Les pépites 2018 de la création d’entreprise

 |   |  1171  mots
(Crédits : DR)
Dans une économie mondialisée aux modes de consommation mouvants, la création d’entreprise françaises ne s’est jamais aussi bien portée. Elle a bondi de 7 % en un an (donnée INSEE), boostée par la démocratisation du travail indépendant et l’émergence des plateformes d’immatriculation en ligne. Dans ce contexte dynamique, certains secteurs enregistrent des données record, favorisant l’arrivée de nouveaux concepts de création d’entreprise. Voici les meilleurs marchés pour entreprendre actuellement.

Les nouvelles tendances végans et « flexi »

2018 s'avère l'année charnière pour la création d'entreprise des marchés du véganisme et du végétarisme, passés de niche à véritable tendance de fond. Comme signaux forts d'un secteur entrepreneurial en croissance, les premiers salons professionnels et franchiseurs de restauration végane ou végétarienne apparaissent en France, après une percée dans les pays anglo-saxons. L'étude CHD Expert cite les enseignes précurseurs : Native Food Cafe, VerganBurg, Maoz ou encore l'enseigne canadienne Cooper Branch que l'on peut désormais voir à Angers et à Brest.

Quelques chiffres avant de créer ou reprendre une entreprise végane

En 2018, 42 % des Français consomment régulièrement ou occasionnellement végétarien. 8 % se déclarent entièrement végétariens. 3 % consomment sans gluten et 3 % sont végans. Cette dernière statistique montrant un marché encore confidentiel, une création d'entreprise « mixte » (mi-végan, mi-omnivore) semble la meilleure alternative avec 43 % des Français encourageant l'intégration d'un ou deux plats végans à la carte des restaurants traditionnels. Par ailleurs, 30 % des Français se déclarent flexitariens, c'est-à-dire omnivores avec la volonté de baisser leur consommation de viande, toujours selon les chiffres de l'étude CHD Expert.

Services aux freelances : un marché en attente de nouveaux concepts

Une autre pépite de la création d'entreprise concerne les freelances, dont le nombre explose avec la démocratisation de la micro-entreprise et du travail à distance. Une enquête réalisée par la plateforme Malt (anciennement HopWork) montre que devenir entrepreneur se banalise ; le nombre de travailleurs indépendants et de petites entreprises ayant augmenté de 85 % en France au cours de ces 10 dernières années. Entre 2016 et 2017, selon l'INSEE, les créations de micro-entreprises ont plus augmenté (+9 %) que les créations de sociétés (+5 %). Ce différentiel devrait s'accroître avec l'augmentation des plafonds de chiffres d'affaires pour le régime micro, offrant de belles perspectives pour un projet d'entreprise innovant sur les marchés du coworking, des plateformes de mise en relation, des services et du conseil en création d entreprises pour les freelances.

Monter sa boîte dans les services aux seniors

La Commission Attali cite comme secteur porteur à horizon 2020-2050 les domaines de la santé. Ils pèsent actuellement 11 % du PIB mondial et ils devraient grimper à 15 % en 2030, particulièrement à destination des seniors. D'ici là, les personnes de plus de 60 ans représenteront plus de 50 % de la population européenne : un marché gigantesque baptisé « la silver économie ».

De manière plus générale, la demande pour les services à la personne et pour les seniors devrait exploser, permettant à tout un chacun de se mettre à son compte, sous la forme d'une entreprise unipersonnelle (aide au ménage, à l'entretien de la maison, du jardin...) ou d'une société commerciale à la réglementation plus stricte pour l'aide aux personnes dépendantes.

De nombreux jeunes créateurs, projets innovants et nouvelles entreprises sont regroupés à la « Silver Valley », un pôle de compétitivité dédié aux seniors basé en Ile-de-France.

Création d'entreprise et nouvelles technologies en 2018

En matière de nouvelles technologies, l'intelligence artificielle au sens large (robotique, logiciels, objets connectés) est la thématique qui rapporte le plus actuellement aux entreprises, avec un marché mondial estimé à 1200 milliards de dollars, en augmentation de 70 % par rapport à 2017, selon le cabinet Gartner.

Sur ce vaste créneau, la création d'entreprise dédiée à l'Internet des objets a le vent en poupe. De plus en plus de pôles de compétitivité s'y consacrent en France. Ce ne sont pas moins de 5.2 millions d'objets connectés qui ont été vendus en France l'an passé pour un chiffre d'affaires d'un peu plus d'un milliard d'euros, soit une hausse de 31 % en un an. Cette frénésie entrepreneuriale concerne tant le BtoB que le grand public, particulièrement à destination de la « Smart House », c'est-à-dire la maison intelligente (2.9 millions de produits écoulés l'an passé sur le territoire notamment les caméras, serrures, luminaires et thermostats connectés).

BlockChain : la pépite Tech'en 2018

En matière de jeune entreprise innovante, la technologie Blockchain est certainement la pépite pour créer une entreprise actuellement. Selon une étude intitulée « Worldwide Semiannual Blockchain Spending Guide » publiée en juillet 2018 par l'International Data Corporation (IDC), les investissements dans les entreprises de la BlockChain représenteront sur le plan mondial plus de 11 milliards de dollars en 2022, contre 1.5 milliard de dollars en 2018. Ils viseront principalement les secteurs de la finance, de la distribution et des services.

En France, les cryptomonnaies, les ICO (levées de fonds en cryptomonnaies) et les smarts contracts se sont développés en quelques mois, au point de voir un nouveau cadre juridique apparaître à ce sujet (loi Pacte). Depuis 2016, ce sont 51 levées de fonds en cryptomonnaie qui ont été réalisées sur le territoire. Dans le même esprit, la Banque Publique d'Investissement (BPI France) a affirmé son soutien financier aux startups de la BlockChain, dès la phase de prototype. Elles sont actuellement une centaine répertoriées par la French Tech.

La création d'entreprise en ligne : une nouvelle pratique

Surfant sur les créations d'entreprises en hausse, les plateformes juridiques (LegalTech) sont en nette progression dans le paysage français. Elles s'appellent Legalstart, Captain Contrat, LegalVision, etc. Elles proposent de créer automatiquement certains documents juridiques pour les entreprises (statuts, contrats) puis de réaliser les formalités juridiques (journal d'annonces légales...) et les formalités administratives pour immatriculer l'entreprise à moindre coût au registre du commerce et des sociétés /répertoire des métiers (via le centre de formalités des entreprises). En facilitant l'accès au droit des sociétés, cet écosystème LegalTech pousse les professionnels réglementés traditionnels à se transformer en profondeur. Ils seraient déjà 13 % à revoir leur modèle économique vers la numérisation, selon l'Observatoire du Village de la Justice.

De meilleurs conseils pour créer son entreprise

Le marché des conseils juridiques est une pépite, mais l'offre est pléthore et confuse, notamment au niveau des prix. Dans ce contexte, d'autres acteurs comme le site leblogdudirigeant.com s'orientent vers le conseil aux créateurs d'entreprises, pour les aiguiller dans toutes les étapes du projet entrepreneurial, dans la recherche de financement (prêt bancaire, levée de fonds) et pour choisir les bons partenaires professionnels (expert comptable, banque...).

Par exemple, le site propose un comparateur des LegalTech qui permet de visualiser les services disponibles, les prix et les avis des utilisateurs concernant tous les acteurs de ce secteur en plein boom.

Vous trouvez également de nombreux conseils utiles et commentaires d'entrepreneurs autour des thématiques suivantes : étude de marché, prévisionnel et plan de financement, modèle de business plan et business model canvas, choix du statut juridique, régime fiscal, régime social, gestion d entreprise, gestion de trésorerie, stratégie marketing et performance commerciale, cession ou reprise d'entreprise...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :