont pas là, en particulier pour Partouche Interactive et le poker online qui est un échec

3) Le Groupe peut aussi vendre une partie de ses actifs, mais
(*) s?il le fait, ce sera à moins de 50% de la valeur estimée dans les comptes, et donc il y aura une dépréciation de l?ensemble des actifs du groupe qui fera chuter le cours de l?action PARP,
(**) et il n?a pas le temps de le faire

4)La famille Partouche peut céder une partie de ses actions à une valeur préférentielle, mais alors elle perd le contrôle du Groupe

Alors, est-ce le début de la fin pour le Groupe du Patriarche Isidore Partouche ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A suivre :
Le 29 mai prochain, le Groupe Partouche doit payer au pool bancaire (après le report du 30/04) l?échéance semestrielle du crédit syndiqué d?un montant de 19,8 millions d?Euros. Si cette échéance n?est pas payée, le pool bancaire peut se prévaloir des cas de défauts avérés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Avec une perte de CA de 10,8% au 1er semestre 2008/2009 et une dette de 20.000.000 ? non payées aux banques depuis 2 mois, le Groupe Partouche est aujourd'hui décrédibilisé et va affronter un mois de juin décisif pour son avenir ... De toute façon, c'est la fin de la suprématie de la famille et du patriarche Isidore Partouche sur le Groupe ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :