Soutenir les territoires, moteurs de l’économie

 |  | 376 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : William Beaucarde)
TRIBUNE : Le retour à plus de proximité et plus de lien entre les territoires révèle une possible relance économique par le local. La crise a profondément accéléré le rôle des régions et par là même celui des entreprises. Par Jacques de Peretti, Président- directeur général d’AXA France.

La relance française, affirme le gouvernement, passera par une relocalisation, une décentralisation et un renforcement des liens de proximité. Le plan de relance prévoit d'y consacrer pas moins de 30 milliards d'euros. Ce n'est pourtant pas une révélation que de penser que les territoires souffrent économiquement, que le tissu social y est fragmenté et que les régions et les collectivités locales sont des acteurs incontournables de la relance économique française.

Il me paraît évident que les entreprises doivent accompagner ce mouvement. Nous avons constaté que, dans un groupe de la taille du nôtre, l'utilisation qui peut être faite de notre argent, de nos efforts, de notre notoriété, est plus efficace quand elle se déploie à un niveau local, dans les territoires.

Cette impulsion en faveur des relations de proximité n'est pas née il y a quelques mois. A l'origine, AXA était une petite mutuelle normande spécialisée dans l'assurance dommages. Notre Groupe a conservé cet enracinement dans les régions jusqu'à aujourd'hui, puisque 80% de nos agences sont installées dans des zones rurales et villes moyennes.

Chez AXA, la crise n'a fait qu'accélérer ce mouvement. Il se manifeste notamment dans des projets de bénévolat et de préservation du patrimoine à l'échelle locale et cela fait d'ailleurs la fierté de nos collaborateurs.

Le retour à plus de proximité est également le fait des citoyens-consommateurs. Leurs attentes ont changé. Ils ont alloué leur épargne autrement, favorisant les placements verts, ESG  (Environnement, Social, Gouvernance), solidaires, au-delà du seul critère de rendement. Leur comportement de consommateur s'est modifié, poussant les entreprises à faire évoluer leur offre. Ainsi, nos clients assurances automobiles favorisent désormais les réparations utilisant des pièces issues de la récupération, en circuit court. Ce dernier, plébiscité dans tous les pans de l'économie, demeure cependant cher, empêchant une adoption massive. A mon sens, les gens les plus fortunés se doivent de soutenir les circuits courts, c'est une approche citoyenne.

Pour les entreprises, ces tendances de fond signifient la fin du "one size fits all", d'une vision unique et centralisée. Désormais, l'engagement des entreprises sera nécessairement dual, à la fois global et local.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :