Prime énergie : un coup de pouce pour la révolution énergétique

 |   |  745  mots
(Crédits : DR)
Face à l’urgence climatique, le pouvoir politique s’est associé aux acteurs du milieu du bâtiment pour mettre en chantier un plan très ambitieux de refonte du parc immobilier français. Cela passe notamment par une révision complète des modes de consommation énergétiques. Pour atteindre des objectifs à grande échelle, le gouvernement a créé un système incitatif et égalitaire : la prime énergie.

L'économie d'énergie accessible à tous


À la question « C'est quoi la prime énergie ? » nombreux sont ceux qui, aujourd'hui, n'ont pas encore la réponse. La prime énergie est un dispositif financier d'aide aux ménages souhaitant réduire leur consommation d'énergie. Elle a été rendue possible grâce à des accords passés avec différents acteurs intervenant dans le domaine de l'énergie sur le territoire français. Une charte a été signée par ces partenaires, en grande partie des fournisseurs d'énergie.

Ces subventions, valables jusqu'au 31 décembre 2020, sont versées en fonction des ressources du foyer demandeur et de la nature des travaux effectués ou des acquisitions de matériel. Elles peuvent ainsi aller de sommes de 350 euros à 3 000 euros. Les familles les plus modestes sont donc en mesure de bénéficier de ce « coup de pouce économies d'énergie ».

Sont éligibles à ce dispositif les travaux d'isolation ainsi que l'installation et la pose d'équipements visant à réduire les dépenses énergétiques, ou favorisant le recours aux énergies renouvelables.

Par exemple, il peut s'agir de remplacer la chaudière fioul d'un logement par une pompe à chaleur, une chaudière au bois de classe 5, un système solaire ou encore de le raccorder à un réseau de chaleur alimenté par énergie renouvelable ou recyclée.

Les aides allouées peuvent prendre différentes formes. Il peut s'agir de sommes versées par chèque ou virement bancaire, de déductions sur les factures ou de bons d'achat valables sur les produits de consommation courante.

Intérêt supplémentaire de cette prime : elle est cumulable avec d'autres dispositifs tels que le Crédit d'impôt de transition énergétique (Cite) ou l'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ).

Les modalités d'obtention de la prime énergie


L'accès à la prime énergie ainsi que son montant sont soumis à certaines conditions.

En premier lieu, il est obligatoire de faire appel à un professionnel ou une entreprise partenaire d'un signataire de la charte « Coup de pouce économies d'énergie ». Une liste officielle de ces partenaires, regroupés par champ d'activité, est consultable sur le site

Ensuite, le commanditaire doit adhérer au programme en s'inscrivant auprès de l'entreprise partenaire de l'artisan choisi pour le chantier. Ce dernier n'établira le devis qu'une fois cette opération effectuée. Après achèvement des travaux, le client enverra sa facture au partenaire afin de bénéficier de la prime.

Le montant des sommes allouées est établi en fonction du nombre d'individus occupant le logement et des ressources du foyer. Celles-ci correspondent aux revenus fiscaux de référence figurant sur l'avis d'imposition du ménage. La valeur des primes varie selon qu'on habite en Île de France ou dans une autre région.

Un pari énergétique national de grande envergure


La charte « Coup de pouce économies d'énergie » et le système de la prime énergie trouvent leur origine dans un programme d'une ampleur sans précédent dans le domaine du logement. Les enjeux sont colossaux puisqu'il s'agit, à terme, de rénover 20 millions de logements d'ici à 2050 !

Pour le tertiaire, dont les surfaces de bâtiments chauffées ou climatisées s'élèvent à 850 millions de m2, l'objectif n'est autre qu'une baisse de 60 % de la consommation énergétique.

Des étapes doivent sanctionner cette course aux économies d'énergie. Tout d'abord, un objectif de baisse de 38% de la consommation du parc immobilier français a été fixé pour 2025. Tenir ce pari suppose la rénovation lourde de quelque 500 000 logements par an à partir de 2017. Cette remise aux normes se poursuivra progressivement durant 25 ans dans le but d'atteindre le niveau « Bâtiment basse consommation » pour la totalité des logements du parc. A terme, cela revient à atteindre une économie de 67 % sur la consommation énergétique, et à diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre.

La mise en application de cet ambitieux calendrier nécessite l'acquisition de nouvelles compétences chez les professionnels travaillant dans la construction ou la rénovation des logements. Atteindre la haute performance énergétique est aujourd'hui devenu un enjeu majeur, au point de figurer au cœur même des métiers du bâtiment.

Isolation, efficacité énergétique, utilisation des énergies renouvelées, maintenance des systèmes : autant de paramètres qui conditionnent désormais l'ensemble des projets immobiliers à venir.

Si elle constitue aujourd'hui une préoccupation croissante, cette approche globale de l'habitat sera la norme de demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :