Transdev fait de la confiance le vecteur de réussite de la mobilité autonome partagée

 |   |  696  mots
Lundi 17 juin dernier s’est déroulé, sur le territoire de Paris-Saclay au sein de l’Ecole Centrale Supélec, le colloque du groupe Transdev, filiale mobilité de la Caisse des dépôts, « Nouvelles technologies et mobilité : Comment penser la mobilité autonome au service du collectif ? ».

Entre constats et réflexions prospectives, les interventions d'élus, de décideurs publics, d'experts et de partenaires ont été unanimes sur le fait que la mobilité autonome n'aura de raison d'être que si elle se conçoit partagée, inclusive et intégrée aux réseaux de transport public. Les débats ont également porté sur l'enjeu majeur de la collaboration entre acteurs, publics et privés, constructeurs et opérateurs, chercheurs et industriels. Les nombreux congressistes ont également pu découvrir différents modèles de véhicules autonomes opérés par Transdev dans le monde.

Le véhicule autonome : un sujet de transformation culturelle

En introduction, Anne-Marie Idrac (Ancienne Ministre et Haute responsable pour la stratégie nationale de développement des véhicules autonomes), Grégoire De Lasteyrie (Maire de Palaiseau et délégué spécial aux nouvelles mobilités au Conseil Régional d'Ile-de-France) et Thierry Mallet (Président Directeur général du Groupe Transdev) ont insisté sur l'importance de l'expérimentation en lien avec les acteurs des territoires, afin de progresser à la fois sur les aspects relatifs à la technologie, ainsi que sur l'appropriation de ce nouveau mode de transport par les passagers et les autres utilisateurs de l'espace public.

Le premier débat portant sur l'acceptabilité des véhicules autonomes a mis en lumière les attentes des passagers, qui souhaitent se déplacer le plus librement et simplement possible, tout en rappelant les enjeux d'accessibilité et d'inclusion sociale. Le véhicule autonome en tant qu'objet technologique peut susciter excitation et crainte, mais il est avant tout un sujet de transformation culturelle. En sa qualité de Grand Témoin, Cédric Villani (Député de l'Essonne, membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, premier vice-président de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques) a apporté un éclairage sur les avancées que représente l'Intelligence Artificielle, en insistant sur la notion majeure de partage. Partage de projets, de compétences et de données avec un mot-clé : la confiance. Il a rappelé que les véhicules autonomes ne répondront aux enjeux de décongestion du trafic et de diminution de l'impact environnemental des transports, seulement en étant partagés et intégrés aux réseaux transports collectifs.

Quelle sécurité pour les véhicules autonomes ?

Le second débat portant sur les déploiements des véhicules autonomes a insisté sur l'importance de la coopération entre acteurs pour avancer plus vite ensemble, ainsi que sur le rôle clé de l'infrastructure, élément qui ancre l'objet autonome dans un territoire défini. La sécurité a été au cœur des échanges avec l'enjeu de démontrer la sécurité d'un système complexe, dans une logique de co-construction du « bien commun ». En conclusion, Yann Leriche (Directeur Général Amérique du Nord du groupe Transdev en charge de la Business Line BtoC et du développement des activités véhicules autonomes), a rappelé que cette révolution de la mobilité autonome allait être celle de notre génération, si et seulement si la confiance était placée au cœur de la construction sociale de ce nouveau paradigme. C'est en ce sens qu'il décline l' outil d'analyse TRUST, mis au point pour cerner les cinq dimensions de la confiance qui permettent d'appréhender l'arrivée du véhicule autonome : la Technologie, les Règles, les Usages, les Systèmes & Services et les Territoires.

Remerciements aux intervenants des tables rondes : Francisque VIGOUROUX, Maire de la ville d'Igny, Vice-président en charge des mobilités à la Communauté d'agglomération Paris-Saclay , Patrick VERGELAS Directeur de Renault Mobility Services du Groupe RENAULT, Philippe WATTEAU CEO de VEDECOM, Vincent DUPRAY chef du département automobile d'IPSOS, Anne de BAGNEUX Directrice stratégie et transformation du Groupe Transdev, Bertrand-Olivier DUCREUX de l'ADEME, Laura BRIMONT Chercheure, Villes et Mobilité de l'IDDRI, Marie-José NAVARRE, Directrice Générale déléguée du Groupe Lohr et Patricia VILLOSLADA Vice-Présidente Systèmes de Transport Autonome du Groupe Transdev, pour leurs interventions dans le cadre des débats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :