Contexte plus que jamais favorable pour investir au Brésil

 |   |  370  mots
Copyright Reuters
BNY Mellon Latin America Infrastructure Fund mise sur le développement économique sud-américain.

L'essor du Brésil, lié notamment à la hausse des prix des matières premières et des produits agricoles, suscite depuis plusieurs années l'intérêt des investisseurs pour l'Amérique latine. Le fonds BNY Mellon Latin America Infrastructure, géré par la société de gestion brésilienne BNY Mellon ARX, s'est positionné sur le secteur spécifique des infrastructures, l'un des piliers majeur du développement du sous-continent américain.

Le gérant, Bruno Garcia, secondé par une équipe d'analystes, mise sur le potentiel du secteur au regard des besoins des pays de la zone en routes, chemins de fer, ports, aéroports et réseaux hydrauliques, téléphoniques et électriques. « Le contexte politique n'a jamais été aussi favorable. Au Brésil, les infrastructures sont au coeur des projets de la nouvelle administration », note le gérant, qui souligne que de nouvelles mesures, notamment des incitations fiscales et des facilités d'obtention de crédit, visent à stimuler l'investissement dans le secteur. Au Mexique, une forte dynamique est également perceptible avec le plan de développement national 2007-2012 qui fait la part belle aux investisseurs privés. « L'implication de fonds privés devrait engendrer des opportunités à long terme sur les différents marchés de la région », ajoute Bruno Garcia.

Pour l'heure, 70 % des actifs du fonds sont investis au Brésil. Le solde est réparti entre le Mexique, le Chili, la Colombie et le Pérou. L'approche reste néanmoins résolument régionale. En étant présent sur America Movile, premier opérateur de téléphonie sans fil de la zone, le gérant appréhende le développement des télécommunications dans plusieurs pays d'Amérique latine.

En fin d'année, il a également participé à l'introduction en Bourse d'OHL Mexico (filiale du groupe espagnol OHL Group), également au Brésil dans les secteurs de l'industrie et de la construction. Le portefeuille compte 25 à 35 valeurs parmi lesquelles figurent la société minière Vale, l'aciériste Gerdau, ainsi que la société de péages autoroutiers Companhia de Concessoes Rodoviarias. Les secteurs de l'industrie et des matériaux représentent à eux seuls près des deux tiers de l'actif de ce fonds.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :