Logement jeunes actifs : "Le bail mobilité répond à de vrais besoins sociaux"

Par Hugo Baudino  |   |  398  mots
Alix Tafflé, fondateur de la plateforme de locations de courte durée Morning Croissant, nous donne son avis sur le bail mobilité prévu par le gouvernement. (Crédits : DR)
Dans le cadre de la présentation de sa stratégie logement, le gouvernement a dessiné les premiers contours de son bail mobilité, permettant un accès facilité au logement pour les étudiants et les jeunes actifs. Concrètement, ce nouveau type de contrat permettra une location allant de 1 à 10 mois, sans reconduction tacite et sans dépôt de garantie. En contrepartie, la garantie Visale couvrira la location. Alix Tafflé, fondateur de Morning Croissant, startup spécialisée dans la location de moyenne durée, nous parle de ce nouveau dispositif.

LA TRIBUNE - Voyez-vous l'arrivée du bail mobilité d'un bon œil ?

ALIX TAFFLE - Oui, le bail mobilité est une bonne chose. Il répond à de vrais changements dans les besoins des locataires, et plus généralement à de vrais besoins sociaux. Les jeunes actifs sont de plus en plus mobiles et ce nouveau dispositif leur offre un outil adapté à leur situation, à la manière de ce qu'on l'on propose avec Morning Croissant.

De plus, le bail mobilité permet une réelle clarification de la notion courte durée. En tant qu'entreprise spécialisée dans la location de moyenne durée, cette clarification nous paraissait essentielle car elle va rassurer les propriétaires, qui auront alors un cadre juridique bien défini.

Ce dispositif est-il encore perfectible ?

Il faudrait augmenter sa durée jusqu'à un an. Mais son principal défaut est d'être réservé aux personnes ayant accès au dispositif Visale (caution locative publique soumise à des conditions de revenus, ndlr), ce qui n'est pas le cas de tout le monde. Chez MorningCroissant, on propose des offres de location temporaire à tous les publics, car nous raisonnons en matière de reste à vivre et non de revenus bruts.

Le bail mobilité sera-t-il suffisant pour donner envie aux propriétaires de mettre leur logement à louer sur une courte durée ?

Les propriétaires en bail meublé sont déjà soumis à une problématique d'incertitude quant à leurs revenus locatifs, le préavis n'étant que d'un mois pour ce genre de biens. Ensuite, la location temporaire présente de nombreux avantages pour les propriétaires. Plus de flexibilité sur son bien, qu'il peut récupérer et habiter plus facilement si besoin est. Dans une location classique, le bail de 3 ans empêche toute flexibilité. Et davantage de souplesse par rapport aux loyers. Les loyers sur une location temporaire peuvent être plus élevés que sur une location classique. Le propriétaire peut par exemple intégrer tous les équipements fournis dans le calcul de son niveau de loyers.

La plupart du temps, les propriétaires ne veulent que deux choses : que les loyers couvrent leurs mensualités de remboursement de prêt et avoir une occupation proche des 100%. Avec la location temporaire, les loyers plus élevés peuvent compenser l'occupation moindre.

Lire aussi : Logement : le "choc foncier" au cœur de la stratégie du gouvernement