Peut-on encore compter sur le netlinking pour réussir sa stratégie SEO ?

 |   |  1333  mots
(Crédits : DR)
L’efficacité d’une bonne stratégie de liens (ou « backlinks ») n’est plus à démontrer. Bien menée, elle peut avoir un véritable impact en termes de visibilité et de crédibilité pour un site. Pour autant, l’obtention de liens « puissants » n’est pas forcément chose aisée et la concurrence se fait rude entre les différents acteurs de la filière. Car si l’obtention de back-links peut faire la différence, encore faut-il que ce soit les bons… Le netlinking a-t-il alors toujours sa place parmi les facteurs clés de succès d’un référencement naturel réussi ?

Le netlinking, un travail de longue haleine

Si le netlinking est aujourd'hui considéré comme l'un des piliers d'une stratégie de SEO réussie, il n'en reste pas moins complexe et s'inscrit dans une stratégie de fond aux multiples facettes. Ce n'est en effet plus un secret : lorsqu'il s'agit de liens, la qualité prévaut de loin à la quantité.

Mais créer un lien à la fois naturel, contextualisé (et donc pertinent) requiert de la patience et un certain savoir-faire. Lié, dans un premier temps, à la production de contenu qui accueillera le fameux lien. Que l'on possède un site « éditeur » (qui souhaite acquérir du contenu) ou « annonceur », (qui souhaite bénéficier d'une visibilité et d'un trafic supplémentaires), les facteurs de réussite pour un lien de qualité sont presque identiques :

  • Un contenu original et bien rédigé, pertinent tant au niveau du fond que de la forme,
  • Un lien intégré de façon « naturelle » (cohérent avec la thématique abordée),
  • Une analyse des requêtes effectuées par les internautes pour apporter une vraie solution,
  • L'utilisation de termes et de mots clés à fort impact.

Le netlinking permet de jouer un rôle déterminant au sein d'une stratégie de référencement naturel. Cependant, cette dernière doit aussi s'appuyer sur d'autres critères pour maximiser ses chances de réussite.

Google et les liens

Google et les liens, c'est une histoire qui dure depuis ses débuts (fin des années 90), il y a plus de 20 ans. Deux raisons principales à cela :

  • Google met au point une technologie très puissante capable de suivre les liens sur la toile et d'indexer un nombre inégalé de pages web. Très rapidement, il propose le plus gros index du web ayant la capacité de délivrer des résultats pertinents très rapidement.
  • Google est le premier à intégrer dans son algorithme de pertinence le critère des liens, avec un algorithme nommé « PageRank » (Lary Page étant un des 2 cofondateurs de Google). Basé sur un référentiel de sites d'autorité, le PageRank permet de déterminer la proximité entre un site web avec ce référentiel. Plus la distance est proche (nombre de liens entre deux pages), plus un site est considéré comme « populaire » et plus il a de chance de se trouver bien positionné dans les résultats de Google.

Ce critère est sans doute le plus difficile à manipuler mais c'est aussi celui qui permet d'entretenir une très bonne qualité de résultats pour Google.

Le moteur de recherche a su préserver ce critère de son algorithme au cours des années, en renforçant ses mesures et ses moyens anti-spam : des filtres algorithmiques existent, le plus connu étant nommé Penguin. Ce dernier a pour but de pénaliser les sites émettant des signaux suspects.

Google fait évoluer le « nofollow »

Il y 15 ans, Google recommandait (sans pouvoir l'imposer) l'attribut rel=nofollow pour les liens à caractère commercial et ainsi les différencier des liens naturels. À noter qu'à cette période Google venait tout juste de trouver son modèle économique à travers la vente des liens commerciaux au CPC (coût par clic).

Très récemment, le moteur de recherche a justement communiqué sur deux nouveaux attributs de liens qui seront désormais pris en compte dans le calcul du positionnement d'un site. Google ne semble donc toujours pas prêt à écarter le critère des liens dans son algorithme, mais essaie de répondre par des nuances.

Le géant du web propose ainsi de faire évoluer l'attribut Nofollow en distinguant 2 types de liens qui ont pour but d'améliorer l'interprétation que Google doit avoir de ces liens pour le classement de ses résultats :

  • Rel= « sponsored » (pour un lien à caractère commercial),
  • Rel= « ugc » (pour un lien inséré par des tiers : commentaire, avis, contribution forum...).

Plus d'infos ici.

Quelques jours plus tôt, ce même site faisait l'écho d'un sondage mis à jour chaque année par l'emblématique expert SEO Rand Fishkin qui estimait la qualité des liens comme facteur d'influence incontournable sur le positionnement des pages web :

https://www.blogdumoderateur.com/seo-ranking-factors-sparktoro-2019/

Google ranking

Source : https://sparktoro.com/blog/resources/google-ranking-factors-2019/

Référencement naturel : une stratégie multi-facteurs

Parmi les piliers du SEO, on retrouve le netlinking... mais pas que !

La structure technique du site en est un à part entière. Des pages optimisées pour le SEO (code HMTL, balises, mots clés, vitesse de chargement, accessibilité, version mobile...) servent aussi le référencement naturel. Le contenu éditorial, quant à lui, permet d'asseoir la crédibilité et la pertinence du site en proposant des informations pertinentes pour l'internaute. La qualité rédactionnelle prend ici toute son importance.

D'autre part, les termes et les mots-clés choisis, qu'ils soient présents dans le nom de domaine, dans les URLs ou dans le contenu des pages, ont aussi leur mot à dire...! N'oublions pas non plus de citer la communication sur les plateformes tierces telles que les réseaux sociaux. Il est important d'aborder l'ensemble de ces critères lorsqu'on décide d'optimiser sa stratégie de référencement naturel.

Pour autant, même quand toutes les conditions sont réunies, il n'est pas toujours facile d'acquérir LE bon lien. Et pour cause, en tant qu'annonceur, les sites à fort potentiel tels que les sites de presse ou les sites media peuvent parfois sembler « hors d'atteinte ». C'est pourquoi, dans le microcosme du netlinking, certaines solutions se développent pour rendre les liens puissants plus accessibles et faciliter ainsi les échanges entre partenaires.

Comment accéder à des liens puissants ?

Tout d'abord, qu'appelle-t-on un lien « puissant » ? Il s'agit d'un lien provenant d'un site d'autorité ayant un trafic et une visibilité importante. Le Monde, Cdiscount, TF1 font partie par exemple de sites les plus puissants. Obtenir un lien sur ces sites se révèle ainsi particulièrement intéressant pour le référencement naturel : un trafic qualifié, une audience ciblée, une visibilité augmentée... autant d'occasions d'être mieux identifié par son public cible !

Seulement voilà... le chemin vers le Saint Graal du lien puissant est bien souvent semé d'embûches et a de quoi décourager tout responsable SEO qui se respecte... Qu'il s'agisse des exigences rédactionnelles (nécessité d'avoir les ressources nécessaires en interne ou de recruter quelqu'un), du prix (souvent élevé) ou de la difficulté de contacter la personne en charge auprès du partenaire... Les freins sont nombreux. C'est pourquoi certains acteurs de la filière intègrent désormais dans leur offre des solutions pour faciliter l'accès à ces liens.

C'est le cas notamment de l'agence de netlinking Develink qui propose à ses utilisateurs des conditions d'accès facilitées à son catalogue de sites media. Son offre « co-citation » permet en effet d'obtenir des backlinks puissants tout en réduisant les coûts d'acquisition. Elle se base sur le principe de l'achat groupé en proposant à deux annonceurs non-concurrents et affinitaires d'acheter un lien sur un site media dont la thématique correspond. Ainsi, le prix est partagé, mais la visibilité reste maximale.

Une opération intéressante pour les annonceurs qui peuvent obtenir des liens puissants sans dépasser leur budget et pour les éditeurs qui voient là une occasion de monétiser leur site de façon intelligente.

Pour conclure, la réponse est claire : oui, on peut encore et toujours compter sur le netlinking pour réussir sa stratégie de référencement naturel. Le tout étant de garder en tête les différents critères d'optimisation qui, lorsqu'ils travaillent de concert, ont de grandes chances de propulser un site vers les premières places des pages Google. Et aussi, de se tourner vers les solutions qui font preuve d'innovation pour répondre aux enjeux des utilisateurs quels que soient leurs besoins (visibilité ou acquisition de contenu) et ce, aux meilleures conditions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :