Conciergerie Airbnb : vers un soutien du dynamisme local ?

 |   |  1026  mots
(Crédits : DR)
Récemment rachetée par la plateforme de location courte durée, la conciergerie Airbnb Luckey connaît depuis les trois dernières années un succès fulgurant. Sa promesse ? Libérer ses clients propriétaires des contraintes logistiques liées à la location saisonnière (accueil des voyageurs et remise de clés, ménage et interventions diverses), mais aussi augmenter la rentabilité des propriétés louées grâce à une stratégie d’optimisation des prix adaptée aux évolutions du marché. Et si cette nouvelle approche du métier d’hôtes avait un impact positif sur le dynamisme local des villes concernées ?

Un important réseau local d'entrepreneurs

Le métier de « concierge local » est né d'une question simple : comment faire pour louer sa maison lorsqu'on en est absent ? Pour y répondre, de nombreux particuliers partout en France se sont mis à aider leurs amis ou connaissances dans la gestion de leur location saisonnière. Face à une demande touristique croissante pour l'hébergement saisonnier entre particuliers, de plus en plus d'hôtes ont dû recourir à des services locaux, portés par ces personnes qui ont eu envie d'assister leurs proches dans un premier temps, puis qui ont développé de véritables petites conciergeries, gérant quelques dizaines de logements.

C'est en partenariat avec cet entrepreneuriat local que Luckey a construit son service : la relation que la conciergerie Airbnb noue avec ses managers locaux repose sur une semi-franchise. Les gestionnaires régionaux travaillent pour la marque Luckey, partagent les gains engendrés par leur travail et se répartissent les tâches avec la maison mère : le siège pilote la relation clients, la création d'annonces, la relation voyageur 24/7 et l'apport de nouveaux clients quand les managers locaux rencontrent les clients et s'occupent des appartements. C'est notamment le cas de Simon, responsable local de la conciergerie à Montpellier qui fêtera ce mois-ci ses deux ans avec Luckey. Depuis ses débuts en 2017, Simon s'est constitué un solide parc de 120 propriétés, recrutant au passage une trentaine d'employés pour l'aider sur ses missions opérationnelles (accueil des voyageurs, ménage et entretien des appartements...).

Cette forte localité du service, caractérisée par ces managers locaux experts de leur marché et en prise avec les hôtes de chaque ville, a séduit Airbnb qui a racheté la conciergerie en décembre 2018.

Une mise en valeur des richesses locales

Ce réseau local d'entrepreneurs permet la promotion de nombreuses villes françaises, des plus grandes aux plus discrètes. En effet, selon une étude menée par le Collectif des Conciergeries, plus d'un tiers des logements pris en charge par les entreprises se situeraient dans des zones peu touristiques. En encourageant le séjour de vacanciers dans ces zones, ces startups participent au développement des commerces locaux situés dans les régions délaissées, offrant par là même des opportunités aux jeunes actifs s'y trouvant.

Ainsi, la location saisonnière vient apporter de nouveaux centres d'intérêts au sein de villes insoupçonnées, générant ainsi une toute nouvelle demande touristique. En plus de visiter une ville pour y admirer ses institutions et édifices, on s'y rend désormais pour le plaisir de découvrir des logements toujours plus atypiques. La plateforme Airbnb se plaît notamment à mettre en avant des propriétés qui se distinguent par leur originalité. Qu'il s'agisse de dormir dans un avion (Saint-Michel-Chef-Chef, France) ou dans une superbe cave romantique (Val de Loire, France), l'expérience de la location saisonnière amène à repenser la place de l'hébergement au sein de l'expérience des visiteurs, le bien réservé en faisant pleinement partie. On ne choisit plus systématiquement une destination pour elle-même mais pour le caractère unique de l'hébergement qui l'accompagne, et ça, les conciergeries l'ont bien compris.

Des équipes terrain dynamiques

L'approche différente du tourisme apportée par la plateforme de location de courte durée permet également à certains acteurs du secteur de redécouvrir leur vocation. C'est le cas des équipes de ménage de la conciergerie Luckey, amenées à envisager leur métier autrement. L'approche de la location saisonnière, qui humanise le tourisme de masse et offre un hébergement local et moins standardisé, permet à d'anciennes gouvernantes de redécouvrir leur métier à travers le nettoyage d'appartements porteurs d'histoires. Luckey travaille avec de nombreuses équipes qui ont monté leurs propres entreprises et ont grandi avec eux.

Les missions touchant à l'accueil des voyageurs au sein des appartements loués séduisent quant à elles de nombreux étudiants. La flexibilité des missions leur permet d'organiser leur planning librement et se marie parfaitement à un emploi du temps d'étudiant. L'exercice permet également de stimuler le sens de l'accueil de ces jeunes volontaires. Loin d'un job étudiant rébarbatif, ces missions centrées autour du partage et des autres ont du sens et s'allient par ailleurs volontiers à des formations étudiantes spécialisées dans le tourisme.

La promotion d'un tourisme intelligent

« On peut être à la fois artisanal et innovant, petit et mondial, high-tech et home-made » déclarait Fanny Péchodiat, co-fondatrice de My Little Paris.

Tout en professionnalisant le métier d'hôtes, les conciergeries ne cessent de s'affirmer par leur expertise locale. Ces entreprises apportent une nouvelle approche de l'industrie touristique, en jetant un nouveau regard sur toute la notion d'accueil. Plus humanisé, le conseil se fait désormais de « particuliers à particuliers », entre passionnés de tourisme ou de voyage, en permettant ainsi aux touristes de passage de communiquer avec de véritables locaux en toute convivialité. Les propriétaires de Luckey sont par ailleurs encouragés à laisser de petites attentions à leurs voyageurs (petits mots, chocolats) afin de proposer des séjours toujours plus personnalisés.

Loin d'industrialiser la location touristique, l'objectif des conciergeries est avant tout de la simplifier pour permettre au plus grand nombre le partage de logements. Elles viennent répondre à un problème intemporel de la plateforme Airbnb : « Si je ne suis pas là, qui va gérer mon logement ? ». Pour conserver le rapport à leur logement et une proximité avec leurs voyageurs, Luckey propose à ses hôtes des outils de suivi, qui les informent sur l'identité de leurs locataires par exemple, en plus d'opérer une bonne gestion globale des opérations.

Selon l'étude réalisée pour le compte du Collectif des Conciergeries sur 4 conciergeries parisiennes gérant près de 3 200 biens, ces dernières ont créé plus de 500 emplois et rapporté 7,2 millions d'euros aux hôtes entre 2015 et 2017, la consommation des visiteurs ayant généré au passage 23,8 millions d'euros. On peut donc aisément imaginer le nombre d'emplois de concierges qui gravitent autour d'autres petites structures régionales.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/02/2019 à 13:50 :
Bonjour,

Le collectif a-t-il un site web ou fb?

Merci
a écrit le 12/02/2019 à 0:11 :
Bonjour et merci pour votre article. Deux questions :
- le collectif a t il un site internet ? Ou adresse de contact ?
- vous peignée un
E image idilique de la "semi franchise" mais ne s agit il pas plutôt d'une uberisation du service de conciergerie ? (Un concierge local qui uberise c'est sous traitant a la place de la plateforme ?)
a écrit le 04/02/2019 à 15:06 :
Merci la tribune pour votre publicité pour Airbnb. Cela augmente la rentabilité de mes logements.
Réponse de le 15/02/2019 à 13:54 :
Plagiste@ c'est en effet un publireportage (pour luckeyhome qui appartient a rbnb)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :